Catéchisme de Heildelberg

Les douleurs humaines (Q11 Heidelberg)

Mais Dieu n’est-il pas aussi miséricordieux ?
A. Dieu est certes miséricordieux, mais il est également juste ; c’est pourquoi Sa justice exige que le péché, qui est commis contre la très haute majesté de Dieu, soit aussi puni d’un châtiment extrême, c’est-à-dire, d’un châtiment éternel du corps et de l’âme.

Après l’exposition des différentes sortes de péchés, Ursinus décrit la colère et la punition de Dieu face à ces péchés. On en arrive donc à la question 11 à la description des « afflictions » qui nous sont infligées à cause du péché dans le monde, et de leur lien avec la justice de Dieu. Découvrons ensemble ce qu’en dit Zacharias Ursinus.

1. Combien y-a-t-il de types d’afflictions?

A. Les afflictions éternelles

Il y a deux types d’afflictions, celles qui sont temporelles et celles qui sont éternelles. Eternelles sont ces tourments éternels du corps et de l’âme qui constituent la part finale des démons et des méchants qui, dans cette vie, ne sont pas convertis à Dieu. Elles sont appelées dans les Écritures : l’enfer, les tourments, le feu inextinguible, un ver qui ne meurt pas, et la mort éternelle, parce que ce sont des tourments qui seront éternels, et ceux que vivent les mourants, qui, bien qu’ils soient toujours mourants, ne seront jamais morts. Ce sera maintenant le caractère de la mort éternelle, toujours mourir, et ne jamais être mort ; ou ce sera une continuation de la mort, avec une augmentation infinie d’agonies et de tourments infernaux. […] (Isaïe 66:24 ; Marc 9:43, 44 ; Matthieu 25:41 ; 1 Pierre 4:18) La raison qui rend cette forme de punition nécessaire est évidente : ce péché commis contre Dieu, qui est infiniment bon, exige une punition et une satisfaction infinies, qui ne pourraient être rendues par les afflictions qui sont simplement liées à cette vie. Cela ne satisferait pas la justice infinie et éternelle de Dieu.

[…]

B. Les afflictions temporelles

Les afflictions temporelles, telles que la maladie, la pauvreté, le reproche, la calomnie, l’oppression, le bannissement, les guerres et les autres misères de cette vie, ainsi que la mort temporelle elle-même, sont communes tant aux justes qu’aux méchants. Ces afflictions sont soit des punitions, soit la croix.

a. Les afflictions temporelles des réprouvés: Les châtiments

Les châtiments qui font partie des afflictions de cette vie, consistent en la destruction et les souffrances infligées à ceux qui sont coupables du péché. Ceux-ci sont propres au réprouvé, parce qu’ils lui sont infligés dans le but de satisfaire la justice de Dieu. Car la loi lie tous les hommes à l’obéissance ou au châtiment.

Objection : Mais les maux infligés aux méchants dans cette vie ne sont pas suffisants pour satisfaire la justice de Dieu. Réponse : Ils ne constituent pas le châtiment complet des méchants. Ils n’en sont qu’une partie et un début de cette pleine satisfaction qui leur sera demandée pour l’éternité. De même que chaque partie de l’air est appelée air, de même chaque partie du châtiment est appelée châtiment.

Il existe cependant des degrés de punition. Le premier degré est celui qui concerne cette vie ; car ici déjà, quand la conscience châtie et réprimande, il y a un commencement des rongements du ver qui ne mourra jamais. Le deuxième degré de punition est celui qui est expérimenté dans la mort temporelle, quand les méchants commencent à ressentir la colère de Dieu, comme l’âme est séparée du corps et plongée à la place du tourment sans espoir. Le troisième degré de punition est celui qui sera infligé dans le jugement dernier, quand l’âme et le corps seront jetés en enfer, et les agonies éternelles se précipiteront de tous côtés, comme dans des torrents, sur les méchants.

b. Les afflictions temporelles des élus: la croix

La croix comprend les afflictions qui sont propres aux croyants, qui ne sont pas des punitions proprement dites, car elles ne sont pas infligées dans le but de satisfaire à la justice de Dieu. Il y a quatre types d’afflictions incluses dans la croix, et qui se distinguent les unes des autres par leurs buts.

Le premier comprend les châtiments que Dieu inflige aux justes pour leurs péchés, mais qui sont infligés selon sa miséricorde, comme un père corrige son fils avec beaucoup de douceur et de tolérance. Ce ne sont donc pas des châtiments à proprement parler, mais des châtiments paternels, par lesquels les croyants sont avertis de leur impureté, de leurs péchés particuliers et de leurs infidélités, sont amenés à la repentance, et ainsi ramenés sur la voie du devoir et de la sainteté. David fut chassé de son royaume, et banni à cause de sa chute ; car les péchés particuliers sont suivis de châtiments particuliers et sévères, même chez les saints. Ces châtiments, cependant, ne doivent pas être considérés comme une compensation pour le péché ; mais ils sont les effets de la justice divine, par laquelle Dieu veut que nous et les autres soyons mis au courant de la rectitude de son caractère, qu’il soit très mécontent du péché et qu’il le punisse de mort, non seulement dans cette vie, mais aussi dans la vie à venir, si nous ne nous repentons de nos péchés, et revenons vers lui.

La seconde forme ou espèce de la croix comprend les preuves ou les épreuves qui sont faites de la foi, de l’espérance, de la patience, etc. des saints, afin que ces vertus puissent être fortifiées et confirmées en eux ; et aussi, que leur infirmité puisse se manifester à eux-mêmes et aux autres. Telle était la nature de l’affliction de Job.

La troisième forme de la croix est le martyre, qui inclut le témoignage et le témoignage des saints concernant la doctrine de l’évangile, lorsqu’ils confirment et scellent par leur sang la doctrine qu’ils ont professée, par laquelle ils déclarent qu’il est vrai -[…]

2. Quelles sont les causes des afflictions?

Les causes des châtiments des méchants sont :

  1. Le péché, qui est la cause motrice. On leur fait souffrir, afin que la satisfaction soit ainsi faite par une juste punition pour leurs péchés.
  2. La justice de Dieu, qui est la principale cause efficace qui inflige une punition pour le péché.
  3. Les causes instrumentales sont diverses : ce sont des anges et des hommes, bons et mauvais, et d’autres créatures, qui sont tous armés contre le pécheur, et combattent sous la bannière de Dieu.

Les causes de la croix, qui est propre aux croyants, sont :

  1. Le péché, qui, cependant, doit être vu différemment chez les croyants et chez les méchants. Les croyants sont affligés à cause du péché, non dans le but de satisfaire la justice de Dieu, mais pour que le péché soit reconnu par eux, et enlevé par la croix. Ils sont châtiés paternellement, afin d’être conduits à la connaissance de leurs fautes. Ces châtiments sont pour eux des sermons et un appel à la repentance. « Quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin de ne pas être condamnés avec le monde. » « C’est bon pour moi d’avoir été affligé. » Dieu, cependant, donne aux méchants des rênes libres, afin qu’ils se précipitent dans la destruction. Il leur confère les bénédictions de cette vie, avec une courte période de repos et de joie, parce que ce sont ses créatures, afin que leur ingratitude se manifeste et qu’il les rende inexcusables. Mais il corrige et améliore le caractère du croyant par la croix.
  2. Pour apprendre à haïr le péché, le diable et le monde. « […] (Jean 15:19 ; Éph. 6:12 ; 1 Jean 2:15)
  3. Pour que nous soyons exercés et éprouvés,[…] Quand tout va bien, il nous est facile de nous glorifier en ce qui concerne notre foi ; mais dans l’adversité, la grâce ou la beauté de la vertu devient apparente. Celui qui n’a pas été tenté, que sait-il ? […] (Rom. 5:4)
  4. Les fautes et les reculs particuliers des saints. […] les châtiments par lesquels Dieu montre qu’il est aussi mécontent des péchés des saints, et qu’il les vengera plus sévèrement, à moins qu’ils ne se repentent, sont divers et différents. « Le serviteur qui a connu la volonté de son Seigneur, et qui ne l’a pas fait selon sa volonté, sera battu de mille coups. » (Luc 12:47)
  5. L’exposition et la manifestation de la gloire de Dieu dans la délivrance de l’église et des pieux. Dieu met souvent son Église et son peuple en grand danger, afin que la délivrance qu’il opère soit la plus glorieuse, comme ce fut le cas avec l’oppression des enfants d’Israël en Égypte, et leur captivité à Babylone, etc. Dans ces cas-là, la délivrance que Dieu a faite était vraiment glorieuse et témoignait de sa sagesse en lui montrant une voie d’évasion où aucune créature ne pouvait l’espérer. […] (1 Sam. 2:6)
  6. La conformité des membres au Christ, leur tête dans l’affliction et la gloire. […](2 Tim. 2:12 ; Rom. 8:29 ; Matt 10:24)
  7. Pour que les saints, par leurs souffrances et leur mort, témoignent de la vérité de la doctrine de l’Évangile : car lorsque les fidèles endurent toute forme de souffrance, et même la mort elle-même, à cause de leur profession chrétienne, ils donnent le témoignage le plus satisfaisant qu’ils sont eux-mêmes pleinement convaincus de sa vérité, […](Jean 21:19).
  8. Les afflictions des croyants sont les preuves d’un jugement à venir et de la vie éternelle. La vérité et la justice de Dieu exigent toutes deux que cela aille bien aux justes et mal aux méchants. Ce n’est cependant pas tout à fait le cas dans cette vie. Il doit donc y avoir une autre vie après cela, dans laquelle Dieu rendra à chacun selon ses justes mérites. […] (2 Thess. 1:5)
  9. Ayant fait ces remarques par rapport aux afflictions des pieux, nous pouvons facilement répondre à l’objection que les hommes du monde ont l’habitude d’apporter contre la providence de Dieu. L’Eglise, disent-ils, est opprimée dans le monde entier, et foulé aux pieds par tous les hommes. Par conséquent ce n’est pas la vraie église, et n’est pas choyée de la part de Dieu. Mais ceci, au lieu de prouver quoi que ce soit contre l’Eglise, est plutôt un argument en sa faveur : car si l’Eglise était du monde, alors cette opposition et cette persécution cesseraient, car le monde aime le sien. Les raisons des afflictions de l’Eglise sont donc manifestes ; et la fin des choses convaincra et condamnera le monde.

3. Quels sont les conforts à opposer à notre douleur?

  1. La rémission du péché. […] si Dieu est notre père, nous pouvons être assurés qu’il n’enverra pas seulement quelque chose qui nous blessera, mais qu’il nous défendra aussi contre tous les maux de la vie présente. « Si Dieu est pour nous, qui peut être contre nous ? » (Rom. 8:31) […]
  2. La volonté et la providence de Dieu, ou la nécessité d’obéir à Dieu dans l’adversité et la prospérité, parce qu’il veut et dirige toutes choses. La raison de cette conséquence de l’obéissance n’est pas seulement parce que nous ne sommes pas capables de lui résister, mais plus particulièrement 1. parce qu’il est notre Père. 2. Parce qu‘il mérite cette obéissance de notre part à tel point que nous devons être prêts à endurer les plus grands maux pour lui. 3. Parce que les maux qu’il envoie sont des châtiments paternels. Ce réconfort apaise l’esprit, dans la mesure où il nous assure que c’est la volonté de notre Père céleste que nous devons souffrir ces choses. […] (Job 13:15 ; 1:21.) […]
  3. L’excellence de la vertu, ou obéissance à Dieu, qui est la vraie vertu, à cause de laquelle l’esprit ne doit pas être écrasé par la croix. Les bénédictions temporelles que Dieu nous confère sont de grands bienfaits, mais l’obéissance, la foi, l’espérance, etc. sont beaucoup plus grandes. […] (Matthieu 10:37 ; 16:25.) […]
  4. Une bonne conscience, qui n’existe que dans les croyants, qui savent que Dieu est en paix avec eux par, et pour le Christ, le médiateur. Maintenant, si Dieu nous est favorable, nous ne pouvons que jouir de la tranquillité de l’esprit. […]
  5. Les causes finales, ou fins, qui sont : 1. La gloire de Dieu, qui se manifeste dans notre délivrance. 2. Notre salut. « Nous sommes châtiés par le Seigneur, pour ne pas être condamnés avec le monde. » 3. La conversion des autres, ainsi que l’agrandissement de l’église. […]
  6. Une comparaison des événements. Il vaut mieux être châtié par le Seigneur pour une courte saison, que de vivre dans la plus grande abondance, et enfin d’être chassé de Dieu, et jeté dans la destruction éternelle. […]
  7. L’espoir d’une récompense, ou d’une rétribution, dans cette vie et dans une autre. « Grande est ta récompense dans le ciel. » (Matt. 5:12). […] (Marc 10:29, 23 ; Ps. 37:16 ; Rom. 5:3.) […]
  8. L’exemple du Christ et de ses saints. « Le serviteur n’est pas au-dessus de son Seigneur. » (Matt. 10:24). Dieu désire aussi que nous soyons conformés à l’image de son Fils. Nous suivons alors le Christ dans sa démarche et sa gloire. […] (Matt. 5:12 ; 1 Pierre 5:9)
  9. La présence et l’aide de Dieu dans nos afflictions. Dieu est présent avec nous, par son Esprit, nous fortifiant et nous réconfortant sous la croix. Il ne nous permet pas d’être tentés au-dessus de ce que nous sommes capables de supporter ; et aussi, à chaque tentation, il ouvre un chemin d’évasion, et il proportionne toujours nos afflictions à notre force, afin que nous ne soyons pas vaincus. […] (Rom. 8:23 ; Ps. 91:15 ; Jean 14:16 ; 23:18 ; Esa. 49:15)
  10. La délivrance complète et finale, est le point culminant de tout le reste. Le premier est le confort principal et le fondement de tous les autres ; c’est la perfection et la consommation de tous. Car de même qu’il y a des degrés de châtiment, de même il y a aussi des degrés de délivrance. Le premier degré est dans cette vie, où nous avons le début de la vie éternelle. La seconde est dans la mort temporelle, quand l’âme est portée dans le sein d’Abraham. Le troisième sera dans la résurrection des morts, et leur glorification, quand nous serons parfaitement heureux, en corps et en âme. « Et Dieu essuiera toutes les larmes de leurs yeux. » (Apoc. 21:4).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *