Pères de l'Église

Tertullien sur la nature de Dieu

Dieu est invisible, bien qu’on le voie; il est insaisissable, bien que sa grâce nous le rende présent; incompréhensible, bien que nos facultés puissent le concevoir : c’est ce qui prouve sa vérité et sa grandeur. Les autres choses qu’on peut voir, saisir, comprendre à la manière ordinaire, sont inférieures aux yeux qui les voient, aux mains qui les touchent, aux sens qui les découvrent. Mais ce qui est infini n’est parfaitement connu que de soi-même. Ce qui fait comprendre Dieu, c’est l’impossibilité de le comprendre : l’immensité de sa grandeur le dévoile et le cache tout à la fois aux hommes. Et toute leur faute consiste à ne pas vouloir connaître celui qu’ils ne sauraient ignorer. Voulez-vous que nous prouvions l’existence de Dieu par ses ouvrages, si nombreux et si beaux, qui nous conservent, qui nous soutiennent, qui nous réjouissent, par ceux-mêmes qui nous effraient? par le témoignage même de l’âme, qui, bien qu’à l’étroit dans la prison du corps, bien que pervertie par une éducation mauvaise, bien qu’énervée par les passions et la concupiscence, bien qu’asservie aux faux dieux, lorsqu’elle revient à elle-même, comme si elle sortait de l’ivresse ou du sommeil, ou de quelque maladie, et qu’elle recouvre la santé, invoque Dieu sous ce seul nom, parce que le vrai Dieu est unique. « Dieu est grand, Dieu est bon! » et « ce qu’il plaira à Dieu », voilà le cri universel. Elle le reconnaît aussi pour juge : « Dieu le voit » et « Je me repose sur Dieu » et « Dieu me le rendra ». O témoignage de l’âme naturellement chrétienne! Et, en prononçant ces paroles, ce n’est pas vers le Capitule qu’elle tourne les yeux, mais vers le ciel. Elle connaît, en effet, le séjour du Dieu vivant : c’est de Lui, c’est de là qu’elle est descendue.

Tertullien, Apologie, XVII, 2-6.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *