Somme Théologique

La perfection de Dieu – Thomas D’Aquin

Si vous suivez régulièrement notre série, vous avez peut être du mal à vous remettre des 3700 mots du dernier article sur la simplicité divine. Rassurez vous celui-ci sera plus court! Après avoir étudié l’attribut de tout les attributs -la simplicité de Dieu – Thomas étudie la perfection de Dieu en trois petits articles. Nous en sommes à la partie I, Question 4. Je vous rappelle que vous pouvez lire la Summa par vous-même sur le site d’Arnaud Dumouch docteurangelique.free.fr

Article 1: Dieu est-il parfait?

Facile!

Il est dit en S. Matthieu (5, 48) : “ Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.”

Ce qu’on risque d’avoir du mal à comprendre, c’est qu’on puisse seulement se poser la question. Il faut alors comprendre qu’on a jusqu’ici développé une idée de Dieu qui pouvait remettre en question l’idée qu’il était la perfections suprême. Notamment, nous avons dit qu’il était la Cause Première, et qu’il était l’Existence même, ce qui pourrait laisser entendre qu’il est une sorte de « matière première » à partir duquel la création, plus perfectionnée et sophistiquée encore que son créateur se développe. C’était l’opinion des pythagoriciens par exemple.

Mais il n’en est pas ainsi. Si Dieu est effectivement la fondation de toute existence, ce n’est pas comme « matière première » de la création. En langage thomiste on dira: principe matériel. C’est en tant que Cause Première.

La création n’est pas une « existence brute » qui est raffinée et sophistiquée sous des myriades de formes différentes. C’est une perfection absolue (celle de Dieu) qui est divisée et répartie sous des myriades de « petites perfections » différentes. Ainsi se réalise cette parole de la Bible: « Les cieux racontent la gloire de Dieu ».

Chaque élément de la création est un tout petit morceau de gloire et de beauté de Dieu qui arrangée dans son ensemble forme comme un miroir, une image de la gloire parfaite de son créateur. Il est donc parfait, plus que la création.

Article 2: Dieu contient-il en lui les perfections de toute chose?

Est ce que Dieu contient la couleur blanche de la neige? Ou la dureté du roc? Ce sont pourtant des perfections de ces deux objets, mais ça n’a aucun sens si Dieu n’est pas matériel. A ceci et d’autres objections, Thomas répond:

Denys a dit : “ Dieu, par sa seule existence, possède d’emblée tout le reste. ”

Certes les perfections de toutes choses sont en Dieu. Aussi est-il dit universellement parfait, parce qu’aucune grandeur ne lui manque de toutes les perfections qu’on peut découvrir dans tous les ordres, ainsi que l’affirme le Commentateur – Ia, Q4, a2

Il explique en deux arguments:

Il y a deux façons d’avoir la perfection des effets dans une cause efficiente. En langage de tous les jours ca veut dire qu’il y a deux façons d’amener à l’épanouissement complet une certaine chose chez celui qui la crée.

La première est que la perfection de l’effet soit sous la même raison: l’homme engendre un homme. Je ne fais que transmettre mon humanité à un autre être en engendrant. Une autre façon est d’avoir la perfection de l’effet de manière éminente. Par exemple: le soleil a en lui la croissance du blé de façon éminente, parce qu’il lui transmets l’énergie nécessaire à sa croissance.

C’est de cette deuxième façon que Dieu a en lui toutes les perfections. Il n’a pas en lui la blancheur de la neige ou la dureté du roc, mais il a et il donne l’existence à la neige et au roc, qui ensuite ont leur perfections propres. Sans Dieu pas de neige, pas de roc, et donc pas de blancheur ni de dureté ni le reste des perfections de la création.

C’est ainsi qu’on dit qu’il a en lui la perfection de toutes choses.

Article 3: Peut-on dire que les créatures ressemblent à Dieu ?

Cela semble être une erreur de langage: Dieu est le tout autre, il l’est Unique, il n’est comparable à rien. Le psalmiste le dit lui-même « Qui est comme toi parmi les dieux, Seigneur? » A ceci Thomas répond:

En sens contraire, La Genèse (1, 26) met ces paroles dans la bouche de Dieu : “ Faisons l’homme à notre image et ressemblance ”, et S. Jean écrit (1 Jn 3, 2) : “ Au temps de cette manifestation, nous lui serons semblables. ”

Toute ressemblance se prend de la communauté de forme, et pour ce motif il y a diverses sortes de ressemblance, selon diverses façons de communier dans la forme. – Ia, Q4, a3

Autrement dit: oui nous ressemblons à Dieu, mais ca dépend de ce que vous entendez par « ressembler ».

Il y a les ressemblances parfaites: un carré blanc ressemble à un autre carré blanc. Il y a les ressemblances imparfaites: un carré blanc ressemble à un carré blanc cassé. Et enfin, on utilise le mot ressemblance aussi pour désigner des choses qui ont quelque chose en commun, sans être la même chose. Par exemple, l’homme ressemble à un porc quand il drague lourdement une femme.

Je vous épargne les détails techniques, mais il faut comprendre que ce troisième type de ressemblance est basé non sur ce qu’est l’agent, mais sur ce que fait l’agent. Ainsi, le feu ressemble au soleil non parce qu’il a la même forme que le Soleil, mais parce qu’il réchauffe comme le soleil.

Les objets créés par Dieu ont la vie, le mouvement et l’être, et cela ressemble à Dieu qui est la Vie, le Moteur Premier et l’Être premier.

Et de même l’homme ressemble à Dieu non parce que sa nature est la même que celle de Dieu mais en plus petit, mais parce qu’il fait comme Dieu en divers points (morale, jugement, compréhension…)

Pour conclure cet article, j’aimerais citer la fin de la question, que je trouve très intéressante:

Si l’on concède en quelque manière, que la créature est semblable à Dieu, on ne peut aucunement concéder que Dieu soit semblable à la créature ; car, comme l’explique Denys, “ la similitude n’est mutuelle qu’entre des êtres appartenant à un même ordre, non entre l’effet et la cause ”. Ainsi nous disons bien qu’un portrait ressemble à son modèle, mais non que le modèle ressemble à son portrait. -Ia, Q4,a3

Synthèse

Dieu est-il parfait?

Oui, les autres perfections sont dérivées de lui.

Dieu contient-il les perfections de toutes choses?

Oui, en leur donnant l’être

Peut-on dire que les créatures ressemblent à Dieu?

Oui, parce qu’elles ont et agissent selon quelque chose qu’elles ont reçu de Dieu. Les créatures sont semblables à Dieu sans que Dieu ne soit semblable à ses créatures.

2 commentaires

  • Henry

    Bonjour,

    Vous passez malheureusement totalement à côté de l’élément essentiel de l’argumentation thomasienne : c’est le lien entre la perfection et l’Acte. Un être est parfait dans la mesure où il est en acte… Tout se joue donc ici entre l’acte et la puissance. Dieu n’est pas simplement parfait parce que les autres perfection dérivent de Lui, mais parce qu’Il est Acte pur. Le premier article est touffu, si bien qu’on ne sait pas où vous voulez en venir ; et à la lecture, on a bien l’impression que Thomas se borne à dire que Dieu est parfait, eh bien… parce qu’il est Dieu, alors que l’argumentation est bien précise sur ce point. La Perfection c’est l’Acte ; dans la mesure où un être entre en composition (de quelque manière que ce soit) avec autre chose, on peut dire qu’il est acte, mais l’acte n’est pas pur… Et donc, cet être reste imparfait.

    • Etienne Omnès

      Merci pour votre très bon commentaire.^^ La raison de ce manque est que je fais ce commentaire en mode « Sola Thomas » sans connaissance de la tradition thomiste ultérieure. Il me manque donc parfois cette clairvoyance, même si je soigne ce défaut depuis la première fois que cet article a été publié (il y a plus d’un an). Merci beaucoup pour votre retour, il est utile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *