Catéchisme de Heildelberg

Pourquoi notre Sauveur doit être Homme ET Dieu [Q16-17 Heidelberg]

Zacharias Ursinus est en train de décrire comment nous pouvons être sauvés. Il a déjà prouvé que nous ne pouvions pas échapper à la colère de Dieu. Il a ensuite parlé du fait que nous ne pouvons pas nous sauver nous-même, ni par un autre. Maintenant Zacharias va décrire comment doit être notre sauveur.

Question 16

16. Pourquoi doit-il être un homme honnête et sans péché ?

A. Parce que la justice de Dieu exige que la même nature humaine qui a péché fasse satisfaction pour le péché ; mais aucun homme, étant lui-même un pécheur, ne pourrait le faire pour les autres.

Il était nécessaire que notre Médiateur soit un homme, et même vraiment homme, et qu’il soit parfaitement juste.

D’abord, il fallait qu’il soit un homme.

  1. Parce que c’est l’homme qui a péché. Il était donc nécessaire que l’homme fasse satisfaction pour le péché. « Comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et la mort par le péché, » etc. « Puisque la mort est venue par l’homme, la résurrection des morts est venue aussi par l’homme. (Rom. 5:12 ; 1 Cor. 15:21)
  2. Pour qu’il puisse mourir. Il fallait qu’il nous satisfasse par sa mort et par l’effusion de son sang, parce qu’il avait été déclaré : « Tu mourras sûrement ». « Sans effusion de sang, il n’y a pas de rémission. » (Gen. 2:17 ; Héb. 9:22)

Deuxièmement, il fallait qu’il soit vraiment homme, descendant de la même nature humaine qui avait péché, et non pas créé de rien, ou descendu du ciel, mais soumis à toutes nos infirmités, sauf au péché :

  1. Parce que la justice de Dieu exigeait que la même nature humaine qui avait péché, fasse aussi la satisfaction pour le péché. « L’âme qui pèche, elle mourra. » « Et le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Ezéchiel 18:20 ; Genèse 2:17). Il était donc nécessaire que celui qui veut satisfaire l’homme soit lui-même vraiment homme, ayant jailli de la postérité d’Adam, qui avait péché. Les passages suivants de l’Écriture sont ici cités : « Puisque la mort est venue par l’homme, la résurrection des morts est venue par l’homme. » « Car il y a un seul Dieu, et un seul Médiateur entre Dieu et l’homme, l’homme Jésus Christ. » « Il prit sur lui la postérité d’Abraham ; c’est pourquoi, en toutes choses, il fallait qu’il soit rendu semblable à ses frères, etc. (1 Cor. 15:21 : 1 Tim. 2:5. Héb. 2:16, 17) Ainsi l’Apôtre dit aussi que nous sommes enterrés avec Christ dans le baptême, crucifiés avec lui, ressuscités avec lui, etc. (Rom. 6:4. Col. 2:12) Et Augustin, dans son livre sur la vraie religion, dit : « La même nature qui devait être assumée, est celle qui devait être délivrée ».
  2. Parce que la vérité de Dieu l’exigeait. Les prophètes, qui s’expriment sous l’impulsion de l’Esprit Saint, décrivent souvent notre Médiateur comme pauvre, faible, méprisé, etc. Le 53e chap. de la prophétie d’Isaïe nous en fournit un exemple frappant.
  3. A cause de notre réconfort : car si nous ne savions pas qu’il est sorti d’Adam, nous ne pourrions le recevoir comme le Messie promis, et comme notre frère, puisque la promesse est : « La postérité de la femme écrasera la tête du serpent ». « Dans ta postérité seront bénies toutes les nations de la terre. » (Gen. 3:15 ; 22:18). L’apôtre Paul dit aussi à ce propos : « Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés ne font qu’un, c’est-à-dire qu’ils sont tous d’une même nature humaine ; c’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères. » (Hébreux 2:11) Il était donc nécessaire qu’il surgisse d’Adam, afin qu’il soit notre frère. « Comme les enfants participent à la chair et au sang, lui aussi, lui aussi, a pris part à la chair et au sang, etc. (Héb. 2:14)
  4. Pour qu’il soit un Grand Prêtre fidèle, capable de secourir ceux qui sont tentés. « C’est pourquoi, en toutes choses, il lui fallait être semblable à ses frères, afin qu’il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans les choses qui concernent Dieu, pour faire la réconciliation des péchés du peuple. Car en cela il a lui-même souffert, étant tenté, il est capable de secourir ceux qui sont tentés. » (Héb. 2:17, 18)

Troisièmement, il était nécessaire qu’il soit un homme parfaitement juste, un homme totalement exempt de la moindre tache du péché originel et réel, afin qu’il puisse être notre Sauveur, et que son sacrifice puisse servir, non pour lui-même, mais pour nous : car s’il avait été lui-même un pécheur, il aurait dû pour ses propres péchés. « Mon juste serviteur en justifiera beaucoup. » « Qui n’a pas péché, et la ruse n’a pas été trouvée dans sa bouche. » « Le Christ aussi a souffert une fois pour le péché, le juste pour les injustes, afin de nous amener à Dieu. » (Is 53,11 ; 1 Pierre 2,22 ; 3,18)

Si le Médiateur lui-même avait été un pécheur, il n’aurait pas pu échapper à la colère de Dieu, et encore moins procurer aux autres la faveur de Dieu et l’exemption du châtiment, et la passion et la mort de celui qui n’a pas souffert comme un homme innocent ne pourraient être une rançon pour le péché des autres. C’est pourquoi « Dieu l’a fait péché pour nous, (c’est-à-dire un sacrifice pour le péché) qui ne connaissait pas le péché, afin que nous devenions la justice de Dieu en lui ». « Car un tel souverain sacrificateur est devenu comme nous, qui est saint, inoffensif, sans souillure, séparé des pécheurs, et rendu plus élevé que les cieux ; qui n’a pas besoin, comme ces grands prêtres, d’offrir quotidiennement des sacrifices, pour ses propres péchés et ensuite pour ceux du peuple. » (2 Cor. 5:26 ; Héb. 7:26, 27)

L’homme Christ était parfaitement juste, ou a accompli la loi à quatre égards.

  1. Par sa propre justice. Christ seul a exécuté l’obéissance parfaite, telle que la loi l’exige.
  2. En endurant une punition suffisante pour nos péchés. Il était nécessaire que ce double accomplissement de la loi fût en Christ, car si sa justice n’avait pas été pleine et parfaite, il n’aurait pas pu satisfaire pour les péchés des autres. S’il n’avait pas enduré le châtiment décrit ci-dessus, il n’aurait pas pu nous délivrer ainsi du châtiment éternel.  Le premier est appelé l’accomplissement de la loi par l’obéissance, par laquelle il était lui-même conforme à celle-ci ; le second est l’accomplissement de la loi par le châtiment qu’il a subi pour nous, afin que nous ne soyons pas soumis à une condamnation éternelle.
  3. Le Christ accomplit la loi en nous par son Esprit, quand il nous régénère par le même Esprit, et par la loi nous conduit à cette obéissance qui nous est demandée, qui est extérieure et intérieure, que nous commençons dans cette vie, et que nous accomplirons parfaitement et pleinement dans la vie à venir.
  4. Le Christ accomplit la loi en l’enseignant, en la libérant des erreurs et des interpolations, et en lui redonnant son sens véritable, comme il l’a dit lui-même : « Je ne suis pas venu pour détruire la loi, mais pour l’accomplir ». (Matt. 5:17)

Question 17

17. Pourquoi doit-il être en même temps vrai Dieu ?

A. Afin que, par la puissance de Sa divinité, Il puisse porter dans Son humanité le fardeau de la colère de Dieu et ainsi obtenir et restaurer pour nous la justice et la vie.

Il était nécessaire que notre Médiateur ne soit pas seulement un homme, et un homme qui soit vraiment tel, et parfaitement juste ; mais qu’il soit aussi Dieu – le Dieu vrai et puissant – et non une Divinité imaginaire, ou qui soit orné d’excellents dons, au-dessus des anges et des hommes, comme le supposent les hérétiques. Les raisons en sont les suivantes :

  1. Pour qu’il puisse, par la puissance de sa divinité, soutenir, dans sa nature humaine, la colère infinie de Dieu contre le péché, et endurer un châtiment qui, bien qu’il soit temporel en respectant sa durée, était néanmoins infini en grandeur, dignité et valeur. Si notre Médiateur n’avait été qu’un homme, et s’il avait pris sur lui le fardeau de la colère de Dieu, il aurait été écrasé sous son poids. Il fallait donc qu’il fût possédé d’une force infinie, et pour cela qu’il fût Dieu, afin qu’il endurât un châtiment infini, sans sombrer dans le désespoir, ni être écrasé sous lui. Il était nécessaire que le châtiment du Médiateur soit d’une valeur infinie et équivalente à ce qui est éternel, qu’il y ait une proportion entre le péché et sa punition. Car il n’y a pas un seul péché parmi tous les péchés commis, du commencement à la fin du monde, si petit qu’il ne mérite pas la mort éternelle. Tout péché est si excessivement mauvais qu’il ne peut être expié par la destruction éternelle d’aucune créature.

    Il convenait cependant que ce châtiment soit limité dans le temps, parce qu’il n’était pas nécessaire que le médiateur demeure à jamais sous la mort ; mais il lui appartenait de sortir de la mort, afin qu’il puisse accomplir le bénéfice de notre rédemption, c’est-à-dire qu’il puisse parfaitement mériter et, ayant mérité, appliquer et nous accorder le salut qu’il a acheté en notre faveur. Il était aussi demandé à notre Médiateur, pour mériter et donner la justice, d’être un Sauveur parfait dans le mérite et l’efficacité. Mais ces choses n’auraient pas pu être accomplies par un simple homme, quelle que soit sa force, s’il n’avait pas néanmoins le pouvoir de sortir de la mort. Il était donc nécessaire que celui qui devait sauver les autres de la mort surmonte la mort par sa propre force et la rejette d’abord de lui-même. Mais cela, il n’aurait pas pu le faire s’il n’avait pas été Dieu.

  2. Il était nécessaire que la rançon payée par le Rédempteur ait une valeur infinie, qu’elle possède une dignité et un mérite suffisants pour la rédemption de nos âmes, et qu’elle puisse servir au jugement de Dieu, pour expier nos péchés et restaurer en nous la justice et la vie que nous avions perdues. C’est pourquoi il appartient à la personne qui ferait cette satisfaction pour nous, d’être doté d’une dignité infinie, c’est-à-dire d’être Dieu ; car la dignité de cette satisfaction, qui fait que Dieu pourrait l’accepter et qui est infiniment précieuse, quoique temporelle, est double : la dignité de la personne, et l’importance de la peine. La dignité de la personne qui a souffert apparaît en ce que c’est Dieu, le Créateur lui-même, qui est mort pour les péchés du monde ; ce qui est infiniment plus que la destruction de toutes les créatures, et sert plus que la sainteté de tous les anges et de tous les hommes. C’est pourquoi les Apôtres, lorsqu’ils parlent des souffrances du Christ, font presque toujours mention de sa Divinité. « Dieu a acheté l’Église avec son sang. » « Le sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché. » « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde. » Dieu lui-même, au Paradis, a réuni ces deux-là : « La postérité de la femme t’écrasera la tête, et tu lui écraseras le talon ». (Actes 20:28 ; 1 Jean 1:7 ; Jean 1:29 ; Gen. 3:15)

    L’importance du châtiment que Christ a enduré apparaît en ceci, qu’il a supporté les affreux tourments de l’enfer, et la colère de Dieu contre les péchés du monde entier. « Les douleurs de l’enfer s’accrochent à moi. » « Dieu est un feu dévorant. » « Le Seigneur a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. » (Ps. 116:3 ; Deut. 4:24 ; Is. 53:10). De là, nous pouvons percevoir pourquoi le Christ a manifesté de tels signes de détresse dans la perspective de la mort, alors que beaucoup de martyrs ont rencontré la mort avec le plus grand courage et le plus grand sang-froid. […]
  1. Il était nécessaire que le Médiateur soit Dieu, afin qu’il puisse révéler la volonté secrète de Dieu concernant la rédemption de l’humanité, ce qu’il n’aurait pas pu faire s’il avait été simplement un homme. Aucune créature n’aurait jamais pu connaître, ou découvrir, la volonté de Dieu concernant notre rédemption, si le Fils de Dieu ne l’avait pas révélée. « Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, l’a déclaré. » (Jean 1:18)
  2. Il était nécessaire que le Médiateur soit Dieu, afin qu’il puisse donner le Saint-Esprit, rassembler une église, être présent avec elle, accorder et préserver les bienfaits acquis par sa mort. Il ne lui appartenait pas seulement d’être sacrifié, de se débarrasser de la mort et d’intercéder pour nous auprès de Dieu, mais il lui appartenait aussi de donner l’assurance que nous n’offenserions plus Dieu par nos péchés. Ceci, cependant, à cause de notre corruption, personne ne peut le promettre en notre nom, qui n’a pas le pouvoir de donner l’Esprit Saint, et par lui, le pouvoir de nous conformer à l’image de Dieu. Mais donner l’Esprit Saint, et par lui régénérer le cœur, est propre à Dieu seul, à l’Esprit duquel il est. « Que je t’enverrai du Père. » (Jean 15:26). Seul celui qui est Seigneur de la nature peut la réformer.
  3. Enfin, il était nécessaire que le Messie soit « LE SEIGNEUR, NOTRE JUSTICE ». (Jer. 28:6)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *