Théologie

La hiérarchie des doctrines

Nous avons déterminé qu’il existait des doctrines fondamentales (celles qui distinguent le Christianisme des autres croyances) et des doctrines secondaires (qui soutiennent et rendent valides les fondamentales. Les remarques que nous avons fait sur certaines vérités bibliques (Qish père de Saül) et naturelles (la taille du Soleil) nous conduise à déterminer une troisième catégorie de vérité : les doctrines tertiaires. Tout ce que l’on peut savoir dans ce monde rentre dans l’une de ces catégories :

  1. Les doctrines fondamentales sont composées notamment de la divinité et de la résurrection de Jésus. Elles sont nécessaires à l’orthodoxie selon les conditions et critères établis plus haut. Celui qui les nie ne peut pas être appelé chrétien mais est hérétique ou incroyant. Elles impactent toutes les autres vérités chrétiennes et sont confessées dans les grandes confessions de foi historiques.
  2. Les secondaires rendent valables les vérités fondamentales ou découlent des vérités fondamentales, elles sont aussi acceptées par la majorité des théologiens dans l’histoire et celui qui les nie est aussi hérétique ou plutôt hétérodoxe. Toutefois, contrairement aux vérités fondamentales, elles ne distinguent pas nécessairement la foi chrétienne des autres croyances. Ces vérités peuvent venir de la Bible et de la Nature (réalisme, monothéisme).
  3. Le poids d’une roche, la parenté de Saül, la taille du Soleil sont des vérités tertiaires. Si quelqu’un ignore ces doctrines, ça ne change pas grand chose. Les vérités tertiaires sont donc composées de vérités qui proviennent de la Bible et de la Nature. Ces choses sont vraies, mais celui qui ne connait pas ces choses n’est pas hérétique, il est ignorant.

Rappelons ici qu’une personne orthodoxe est une personne qui croient aux vérités fondamentales et secondaires. Nous suggérerons par la suite que les vérités fondamentales sont contenues dans le Symbole de Nicée. Pour l’instant, retenons ces 3 catégories de vérités.

Cet article était un extrait de « le problème protestant : introduction« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *