Catholicisme Romain,  Histoire de l'Église,  Pères de l'Église

La Gouvernance de l’Église Catholique (13) : Polycarpe

Polycarpe était un associé d’Ignace et le destinataire d’une de ses lettres. Ignace identifie Polycarpe comme évêque. Pour sa part, Polycarpe n’utilise pas ce titre. Dans sa Lettre aux Philippiens, il dit simplement : « Polycarpe et les presbytres… » Cela peut signifier qu’il est l’évêque, autour duquel se réunissent les autres presbytres (comme dans les écrits de Ignace), ou qu’il utilise encore des évêques et des anciens comme titres interchangeables. Plus loin dans la lettre, Polycarpe demande aux jeunes de se soumettre « aux presbytres et aux diacres comme à Dieu et au Christ » (5,3). Il n’identifie que deux offices, ceux des diacres et des presbytres, s’inscrivant ainsi davantage dans le modèle du Nouveau Testament, de la Didachè, et de 1 Clément. Le martyre de Polycarpe, écrit par un auteur anonyme qui prétend représenter l’Église de Smyrne, décrit Polycarpe comme  » un maître apostolique et prophétique de notre temps, un évêque de la sainte Église qui est à Smyrne  » (Martyre de Polycarpe 16.2). Cette description est cependant unique dans l’œuvre et ne peut donc pas nous dire si le terme « évêque » est utilisé de la manière dont Ignace l’utilise ou dans le sens des « anciens-évêques » tel qu’il a été utilisé dans la littérature précédente mentionnée ci-dessus.

Polycarpe décrit les devoirs d’un presbytre comme ceux d’un pasteur :

Les presbytres, eux aussi, doivent être compatissants, miséricordieux envers tous ; qu’ils ramènent les égarés, qu’ils visitent tous les malades, sans négliger la veuve, l’orphelin, le pauvre ; mais qu’ils pensent toujours à faire le bien devant Dieu et devant les hommes. Qu’ils s’abstiennent de toute colère, acception de personne, jugement injuste. Qu’ils se tiennent éloignés de toute cupidité, n’accordant pas promptement crédit au mal dit contre quelqu’un, qu’ils ne soient pas durs dans leurs jugements, sachant que tous nous sommes débiteurs du péché.

(Lettre aux Philippiens, 6:1)

Polycarpe nie également qu’il est comme Paul quant à l’autorité et dit plutôt qu’il n’a écrit qu’aux Philippiens parce qu’ils lui ont demandé de le faire :

Ce n’est pas de moi-même, frères, que je vous écris ceci sur la justice, mais c’est parce que vous m’y avez invité les premiers. Car ni moi ni un autre tel que moi ne pouvons approcher de la sagesse du bienheureux et glorieux Paul, qui, étant parmi vous, parlant face à face aux hommes d’alors enseigna avec exactitude et force la parole de vérité, et, après son départ, vous écrivit une lettre ; si vous l’étudiez attentivement, vous pourrez vous élever dans la foi qui vous a été donnée.

(Lettre aux Philippines 3:1,2)

Ainsi, dans les écrits de Polycarpe, nous voyons un déni du fait qu’il possède toute l’autorité nécessaire sur les Églises dans d’autres régions, et il rejette un parallèle entre le ministère de Paul et le sien. Son propre enseignement sur l’office religieux n’inclut que les presbytres et les diacres.

Maxime est étudiant en médecine en 4ème année (FASM1) à la Faculté de Médecine et Maïeutique de l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde avec laquelle il vit sur Lille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *