Catholicisme Romain,  The Calvinist International

La Gouvernance de l’Eglise catholique (6) : les épîtres pauliniennes

Parmi la littérature paulinienne, il y a deux passages majeurs qui traitent de la fonction ecclésiastique. 1 Tim. 3:1-13 mentionne « un évêque » et « des diacres ». Les deux sont présumés être ordinairement mariés, et la différence majeure entre les deux fonctions semble être que l’évêque est « capable d’enseigner » (vs. 2). L’autre passage majeur est Tite 1,5-9, où l’on parle des « anciens ». Tite a reçu l’ordre de « nommer » les anciens dans chaque ville (vs. 5). Ces « anciens », cependant, sont aussi appelés « évêques » dans le verset 7, laissant l’impression que les termes sont largement interchangeables, ce que nous avons également vu en Actes 21. Ces anciens-évêques opèrent au niveau de la ville, et Titus est envoyé en Crète pour nommer ces officiers à travers l’île. Ainsi, cela créerait un collège d’anciens-évêques travaillant ensemble pour l’Église de Crète.

Il y a encore quelques passages dans les écrits de Paul qui donnent quelques informations sur la gouvernance de l’Église en son temps. Il ne s’agit en grande partie que de références passagères, et il est difficile d’en tirer des conclusions définitives. On dit que beaucoup de ces lettres ont été écrites par Paul et Timothée ensemble, ce qui montre comment Timothée a pris un rôle de « successeur ». Philippiens 1:1 s’adresse à « tous les saints en Jésus Christ qui sont à Philippes, avec les évêques et les diacres ». Cela confirme l’idée que les « anciens » et les « évêques » sont des offices équivalents sur le plan fonctionnel, tous deux travaillant sur le ministère local. 1 Tim. 5:17 mentionne de nouveau les « anciens », et il distingue certains anciens qui « gouvernent bien » de ceux qui « surtout… travaillent à la parole et à la doctrine ». Ainsi, il se peut qu’une sous-section plus restreinte des  » anciens  » porte le fardeau principal du ministère de la  » parole et de la doctrine « . Cela pourrait expliquer pourquoi certaines images d' »anciens-évêques » portent une figure de proue entourée d’un groupe d’autres anciens, tous portant le même titre.

Éphésiens 4:11 nomme un certain nombre de ce qui semble être des « offices » de l’Église, en disant : « Lui-même en a donné quelques-uns pour apôtres, pour prophètes, pour évangélistes, et pour pasteurs et docteurs ». L’arrangement des mots semble indiquer que « pasteurs et docteurs » existent ensemble comme une seule classe, tandis que « apôtres, prophètes et évangélistes » existent ensemble comme une autre classe, mais cela n’est pas définitif. (Dans Actes 21, Philippe était identifié comme un « évangéliste » (Actes 21:8)). Les « prophètes » sont aussi mentionnés dans Actes 21:9-10). « Prophètes » apparaîtra aussi dans 1 Corinthiens 14. Dans une section, Paul donne des règles d’ordre sur la manière dont la prophétie doit avoir lieu dans le culte, et il dit, « les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes » (1 Cor. 14:32). Le contexte immédiat comprenait aussi des règles d’interprétation et de jugement de la prophétie – « que les autres jugent » (vs. 29). Cela indique qu’il existe un corps de « prophètes » publiquement reconnus qui étaient chargés de maintenir l’ordre et de juger les prophéties dans l’Église. L’existence de « prophètes » comme une sorte d’office ecclésial local apparaîtra dans au moins une source post-apostolique, et la description de Paul est donc importante ici.

Paul mentionne aussi nommément divers ministres. Romains 16 comprend un grand nombre de noms, mais pas celui de Pierre. Certains de ces noms apparaissent ailleurs dans le Nouveau Testament. Priscille et Aquila étaient présents dans les Actes des apôtres et ils apparaissent aussi dans 1 Cor. 16:19 et 2 Tim. 4:19. Il semble probable que certains des divers autres noms puissent être des pasteurs d’une sorte ou d’une autre, mais Paul ne les identifie pas comme tels. Colossiens 4:7 nomme Tychique comme « ministre fidèle ». Marc et Luc sont également présents avec Paul lors de l’écriture de Colossiens (Col. 4:10, 14)). Onésime, Aristarque, Épaphras et Démas (Col. 4.9, 10, 12, 14) apparaissent de nouveau dans Philémon vs. 24, et là ils sont appelés « compagnons de travail ». Cela pourrait indiquer qu’ils occupaient tous une sorte de fonction ministérielle. Philémon et Archippe semblent également être des pasteurs (Philémon vs. 1-2). Certains de ces mêmes noms apparaissent dans 2 Tim. 4:9-12, et il serait donc logique qu’il s’agisse d’assistants de Paul qui, plus tard, occuperont des fonctions ecclésiastiques. Demas, cependant, est pointé du doigt comme ayant abandonné le ministère (2 Tim. 4:9). Cependant, à aucun moment Paul n’identifie les fonctions de ces hommes avec quelque particularité que ce soit, et il ne présume pas non plus qu’il y ait un fardeau nécessaire pour établir leurs lettres de créance ou leur filiation. Il n’y a pas de plus grande structure ecclésiastique à identifier, ni « les douze », ni « les sept ». Quand Paul justifie ses propres accréditations ministérielles, il fait appel à une révélation divine et au fruit réel de son ministère. Comme nous l’avons vu plus haut, dans les Galates 1 et 2, Paul rejette toute idée selon laquelle son ministère apostolique devrait être subordonné aux Douze Apôtres originaux ou être « médié » par eux.

Maxime est étudiant en médecine en 4ème année (FASM1) à la Faculté de Médecine et Maïeutique de l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde avec laquelle il vit sur Lille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *