Catholicisme Romain,  Histoire de l'Église,  The Calvinist International

La Gouvernance de l'Église Catholique (5) : Actes des apôtres

Le livre des Actes des Apôtres nous donne quelques exemples de direction d’Eglise sous la supervision directe des apôtres. Dans son chapitre d’ouverture, nous voyons Pierre présider les 120 premiers disciples (Actes 1:15). Mais quand il propose la sélection d’un remplaçant pour Judas, il propose quelque chose d’une méthode conciliaire : « Et ils en ont proposé deux… Et ils ont tiré au sort… » (Actes 1:26). Chacun des 11 apôtres a son lot. Pierre ne dicte pas la décision, et aucun effort n’est fait pour montrer qu’il a donné son approbation finale. Au contraire, les 11 lots sont présentés ensemble, comme étant tout aussi significatifs, et le rituel lui-même reçoit une signification charismatique. Ce qui semble le plus important, c’est le maintien du nombre de 12 pour l’apostolat.

Le prochain acte significatif du gouvernement de l’église apparaît dans Actes 6. Là, « sept » sont choisis pour une charge qui a par la suite été identifiée comme la charge de diacres (bien que les détails soient souvent contestés). Actes 6:2 dit que « les douze » accomplissaient l’action gouvernante : « les douze dirigeaient la multitude des disciples ». Les douze demandent alors à la multitude de choisir sept hommes dans leurs propres rangs, selon leur réputation personnelle et leurs dons charismatiques (Actes 6:3). Après avoir été sélectionnés, les sept furent amenés aux douze et ordonnés. La lecture la plus naturelle indiquerait que ce sont les douze qui ont fait l’ordination, mais certains chercheurs soutiennent le contraire.

Cet exemple est utile pour montrer que les apôtres exerçaient une fonction de gouvernement direct sur les affaires ministérielles ordinaires. Ils recommandèrent une délégation de certaines activités, demandèrent l’apport des laïcs, puis (probablement) accomplirent l’action finale de l’ordination, par l’imposition des mains (Actes 6:6). Et pourtant, cet exemple n’est pas monoépiscopal, avec Pierre à la tête. Nous ne voyons aucune revendication de primauté pétrinienne et certainement aucune revendication d’immédiateté pétrinienne. Au lieu de cela, un collège d’apôtres ordonne des hommes qui ont été choisis par le peuple.

Le prochain passage pertinent du livre des Actes des apôtres est l’ordination de l’apôtre Paul. Ayant été miraculeusement converti par Dieu sur le chemin de Damas, Paul (alors appelé Saul) a les mains posées sur lui par un « disciple » par ailleurs inconnu nommé Ananias (Actes 9:10, 17). Cela se passe à Damas, et il n’est pas fait mention d’Ananias ayant un lien avec un autre apôtre ou même d’être ordonné lui-même. Cette imposition des mains restaure la vue de Paul, mais elle le remplit aussi de l’Esprit Saint. Immédiatement après sa rencontre avec Ananias, Paul commence à prêcher (Actes 9:20).

Paul ne va pas à la rencontre des autres disciples avant « que plusieurs jours ne soient passés » (Actes 9:23). Pendant tout ce temps, il continue à prêcher. Dans l’Épître aux Galates, Paul dit que trois ans se sont écoulés avant qu’il ne rencontre les autres apôtres à Jérusalem (Ga 1.17-18). Actes des apôtres ne fait aucune mention des apôtres imposant à nouveau les mains sur Paul, et Paul lui-même rejette tout argument selon lequel son ordination est venue par la médiation des autres apôtres :

Ceux qui sont les plus considérés-quels qu’ils aient été jadis, cela ne m’importe pas: Dieu ne fait point acception de personnes, – ceux qui sont les plus considérés ne m’imposèrent rien. Au contraire, voyant que l’Evangile m’avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, – car celui qui a fait de Pierre l’apôtre des circoncis a aussi fait de moi l’apôtre des païens, – et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d’association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis. Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai bien eu soin de faire.
(Gal. 2:6-10)

Remarquez que Paul nie que quelque chose ait été « ajouté » à son ministère quand il a rencontré les « piliers » de l’église. En fait, Paul établit un parallèle entre son autorité apostolique et celle de Pierre : « Ils ont vu que l’évangile pour les incirconcis m’avait été confié, comme l’évangile pour les circoncis l’avait été à Pierre (car celui qui a travaillé efficacement en Pierre pour l’apostolat des circoncis a aussi travaillé efficacement en moi pour les gentils) ». Pierre peut avoir un apostolat pour les croyants juifs, mais Paul reçoit directement de Dieu son apostolat pour les païens. C’est important pour ce qui suit immédiatement dans Galates 2, quand Paul a confronté et corrigé Pierre.

Revenant à l’histoire de l’Église dans les Actes des apôtres, Paul quitte Jérusalem et retourne à Tarse, où Barnabas le retrouve plus tard (Actes 11:25). Barnabas amène Paul à Antioche, où les deux ministres sont réunis. L’Eglise d’Antioche est décrite comme ayant « des prophètes et des docteurs », et ces prophètes et docteurs commissionnent Paul et Barnabas pour un travail missionnaire particulier (Actes 13:2-3). Ceci est présenté comme une action de groupe, bien que les Écritures soient claires sur le fait qu’elle a été conduite par une révélation du Seigneur. Ainsi, nous voyons deux apôtres principaux (Barnabas est appelé un apôtre dans Actes 14:14, même s’il n’est pas l’un des douze apôtres originels), gouvernant aux côtés d’un groupe de docteurs et de prophètes.

L’image peut-être la plus importante de la gouvernance de l’Église primitive se trouve dans le Concile de Jérusalem en Actes 15. Ce concile a été appelé à traiter de la question de la circoncision et a été décisif pour fixer le cours du christianisme par opposition au judaïsme. Mais elle peut aussi nous montrer comment l’Église apostolique a organisé son leadership et comment elle a pris des décisions pour la foi et la morale.

Actes 15:2 dit que « ils décidèrent que Paul, Barnabas et certains autres d’entre eux monteraient à Jérusalem, auprès des apôtres et des anciens, sur cette question ». Ainsi, les deux apôtres d’Antioche, ainsi qu’un petit groupe représentatif, se rendirent auprès d’un groupe d' »apôtres et d’anciens » à Jérusalem. Il n’est pas fait mention ici de la singularité ou de la primauté pétrine, et le Concile est en effet présenté comme un collège d’apôtres et d’anciens. Pierre est l’un des premiers à prendre la parole à ce concile (Actes 15:7), mais il est suivi par Barnabas et Paul (Actes 15:12). Il est important de noter que c’est Jacques qui donne un « jugement » (Actes 15:13, 19). Cela s’inscrit dans la tradition selon laquelle Jacques agissait en tant qu’évêque de l’église de Jérusalem. Après que le conseil lui-même ait délibéré, James a pris la décision de gouverner : « C’est pourquoi je juge que nous ne devons pas troubler ceux des païens qui se tournent vers Dieu… » La lettre écrite pour faire la chronique de la décision du Concile est attribuée aux « apôtres, aux anciens et aux frères » (Actes 15:23). Ainsi, on pourrait soutenir que le Concile de Jérusalem était une décision de l’ensemble de l’organisme, ou que c’était un concile qui était dirigé par son autorité épiscopale principale, l’apôtre Jacques. L’opinion que Pierre régnait sur les autres apôtres et leur déléguait son autorité épiscopale personnelle n’est pas une option envisageable face au texte.

Immédiatement après le Concile de Jérusalem, il se passe quelque chose qui offre également une perspective utile. Paul et Barnabas se disputent à propos de Jean Marc, et Barnabas prend Jean Marc avec lui et commence un ministère séparé (Actes 15:36-39). Paul retient Silas (15:40), mais très peu de temps après il choisit Timothée pour remplacer Jean Marc (Actes 16:1-3). Ce que nous apprenons de cette série d’événements, c’est que Paul ne soumet pas de telles activités à Pierre, ni même à aucun conseil supérieur. Paul peut même recruter et ordonner (Timothée aurait été ordonné par Paul dans 2 Timothée 1:6) sans consulter d’autres autorités extérieures. Ainsi, un homme qui nie que sa propre ordination est venue de Pierre, et qui dit que son propre apostolat est égal et parallèle à celui de Pierre, ordonne de nouveaux successeurs indépendants de Pierre ou de tout autre des « douze ». Comme il est indiqué plus clairement dans le 1er et le 2e Timothée, Paul enverra aussi Timothée ordonner plus d’anciens, et, encore une fois, aucune mention n’est faite d’une autorité supérieure ou en dehors de la juridiction ecclésiastique.

Actes fournit quelques occasions plus pertinentes de formation et d’ordination dans l’Eglise. A la fin d’Actes 18, on nous dit qu’Apollos s’est lancé dans une sorte de ministère impromptu sans aucune supervision formelle de la part des autres apôtres et même avec une connaissance doctrinale incomplète. Néanmoins, il prêcha avec puissance et gagna de nombreux convertis à Éphèse. Aquilas et Priscille l’aidèrent à se former davantage (Actes 18:26) et « les frères » écrivirent aux « disciples » et les encouragèrent à le « recevoir » (Actes 18:27). Apollos semble avoir aidé à fonder l’église d’Ephèse, parce que quand Paul arrive, il découvre que les disciples n’ont entendu parler que du baptême de Jean (donc ils n’ont été enseignés que par Apollos). Paul baptise alors de nouveau les croyants et leur impose les mains, mais cela est expliqué comme étant nécessaire parce qu’Apollos n’avait pas encore proclamé le message du Saint-Esprit et n’avait pas administré le baptême chrétien.

En effet, quand Paul fait mention d’Apollos dans 1 Corinthiens, il parle de lui comme d’une sorte d’égal, aux côtés même de Pierre (1 Cor 1:12 ; 3:4-6, 22 ; 16:12). Ce qui est important, c’est que Paul dit que les trois noms sont également sans rapport avec le contenu de l’évangile, la transformation réelle de l’Esprit et l’unité supérieure de l’Église – une unité qui ne se trouve pas « en » Pierre ou « en » Paul (ou tout autre ministre) mais plutôt le contenu de l’évangile prêché, une unité sur la croix du Christ.

Cette église éphésienne s’est développée, et en Actes 20 nous voyons qu’elle a des anciens. Actes 20:17 dit que Paul a appelé « les anciens de l’Église ». L’église est singulière, et pourtant les anciens sont pluriels. Dans vs. 28, Paul dit que le Saint-Esprit a fait de ces anciens des « surveillants » (episkopous ou, littéralement, évêques) qui sont « pasteurs » de l’église. Le mot utilisé pour berger signifie littéralement « nourrir ou garder un troupeau de moutons ». Ainsi, l’église d’Éphèse avait de multiples anciens qui étaient aussi évêques, chargés du ministère pastoral. S’il y avait eu une gouvernance épiscopale singulière, Paul aurait été cet évêque, et pourtant quand il quitte Éphèse, il ne laisse aucun successeur singulier. Au lieu de cela, il laisse une pluralité d’anciens et d’évêques à qui l’on dit collectivement d’agir comme pasteurs de l’Église. Le verset 30 indique clairement que c’était la dernière fois que Paul était présent à Éphèse.

Alors que Paul commence son dernier voyage à Jérusalem, on nous dit que Philippe était « l’un des sept » (Actes 21:8), une référence aux Actes 6. Il y a aussi divers « prophètes » mentionnés dans Actes 21, ce qui indique que de multiples sortes d' »ordres » uniques existaient à l’époque. Il y a les « douze » originaux, les « sept » nommés pour servir à un niveau plus local à la place des Douze, l’apôtre Paul et divers prophètes, sans parler de la pluralité des anciens évêques à Éphèse. Quand Paul arrive à Jérusalem, il va voir Jacques, qui est décrit comme une sorte d’ancien évêque local qui préside un collège d’anciens : « Le lendemain, Paul entra avec nous chez Jacques, et tous les anciens étaient présents » (Actes 21:18). Cela continue l’impression que Jacques occupait la plus haute « charge » à Jérusalem, comme nous l’avons vu dans Actes 15.

Il est intéressant de noter que le livre des Actes des apôtres se termine avec Paul dans la ville de Rome. On nous dit que « les frères » y sont présents (Actes 28:15), mais aucun autre nom n’est donné. Paul choisit d’aller voir les dirigeants juifs et de leur prêcher, mais il n’y a aucune mention d’une église ou d’une hiérarchie chrétienne établie.

Maxime est étudiant en médecine en 4ème année (FASM1) à la Faculté de Médecine et Maïeutique de l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde avec laquelle il vit sur Lille.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *