Catholicisme Romain,  Pères de l'Église

La clarté des Écritures – Saint Augustin

Nous avions déjà parlé hier de la façon dont Augustin parle de l’analogie de la foi dans l’interprétation de la Bible, mais Augustin (354-430) est peut-être encore plus clair dans De l’Instruction Chrétienne 2.9.14. En effet, il nous livre une méthodologie qui permettrait selon lui « d’éliminer toute hésitation en ce qui concerne les passages douteux ».

Dans tous ces livres, ceux qui craignent Dieu et qui sont doux et pieux cherchent la volonté de Dieu. Et en poursuivant cette recherche, la première règle à observer est, comme je l’ai dit, de connaître ces livres, si ce n’est pas encore avec la compréhension, de les lire encore pour les consacrer à la mémoire, ou du moins pour ne pas en rester totalement ignorant. Ensuite, les questions qui y sont clairement énoncées, qu’il s’agisse des règles de vie ou des règles de foi, doivent être examinées avec plus de soin et d’assiduité; et plus un homme en découvre, plus son entendement devient vaste. Car parmi les choses qui sont clairement énoncées dans l’Écriture, il y a toutes les choses qui concernent la foi et le mode de vie – la foi, l’espérance et l’amour, dont j’ai parlé dans le livre précédent. Par la suite, lorsque nous nous serons familiarisés dans une certaine mesure avec le langage de l’Écriture sainte, nous pourrons procéder à l’ouverture et à la recherche des passages obscurs et, ce faisant, tirer des exemples des expressions plus simples pour éclairer les passages les plus obscurs, et utiliser les évidences de passages sur lesquels il n’y a aucun doute pour éliminer toute hésitation en ce qui concerne les passages douteux. Ainsi, dans ce domaine, la mémoire compte beaucoup; mais si la mémoire est défectueuse, rien ne peut la remplacer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *