Catéchisme de Heildelberg

Ce qu’est l’Evangile [Q19 Heidelberg]

19. D’où sais-tu que Jésus est médiateur?

A. Du Saint Évangile que Dieu Lui-même a révélé pour la première fois au Paradis, proclamé ensuite par les saints patriarches et prophètes, et préfiguré par les sacrifices et autres cérémonies de la loi, et enfin accompli par son Fils bien-aimé.

EXPOSITION

[…]Les principales questions à discuter, en relation avec l’évangile, sont les suivantes :

  1. Qu’est-ce que l’évangile ?
  2. Est-ce une nouvelle doctrine ?
  3. En quoi diffère-t-elle de la loi ?
  4. Quels sont ses effets ?
  5. A partir de quoi apparait-il que l’évangile est vrai ?

1. QU’EST-CE QUE L’ÉVANGILE ?

Le terme évangile signifie, 1. un message joyeux, ou une bonne nouvelle. 2. Le sacrifice qui est offert à Dieu pour cette bonne nouvelle. 3. La récompense qui est donnée à celui qui annonce ces joyeuses nouvelles. Elle signifie ici la doctrine, ou la joyeuse nouvelle du Christ manifestée dans la chair ; comme « voici, je vous apporte de bonnes nouvelles d’une grande joie, car à vous est né aujourd’hui, dans la cité de David, un Sauveur, qui est le Christ Seigneur ». (Luc 2:10, 11)

L‘Evangile est donc la doctrine que le Fils de Dieu, notre Médiateur, a révélée du ciel au Paradis, immédiatement après la chute, et qu’il a apportée du sein du Père Eternel, qui promet et annonce, en vue de la grâce libre et de la miséricorde de Dieu, à tous ceux qui se repentent et croient, délivrance du péché, mort, condamnation, colère de Dieu ; C’est la même chose que de dire qu’il promet et proclame la rémission du péché, le salut et la vie éternelle, par et pour le Fils de Dieu, le Médiateur, et qu’il est celui par lequel l’Esprit Saint agit efficacement dans le cœur des fidèles, en les embrasant et l’exaltant, par la foi, la repentance, et le début de la vie éternelle. […]

Les passages suivants de l’Écriture confirment cette définition que nous avons donnée de l’Évangile : « Telle est la volonté de celui qui m’a envoyé, afin que quiconque voit le Fils, et croit en lui, ait la vie éternelle, et que je le ressuscite au dernier jour. » « Et que la repentance et la rémission du péché soient prêchées en son nom, parmi toutes les nations, à commencer par Jérusalem. » « La loi a été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. » (Jean 6:41 ; Luc 24:47 ; Jean 1:17)

2. L’ÉVANGILE A-T-IL TOUJOURS ÉTÉ CONNU DANS L’ÉGLISE, OU EST-CE UNE NOUVELLE DOCTRINE ?

L’évangile signifie parfois la doctrine concernant la promesse de la grâce et la rémission des péchés à accorder gratuitement, à cause du sacrifice du Messie, qui n’était pas encore venu dans la chair ; et puis, aussi, il signifie la doctrine du Messie, comme déjà venu. Dans ce dernier sens, cela n’a pas toujours été le cas, mais a commencé avec le Nouveau Testament. Dans le premier sens, cependant, elle a toujours été dans l’Église ; car immédiatement après la chute, elle a été révélée dans le Paradis à nos premiers parents – après quoi elle a été publiée par les Patriarches et les Prophètes, et a été largement accomplie, et révélée par le Christ lui-même. Les preuves en sont les suivantes :

  1. Le témoignage des Apôtres. Pierre lui dit : « A lui tous les prophètes rendent témoignage que par son nom, quiconque croit en lui recevra le pardon des péchés. » « Dont le salut, les prophètes se sont enquis et ont cherché avec soin. » (Actes 10:43 ; 1 Pierre 1:10) Paul dit de l’évangile : « Ce qu’il avait promis auparavant par ses prophètes ». (Rom. 1:2) Christ lui-même dit : « Si tu avais cru Moïse, tu m’aurais cru, car il a écrit de moi. (Jean 5:46)
  2. Les promesses et les prophéties qui se rapportent au Messie, établissent la même chose.

Cela doit donc être soigneusement remarqué, parce que Dieu nous fera savoir qu’il n’y a eu, et qu’il n’y a eu, et qu’il n’y a eu, du commencement à la fin du monde, qu’une seule doctrine et un seul chemin de salut par le Christ, selon ce qui est dit : « Jésus Christ le même hier, aujourd’hui et toujours ». « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; nul ne vient au Père que par moi. » « Moïse a écrit sur moi. » (Hébreux 13:8 ; Jean 14:6 ; 5:46)

Quelqu’un demande-t-il : Comment Moïse a-t-il écrit sur le Christ ? Nous répondons,

  1. En énumérant les promesses qui avaient trait au Messie. « Dans ta postérité seront bénies toutes les nations de la terre. » « Dieu suscitera un prophète », etc. « Une étoile s’élèvera de Jacob. » « Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda jusqu’à ce que Shiloh vienne. » (Gen. 12:3 ; Deut. 10:15 ; Nom. 24:17 ; Gen. 49:10)
  2. Il a limité ces promesses à une certaine famille d’où devait naître le Messie ; et à laquelle la promesse a été plus fréquemment mentionnée et dont on a parlé par la suite.
  3. Tout le sacerdoce lévitique et le culte cérémoniel, comme les sacrifices, les oblations, l’autel, le temple et les autres choses que Moïse a décrites, préfiguraient tous le Christ. Les rois et le royaume de la nation juive étaient des types du Christ et de son royaume. C’est pourquoi Moïse a écrit beaucoup de choses sur Christ. […]

Objection 3 : La loi est venue par Moïse, la grâce et la vérité par Jésus Christ. Par conséquent, l’évangile n’a pas toujours été connu. Réponse : La grâce et la vérité sont en effet venues par le Christ, c’est-à-dire en ce qui concerne l’accomplissement des types, la pleine exposition et l’application abondante des choses qui étaient auparavant promises dans l’Ancien Testament. Mais il ne s’ensuit pas que les anciens pères étaient entièrement démunis de cette grâce ; car pour eux aussi la même grâce leur fut appliquée par et à cause du Christ, qui apparaîtrait ensuite dans la chair, bien qu’elle leur fut donnée en plus petites mesures qu’à nous. Car, quelle que soit la grâce et la vraie connaissance de Dieu qui soit jamais parvenue aux hommes, elle est venue par le Christ, comme il est dit : « Le Fils unique, qui est dans le sein du Père, il l’a déclaré ». « Nul ne vient au Père que par moi. » « Sans moi, vous ne pouvez rien faire. » (Jean 1:18 ; 14:6 ; 15:5.)
Mais il est dit que la loi était de Moïse ; c’est pourquoi l’évangile n’était pas de lui. Réponse : Il en est ainsi déclaré, parce que c’était la partie principale de son office de publier la loi ; mais il enseignait aussi l’évangile, parce qu’il écrivait et parlait du Christ, quoique de façon plus obscure, comme cela a été montré. Mais c’était l’office particulier du Christ de publier l’Évangile, bien qu’il ait en même temps enseigné la loi, mais pas principalement, comme le fit Moïse : car il enleva de la loi morale les corruptions et traditions des faux enseignants, il accomplit la loi cérémonielle, et la supprima, ainsi que la loi judiciaire.

3. EN QUOI L’ÉVANGILE DIFFÈRE-T-IL DE LA LOI ?

L’évangile et la loi sont d’accord en cela, qu’ils viennent tous deux de Dieu, et qu’il y a quelque chose de révélé en chacun concernant la nature, la volonté et les oeuvres de Dieu. Il y a, cependant, une très grande différence entre eux :

  1. Dans les révélations qu’ils contiennent ; ou, en ce qui concerne la manière dont la révélation propre à chacun est communiquée. La loi a été gravée sur le cœur de l’homme dans sa création, et est donc connue de tous naturellement, bien qu’aucune autre révélation n’ait été donnée. « Les païens ont l’œuvre de la loi écrite dans leur cœur. » (Rom. 2:15) L’évangile n’est pas connu naturellement, mais il est révélé divinement à l’Église seule par le Christ, le Médiateur. Car aucune créature n’aurait pu voir ou espérer cette atténuation de la loi concernant la satisfaction de nos péchés par une autre, si le Fils de Dieu ne l’avait pas révélée. « Nul ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils le révélera. » « La chair et le sang ne vous l’ont pas révélé. » « Le Fils, qui est au sein du Père, l’a déclaré. » (Matt. 11:27 ; 16:17)
  2. Dans le genre de doctrine, ou de sujet propre à chacun. La loi nous enseigne ce que nous devrions être et ce que Dieu attend de nous, mais elle ne nous donne pas la capacité de l’accomplir et ne nous indique pas comment éviter ce qui est interdit. Mais l’Évangile nous enseigne de quelle manière nous pouvons être rendus ainsi que la loi l’exige : car il nous offre la promesse de la grâce, en nous faisant imputer la justice du Christ par la foi, et cela d’une manière telle que si elle nous appartenait, nous enseignant que nous sommes juste devant Dieu, par imputation de la justice de Christ. La loi dit : « Payez ce que vous devez. » « Fais ça, et vis. » (Matt. 18:28 ; Luc 10:28). L’évangile dit :  » Croyez seulement. (Marc 5:36)
  3. Dans les promesses. La loi promet la vie à ceux qui sont justes en eux-mêmes, ou à la condition de la justice et de l’obéissance parfaite. « Celui qui les fait, vivra en eux. » « Si vous voulez entrer dans la vie, gardez les commandements. » (Lev. 18:5 ; Matt. 19:17). De l’autre côté, l’évangile promet la vie à ceux qui sont justifiés par la foi en Christ, ou par la condition de la justice du Christ, appliquée à nous par la foi. La loi et l’évangile ne sont cependant pas opposés l’un à l’autre à ces égards : car bien que la loi nous oblige à garder les commandements si nous voulons entrer dans la vie, elle ne nous exclut pas de la vie si un autre nous fait ces choses pour nous. Elle propose certes une voie de satisfaction, qui passe par nous-mêmes, mais elle n’interdit pas l’autre, comme cela a été démontré.
  4. Ils diffèrent dans leurs effets. La loi, sans l’évangile, est la lettre qui tue, et elle est le ministère de la mort : « Car par la loi est la connaissance du péché. » « La loi fait travailler la colère, et la lettre tue. » (Rom. 3:20 ; 4:15 ; 2 Cor. 3:6) La prédication extérieure, et la simple connaissance de ce qui doit être fait, est connue par la lettre : car elle déclare notre devoir, et cette justice que Dieu exige ; et, bien qu’elle ne nous donne ni la capacité de l’accomplir, ni la manière par laquelle elle peut être atteinte, elle trouve un défaut à notre justice et la condamne. Mais l’évangile est le ministère de la vie, et de l’Esprit, c’est-à-dire qu’il a les opérations de l’Esprit unies avec lui, et vivifie ceux qui sont morts dans le péché, parce que c’est par l’évangile que l’Esprit Saint agit dans la foi et la vie des élus. « L’évangile est la puissance de Dieu pour le salut, » etc. (Rom. 1:16)[…]

4. QUELS SONT LES EFFETS PROPRES DE L’ÉVANGILE ?

Les effets propres de l’évangile sont :

  1. La foi, parce que « la foi vient par ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la parole de Dieu. » « L’évangile est le ministère de l’Esprit. » « La puissance de Dieu pour le salut. » (Rom. 10:17 ; 2 Cor.3.8 ; Rom.1:16)
  2. Par la foi, toute notre conversion à Dieu, la justification, la régénération et le salut ; car par la foi nous recevons le Christ, avec tous ses bienfaits.

5. DEPUIS QUOI LA VÉRITÉ DE L’ÉVANGILE APPARAÎT-ELLE ?

La vérité de l’évangile apparaît.

  1. Du témoignage du Saint-Esprit.
  2. Des prophéties qui ont été prononcées par les prophètes.
  3. De l’accomplissement de ces prophéties, qui ont eu lieu sous la dispensation du Nouveau Testament.
  4. Des miracles par lesquels la doctrine de l’évangile a été confirmée.
  5. Par le témoignage de l’évangile lui-même, parce qu’il est le seul à montrer la voie de l’évasion du péché, et qu’il offre un solide réconfort à la conscience blessée.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *