Catholicisme Romain,  Histoire de l'Église,  Pères de l'Église

La Gouvernance de l’Église catholique #16 : Justin Martyr

L’histoire nous apprend que Justin Martyr est né en Palestine vers l’an 100 et qu’il a fini par traverser la Grèce pour s’installer à Rome vers 140. Selon Irénée, Polycarpe se rendit à Rome à la même époque, bien que les dates ne puissent être déterminées avec certitude. Ni Justin ni Polycarpe ne mentionnent l’autre dans leurs écrits. Néanmoins, il est utile de se rappeler que les hommes habitaient des mondes ecclésiastiques similaires.

La plupart des écrits de Justin sont des défenses du christianisme face à des adversaires extérieurs. En tant que tel, il ne se concentre pas sur le schisme ni sur le sujet corolaire du gouvernement et de l’autorité de l’Église. Mais il y a une section de sa Première Apologie où nous pouvons en apprendre davantage sur la gouvernance de l’Église, et même de l’Église à Rome, en son temps. Dans les chapitres 65-67 de la Première Apologie, Justin écrit sur le culte de cette Église et certaines des fonctions de ses ministres. Il déclare :

Après avoir terminé les prières, nous nous saluons les uns les autres par un baiser. On apporte alors au président des frères du pain et une coupe de vin mélangée à de l’eau ; et il les prend, il loue et glorifie le Père de l’univers, par le nom du Fils et du Saint-Esprit, et il rend grâce très longuement pour notre être jugé digne de recevoir ces choses de Sa part. …Et quand le président a rendu grâces et que tout le peuple a exprimé son assentiment, ceux qui sont appelés par nous, diacres, donnent à chacun des présents du pain et du vin mélangés à de l’eau sur lesquels l’action de grâce a été prononcée, et à ceux qui sont absents, ils en apportent une portion.

Première Apologie, 65.

Justin n’utilise ni « évêque » ni « ancien », mais plutôt l’expression plutôt unique « président des frères ». Les activités de ce personnage sont liturgiques, en effet, il préside l’Eucharistie, et il correspond donc à l’évêque d’Ignace. De plus, James Tunstead Burtchaell soutient que l’office d’évêque s’est développé comme une transformation des archisynagogos juifs (From Synagogue to Church, p. 312), terme qu’il traduit comme « chef de la communauté ». Cela est très proche du « président des frères » de Justin, et nous voyons donc une sorte de position commune, même si elle ne porte pas le nom.

Le « président » de Justin opère aux côtés des « diacres ». Aucun  » ancien  » n’est mentionné. Les diacres sont des assistants liturgiques qui distribuent les éléments eucharistiques du président au peuple. Dans le chapitre suivant, Justin dit que les apôtres « nous » ont « livré » les paroles de l’institution, montrant ainsi une distinction entre les apôtres et tous les membres de sa propre congrégation. Puis, au chapitre 67, il dit :

Puis nous nous levons tous ensemble et prions, et, comme nous l’avons déjà dit, quand notre prière est terminée, le pain, le vin et l’eau sont apportés, et le président de la même manière offre des prières et des actions de grâces, selon sa capacité, et le peuple consent, disant Amen ; et il ya une distribution à chacun, et une participation de ce dont on a rendu grâce, et une partie est envoyée à ceux qui sont absents, par les diacres. Et ceux qui sont bien portants et disposés, donnent ce qu’ils jugent bon ; et ce qui est recueilli est déposé auprès du président, qui vient en aide aux orphelins et aux veuves et à ceux qui, par la maladie ou toute autre cause, sont dans le besoin, et ceux qui sont emprisonnés et les étrangers qui restent parmi nous et pour faire court, se chargent de tout ceux qui sont dans le besoin.

Là encore, le nom de « président » est utilisé pour désigner le responsable liturgique. Cette même figure accomplit aussi des devoirs pastoraux, avec l’aide des diacres qui apportent une partie de l’offrande à ceux qui ne sont pas présents.

En surface, Justin ne correspond à aucune des premières images des premiers dirigeants d’église. Il n’a pas plusieurs anciens. Son président est une figure unique. Mais il n’est fait mention d’aucune collégialité autour de lui, n’ayant que des diacres. Il se peut que Justin veuille dire identifier un personnage comme l’évêque d’Ignace et qu’il omette simplement toute mention des « anciens » (bien qu’ils aient été présents dans chaque congrégation), ou il se peut que le président de Justin étant une figure congrégationnelle, il soit lui-même un « ancien » parmi les anciens, chacun présidant les différentes congrégations de cette même cité. La constellation des congrégations à Rome serait donc « l’église de Rome », qui existait à l’époque avec « les anciens et les diacres ».

Justin ne mentionne ni Pierre ni Paul, mais il dit que Simon Magus est venu à Rome (Première Apologie, 26). Dans ce même chapitre, il mentionne l’existence d’hérésies, mais ne fait pas appel à la succession apostolique. Justin ne parle nulle part d’églises ou d’officiers qui détiennent l’autorité sur plusieurs congrégations. Ainsi, tout en montrant quelques points de discontinuité potentiels avec les auteurs post-apostoliques précédents, Justin partage avec eux une image générale des officiers de l’église locale qui se reconnaissent comme étant distincts des apôtres tout en continuant dans leur tradition théologique et liturgique.

Maxime est étudiant en médecine en 4ème année (FASM1) à la Faculté de Médecine et Maïeutique de l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde avec laquelle il vit sur Lille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *