Catholicisme Romain,  Histoire de l'Église,  The Calvinist International

La Gouvernance de l'Église Catholique (3) : ce que Rome prétend

De nombreuses discussions sur le catholicisme romain permettent aux revendications  débattues de Rome de se situer à un niveau général. On nous dit que les catholiques croient aux prêtres, aux évêques et à la succession apostolique. Les pères de l’Eglise des six premiers siècles du christianisme sont alors amenés à soutenir ces concepts et catégories. Mais c’est déjà une approche erronée. Voyez-vous, le catholicisme romain ne prétend pas simplement que Jésus a créé une église gouvernée par des évêques qui descendent directement des apôtres. Elle affirme que Jésus a établi un épiscopat singulier par l’intermédiaire de l’apôtre Pierre qui a ensuite donné cette juridiction monoépiscopale à l’évêque de Rome. Cette juridiction s’étend à tous les autres évêques et même à toutes les églises particulières. La littérature dogmatique catholique romaine le dit clairement.

Vatican I

Le premier Concile du Vatican représente l’expression la plus complète de l’ecclésiologie catholique romaine. Il contient toutes les affirmations majeures, et il tient ceux qui rejettent ces affirmations pour anathème. Par exemple, Vatican I déclare :

…le siège apostolique et le pontife romain ont une primauté mondiale, et le pontife romain est le successeur du bienheureux Pierre, le prince des apôtres, vrai vicaire du Christ, chef de toute l’Eglise, père et maître de tout le peuple chrétien. C’est à lui, le bienheureux Pierre, que notre Seigneur Jésus-Christ a donné la pleine puissance pour s’occuper, gouverner et diriger l’Église universelle.

(Session 4, chapitre 3, point 1)

Notez les détails de cette déclaration. Jésus aurait effectivement donné cette gouvernance universelle à Pierre, et le pontife romain est le successeur de Pierre. Immédiatement avant et immédiatement après ce paragraphe, Vatican Ier soutient que cette revendication est un fait exégétique et historique, « soutenu par le témoignage clair de l’Écriture Sainte, et adhérant aux décrets manifestes et explicites de nos deux prédécesseurs, les pontifes romains et des conciles oecuméniques… ».

Certaines implications découlent directement de ce fait :

C’est pourquoi nous enseignons et déclarons que, par ordonnance divine, l’Église romaine possède une prééminence du pouvoir ordinaire sur toute autre Église, et que ce pouvoir juridictionnel du pontife romain est à la fois épiscopal et immédiat. Le clergé et les fidèles, de quelque rite et dignité que ce soit, individuellement et collectivement, sont tenus de se soumettre à ce pouvoir par le devoir de subordination hiérarchique et d’obéissance véritable, et ce non seulement en matière de foi et de morale, mais aussi en ce qui concerne la discipline et le gouvernement de l’Église dans le monde.

(Session 4, chapitre 3, point 2)

Le Concile est clair sur le fait que cette autorité s’applique à la fois à la foi et à la morale, à l’enseignement des proclamations ainsi qu’aux décisions concernant le gouvernement et la discipline. Tout appel à un concile sur et contre un pape est interdit (4.3.8), et quiconque rejetterait le pouvoir plénier absolu du pape dans la foi, la morale, la discipline ou le gouvernement est placé sous un anathème (4.3.9).

Le droit canonique catholique actuel prescrit également ce type d’identité ecclésiastique. Il est écrit :

Can. 331 L’évêque de l’Église romaine, en qui continue l’office donné par le Seigneur uniquement à Pierre, le premier des apôtres, et qui doit être transmis à ses successeurs, est le chef du collège des évêques, le Vicaire du Christ et le pasteur de l’Église universelle sur terre. En vertu de sa charge, il possède un pouvoir ordinaire suprême, plein, immédiat et universel dans l’Église, qu’il est toujours capable d’exercer librement.

Can. 333 §1. En vertu de sa charge, le Souverain Pontife romain possède non seulement le pouvoir sur l’Église universelle, mais il obtient aussi la primauté du pouvoir ordinaire sur toutes les Églises particulières et leurs groupes. De plus, cette primauté renforce et protège le pouvoir propre, ordinaire et immédiat que possèdent les évêques dans les églises particulières qui leur sont confiées.

§2. Dans l’exercice de la charge de pasteur suprême de l’Église, le Pontife romain est toujours en communion avec les autres évêques et avec l’Église universelle. Il a néanmoins le droit, selon les besoins de l’Église, de déterminer la manière, personnelle ou collégiale, d’exercer cette fonction.

§3. Aucun appel ou recours n’est permis contre une sentence ou un décret du Souverain Pontife romain.

Il est important de souligner quelques points. Les affirmations faites sont historiques et factuelles. Jésus aurait donné cette charge particulière à Pierre qui devint alors le premier évêque de Rome et occupa ce siège épiscopal avec cette autorité. L’évêque de Rome a un pouvoir total et absolu sur toutes les églises particulières et même sur tous les chrétiens. Il ne reçoit pas cette autorité des autres chrétiens, églises ou clercs. Il n’est pas leur représentant élu. Au contraire, il reçoit cette autorité directement du Christ et gouverne immédiatement toutes les églises et tous les chrétiens. Il peut choisir d’utiliser un collège d’évêques. Il peut choisir de ne pas le faire. Et ses peines et ses jugements sont sans appel ni recours.

Tout cela, c’est ce que Rome proclame de l’Église, et c’est ce que les catholiques doivent croire s’ils croient que l’Église catholique romaine est la seule vraie Église, l’Église fondée par Jésus Christ.

L’histoire de la revendication romaine

Vatican Ier n’était pas la première fois que ce genre de revendications étaient faites par l’Église catholique romaine. Dès le XIe siècle, de telles idées étaient attachées à la papauté. Dictatus Papae, souvent attribué à Grégoire VII, fait ces affirmations :

1 Que l’église romaine a été fondée par Dieu seul.

2 Que seul le pontife romain peut, de droit, être appelé universel.

4 Que, dans un concile, son légat, même s’il est d’un grade inférieur, est au-dessus de tous les évêques, et qu’il peut prononcer une sentence de déposition contre eux.

15 Que celui qui est ordonné par lui peut présider une autre église, et sans avoir de position subordonnée, et de telle façon qu’il ne puisse recevoir d’aucun évêque un grade supérieur.

18 Qu’une sentence prononcée par lui ne puisse être rétractée par personne, à moins que lui-même, seul de tous, la rétracte.

19 Qu’il ne soit jugé par personne.

Beaucoup contestent la validité et l’autorité de Dictatus Papae, et il est donc important de souligner que ses revendications sont reprises par les Décrets de Gratien (avec l’importante mise en garde que les décrets semblent permettre à un pape d’être jugé dans le cas de l’hérésie, bien que plus tard les théologiens soient partagés sur la façon dont cela pourrait réellement fonctionner. Le droit canonique actuel l’interdit : « Can. 1404 Le Premier Siège n’est jugé par personne »).

Le quatrième Concile de Latran de 1215 soutenait que toutes les autres Églises sont subordonnées à Rome :

nous décrétons, avec l’approbation de ce synode universel sacré, qu’après l’Eglise romaine, qui par la disposition du Seigneur a la primauté du pouvoir ordinaire sur toutes les autres Eglises en tant que mère et maîtresse de tous les fidèles du Christ, l’Eglise de Constantinople aura la première place, celle d’Alexandrie la deuxième, celle d’Antioche la troisième et celle de Jérusalem la quatrième place, chacune maintenant son propre rang.

Cela a été exposé plus en détail en 1302, lorsque Unam Sanctam a plaidé :

C’est pourquoi, de l’unique et seule Église, il y a un seul corps et une seule tête, pas deux têtes comme un monstre, c’est-à-dire le Christ et le Vicaire du Christ, Pierre et le successeur de Pierre, puisque le Seigneur, parlant à Pierre lui-même, dit :  » Pais mes brebis « [Jn 21:17], ce qui signifie, mes brebis en général, et non celles-ci, ni celles-là en particulier, d’où nous savons qu’il lui confia tout. C’est pourquoi, si les Grecs ou d’autres disent qu’ils ne sont pas confiés à Pierre et à ses successeurs, ils doivent confesser qu’ils ne sont pas les brebis du Christ, puisque Notre Seigneur dit dans Jean :  » Il y a une bergerie et un pasteur « .

Nous voyons ici une revendication exégétique, que Jésus a confié la gouvernance de l’Église entière à Pierre et à ses successeurs dans Jean 21:17. C’est important parce que cela permet de rejeter toute revendication ultérieure selon laquelle l’Église catholique pourrait développer ce type d’enseignement. Unam Sanctam ne prétend pas que l’enseignement était vaguement présent sous forme de graines, nécessitant d’être clarifié et appliqué d’une nouvelle manière. Il dit que son enseignement vient directement de Jésus.

Le Concile de Florence de 1439 fit cette déclaration :

Nous définissons aussi que le saint Siège apostolique et le pontife romain détient la primauté sur le monde entier et que le pontife romain est le successeur du bienheureux Pierre prince des apôtres, et qu’il est le vrai vicaire du Christ, le chef de l’Église entière et le père et le maître de tous les chrétiens, et au bienheureux Pierre a été confié le plein pouvoir de prendre soin, diriger et gouverner l’Église entière, comme on peut le trouver dans les conciles oecuméniques et dans les canons saints.

Encore une fois, nous voyons que l’évêque romain reçoit l’enseignement universel et l’autorité gouvernante sur toute l’Église (en fait, le monde entier), et il reçoit cette autorité par Pierre qui l’a reçue du Christ.

Le Concile de Trente a précisé que le clergé catholique romain ne reçoit pas son autorité des laïcs et que par conséquent son ordination et son autorité ne dépendent pas du consentement des laïcs :

En outre, le sacré et saint Synode enseigne que, dans l’ordination des évêques, des prêtres et des autres ordres, ni le consentement, ni la vocation, ni l’autorité, que ce soit du peuple, ni d’aucun pouvoir civil ou magistrat quelconque, ne sont nécessaires, de sorte que, sans ces choses, l’ordination soit nulle (23e Session, chapitre 4)

Et aussi :

CANON VI – Si quelqu’un dit que, dans l’Église catholique, il n’y a pas de hiérarchie par ordination divine instituée, composée d’évêques, de prêtres et de ministres, qu’il soit anathème.

CANON VII – Si quelqu’un dit que les évêques ne sont pas supérieurs aux prêtres, ou qu’ils n’ont pas le pouvoir de confirmer et d’ordonner, ou que le pouvoir qu’ils possèdent est commun à eux et aux prêtres, ou que les ordres qu’ils donnent, sans le consentement ou la vocation du peuple ou du pouvoir séculier, sont invalides ; ou que ceux qui n’ont pas été ordonnés à juste titre, ni envoyés, par le pouvoir ecclésiastique et canonique, mais qui viennent d’ailleurs, sont des ministres légitimes de la parole et des sacrements ; qu’il soit anathème.

Encore une fois, on prétend que la hiérarchie de l’Église catholique est venue par ordination divine. On dit que les évêques sont supérieurs aux prêtres et que la validité de toute ordination ne dépend pas du consentement des laïcs mais du pouvoir ecclésiastique supérieur.

Ainsi, la définition complète du gouvernement de l’Église donnée par le Concile Vatican I a déjà été donnée de diverses manières entre le XIe et le XVIe siècle. C’est clairement un dogme catholique romain. Elle soutient que le gouvernement hiérarchique de l’Église est monoépiscopal, descendant de Jésus à Pierre, à l’évêque de Rome et ensuite à toutes les autres Églises. Ce gouvernement est universel et absolu, et l’évêque de Rome enseigne et gouverne toutes les églises chrétiennes immédiatement. Aucun jugement ne peut être rendu sur lui et aucun appel ne peut être interjeté en dehors de lui.

Mais comment ces revendications se comparent-elles à la réalité des premiers siècles de l’Église chrétienne ? Ces affirmations peuvent-elles être corroborées par les Écritures ou par l’histoire ? Les faits de l’histoire montrent-ils une image contraire ?

Nous consacrerons notre prochain article à cette question.

Maxime est étudiant en médecine en 4ème année (FASM1) à la Faculté de Médecine et Maïeutique de l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde avec laquelle il vit sur Lille.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *