Médiévaux

Sauvés par la grâce seule – Jean Wessel Gansfort (1419-1489)

Docteur en théologie successivement à Cologne, Louvain, Paris, Heidelberg et Groningue.


« Saint Paul et saint Jacques disent des choses diverses, mais non contraires. L’un et l’autre pensent que le juste vit de la foi, mais d’une foi qui opère par la charité. Celui qui, entendant l’Evangile, croit, désire, espère, se confie en la bonne nouvelle, et aime Celui qui le justifie et le béatifie, se donne alors entièrement à Celui qu’il aime, et ne s’attribue rien, puisqu’il sait que de son propre fond il n’a rien. La brebis doit distinguer les choses dont on la paît, et éviter un aliment corrompu, quand même il est offert par le pasteur lui-même. Le peuple doit suivre les pasteurs dans les pâturages ; mais quand ce n’est plus dans les pâturages qu’ils le conduisent, ils ne sont plus pasteurs ; et alors, puisqu’ils sont hors d’office, le troupeau n’est plus tenu à leur obéir. Nul n’agit plus efficacement pour la destruction de l’Eglise qu’un clergé corrompu. Tous les chrétiens, même les derniers, même les plus simples, sont tenus de résister à ceux qui détruisent l’Eglise. Il ne faut accomplir les préceptes des prélats et des docteurs que dans la mesure prescrite par saint Paul (1 Thess., v.21), savoir en tant que, siégeant dans la chaire de Moïse, ils parlent selon Moïse. Nous sommes les serviteurs de Dieu et non du pape, selon ce qui est dit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu le serviras lui seul. Le Saint-Esprit s’est réservé de réchauffer, de vivifier, de conserver, d’augmenter l’unité de l’Eglise, et il ne l’a pas abandonnée au pontife de Rome, qui souvent ne s’en soucie nullement. »

Farago Wesseli, cité par Jean-Henri Merle D’Aubigné.

2 commentaires

  • Etienne Omnès

    Ce serait intéressant de savoir quel était « l’état de la papauté » à l’époque: On est d’accord qu’elle a pas toujours été brillante (avec une tâche majeure au Xe siècle, lors de la pornocratie, et la farce tragique du grand schisme d’occident), mais tout de même je me demande ce qu’il y avait à l’époque *de particulier*
    Peut être que c’est juste la fin de moyen-âge… après tout du temps de Luther, tout le monde était d’accord qu’il fallait réformer l’église, le désaccord était plus sur le comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *