Catéchisme de Heildelberg

Qu’est ce que la Foi? [Q21 Heidelberg]

21. Qu’est ce qu’une vraie foi?

Ce n’est pas seulement une certaine connaissance, que je tiens pour vrai tout ce que la Parole de Dieu nous révèle dans sa Parole. C’est aussi un coeur qui fait confiance au fait que le Saint Esprit me travaille par l’évangile, et que le pardon des péchés, la justice éternelle et le salut sont donnés par Dieu, par grâce pure, sur le compte des mérites de Christ non seulement aux autres, mais à moi aussi.

DE LA FOI

Le sujet de la foi est ensuite présenté : 1. Parce que c’est le moyen par lequel on nous fait participer au Médiateur. 2. Parce que la prédication de l’évangile ne sert à rien sans la foi. En parlant de foi, nous devons demander :

  1. Qu’est-ce que la foi ?
  2. De combien de sortes de foi les Écritures parlent-elles ?
  3. En quoi la foi diffère-t-elle de l’espérance ?
  4. Quelles sont les causes efficaces de la foi qui justifie ?
  5. Quels sont les effets de la foi ?
  6. A qui est-elle donnée ?

1. QU’EST-CE QUE LA FOI ?

Le mot foi, selon Cicéron, vient de fiendo, qui signifie faire, parce que ce qui est déclaré est accompli. Elle est, selon lui, l’assurance et la vérité des pactes, et de tout ce qui peut être dit, et elle est le fondement de la justice. Selon la définition commune, la foi est une certaine connaissance des faits, ou conclusions, à laquelle nous consentons suite au témoignage de témoins fidèles, que nous ne pouvons pas refuser de croire, que ce soit Dieu, des anges, des hommes ou des expériences. Mais comme, selon la distinction la plus générale, il y a une foi dans le divin et une autre dans les affaires humaines, nous devons ici nous demander ce qu’est la foi dans les choses divines, ou qu’est-ce que la foi théologique ? La définition de la foi, donc, prise de manière générale, doit être donnée un peu plus exactement, et pourtant elle doit englober toutes les différentes formes de foi dont il est question dans les Écritures.

La foi, en général, quelle que soit la mention faite dans les Saintes Écritures, est un consentement ou une certaine connaissance de ce qui est révélé concernant Dieu, sa volonté, ses œuvres et sa grâce, à laquelle nous nous confions au témoignage divin. Ou, c’est de donner son assentiment à chaque parole de Dieu délivrée à l’église, dans la loi et l’évangile, à cause de la déclaration de Dieu lui-même.

La foi est aussi souvent prise pour la doctrine de l’Église, ou pour les choses dont la parole de Dieu nous informe, et qui sont nécessaires à la foi, comme quand on l’appelle la foi chrétienne, la foi apostolique. Elle est aussi souvent utilisée pour l’accomplissement d’anciennes promesses, ou pour les choses elles-mêmes, qui sont crues ; comme « avant la foi, nous étions gardés sous la loi, enfermés dans la foi qui doit ensuite être révélée ». (Gal. 3:23)

2. DE COMBIEN DE SORTES DE FOI PARLE L’ECRITURE ?

Il y a quatre types de foi énumérés dans les Saintes Écritures, à savoir : la foi historique, la foi temporaire, la foi à miracles et la foi qui justifie ou sauve. La différence qui existe entre les différents types de foi spécifiés ici, apparaîtra en donnant une définition correcte de chacun.

La foi historique est de savoir et de croire que toute parole de Dieu est vraie, délivrée et révélée divinement, soit par la voix, soit par des oracles, soit par des visions, soit par toute autre méthode de révélation par laquelle la volonté divine nous est annoncée, par l’autorité et par la déclaration de Dieu lui-même. On l’appelle historique parce qu’il s’agit simplement d’une connaissance de ce que Dieu a fait, ou fait maintenant, ou fera par la suite. Les Écritures parlent de cette foi en ces lieux : « Si j’ai toute la foi pour pouvoir enlever des montagnes », ce qui peut aussi être compris de toutes les différentes sortes de foi, sauf celle de la justification. « Les démons croient et tremblent. » « Simon croyait aussi, c’est-à-dire que la doctrine de Pierre était vraie, mais qu’il n’avait pas de foi justifiée. (1 Cor. 13:2 ; Jacques 2:19 ; Actes 8:13)

La foi temporaire est un assentiment aux doctrines de l’Église, accompagné de la profession et de la joie, mais non d’une joie vraie et durable, telle qu’elle découle de la conscience que nous sommes les objets de la faveur divine, mais d’une autre cause, quelle qu’elle soit, afin qu’elle ne dure que pour un temps, et meure en des temps de souffrance. Ou: c’est l’assentiment à la doctrine donnée par les prophètes et les apôtres, sa profession, la propre glorification et réjouissance pour un temps dans la connaissance ; mais non à cause d’une application de la promesse à soi-même, ou avec un sens de la grâce de Dieu dans le cœur, mais pour d’autres causes. Cette définition est tirée de ce que le Christ dit dans l’explication de la parabole du semeur : « Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie. Mais il n’a pas de racine en lui-même, il est l’homme d’un moment et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute. ». (Matt. 13:20, 21).

Les causes de cette joie sont d’une certaine manière infinies, et différentes selon les individus ; mais elles sont toutes temporaires, et quand elles s’estompent, la foi qui est construite sur elles, disparaît. Les hypocrites se réjouissent d’entendre l’Évangile, soit parce qu’il est nouveau pour eux, soit parce qu’il semble calmer leur esprit, en les délivrant des fardeaux que les hommes, par leurs traditions, leur imposent, comme le fait la doctrine de la liberté chrétienne, la justification, etc. ; soit parce qu’ils cherchent, sous sa profession, un voile pour leurs péchés, et espèrent récolter récompenses et avantages, publics et privés, comme la richesse, l’honneur, la gloire, etc, qui se manifeste lorsqu’ils sont appelés à porter la croix ; ensuite, parce qu’ils n’ont pas de racine en eux-mêmes, ils chutent. Mais les hypocrites ne se réjouissent pas en vrais croyants, par le sens de la grâce de Dieu et par l’application à eux-mêmes des bienfaits offerts par la parole divine, qui peuvent être considérés comme la cause d’une joie véritable et substantielle chez les fidèles, dont le retrait d’une seule cause suffit pour rendre leur foi temporaire.

Cette foi temporaire ne diffère de la foi historique que par la joie qui l’accompagne. La foi historique n’inclut rien de plus que la simple connaissance ; alors que celle-ci a une joie liée à cette connaissance ; car ces hommes qui servent leur temps « reçoivent la parole avec joie ». Les démons croient, historiquement, et tremblent, mais ils ne se réjouissent pas de la connaissance qu’ils ont ; mais ils souhaitent plutôt qu’elle s’éteigne ; oui, ils ne se prétendent même pas adeptes de cette doctrine, bien qu’ils la savent vraie ; mais la détestent et y font très farouchement opposition. Chez les hommes, cependant, la foi historique est parfois associée à la profession, et parfois non ; pour les hommes souvent, quelles qu’en soient les causes, professent cette vérité et cette religion qu’ils détestent. Beaucoup aussi, qui savent que la doctrine est vraie, s’y opposent encore. « Sie wollten das die Bibel im Rheinschwimme. » [Ils veulent que la Bible nage dans le Rhin, en allemand, la langue maternelle de Ursinus. NdT]Ils pèchent contre le Saint-Esprit.[…]

La foi des miracles est un don spécial qui permet d’accomplir un travail extraordinaire ou de prédire un événement particulier par une révélation divine. Ou bien, c’est une persuasion ferme, produite par une révélation divine, ou une promesse particulière à l’égard d’une œuvre miraculeuse future, que la personne désire accomplir, et qu’elle annonce. Cette foi ne peut être tirée, simplement, de la parole générale de Dieu, à moins qu’une promesse ou une révélation spéciale ne soit liée à elle. L’apôtre parle de ce genre de foi quand il dit : « Si j’avais toute la foi pour pouvoir enlever des montagnes », etc. (1 Cor. 13:2) Cette déclaration peut, cependant, être comprise de toutes les différentes sortes de foi, à l’exception de la justifiante, mais elle est dite en référence spéciale à la foi des miracles. […]

La foi qui justifie est celle qui est définie dans le catéchisme ; selon cette définition, la nature générale de la foi salvifique consiste en la connaissance et une confiance assurée ; car il ne peut y avoir de foi dans une doctrine qui est totalement inconnue. Il convient donc pour nous d’acquérir la connaissance de ce en quoi nous devons croire, avant d’exercer notre foi, d’où nous pouvons voir l’absurdité de la foi implicite des papistes. La différence, ou caractère formel de la foi salvifique, est la confiance et l’application que chacun fait à lui-même, de la rémission libre des péchés par et pour le Christ. La propriété, ou le caractère particulier de cette foi, est la confiance et le plaisir en Dieu, à cause de ce grand bénéfice. La cause efficace pour justifier la foi est l’Esprit Saint. La cause instrumentale est l’évangile, dans lequel l’usage des sacrements est également compris. Le sujet de cette foi est la volonté et le cœur de l’homme.

La foi qui justifie ou qui sauve diffère donc des autres types de foi, parce que cest la seule confiance assurée par laquelle nous nous appliquons à nous-mêmes le mérite du Christ, ce qui se fait quand nous croyons fermement que la Justice du Christ nous est accordée et imputée, afin que nous soyons comptabilisés juste devant Dieu. La confiance est un exercice ou un mouvement de la volonté et du cœur suivant quelque chose de bon – se reposant et se réjouissant en elle. L’Allemand l’a, « vertrauen, sich ganz und gar darauf verlassen. » [Faire confiance, s’y abandonner de part en part] […]

La foi qui justifie diffère de la foi historique, car elle inclut toujours ce qui est historique. La foi historique ne suffit pas pour notre justification. On peut dire la même chose des deux autres types de foi. La foi qui justifie, encore une fois, diffère de toutes les autres sortes de foi, en ce que c’est par elle seule que nous obtenons la justice et un titre à l’héritage des saints. Car si, comme le dit l’Apôtre, nous sommes justifiés par la foi, et la foi est imputée pour la justice, et par la foi est l’héritage, alors cette foi doit être une des quatre sortes dont nous avons parlé. Mais ce n’est pas de la foi historique ; car alors les démons seraient aussi considérés comme justes, et seraient les héritiers de la promesse. Ce n’est pas non plus une foi temporaire, car Christ la rejette. Ce n’est pas non plus la foi des miracles, car dans ce cas, Judas serait aussi un héritier. C’est donc par la foi justifiante seule que nous obtenons la justice et un héritage parmi les saints, que les Écritures appellent correctement et simplement foi, et qui est aussi propre aux élus.

Personne, cependant, ne sait vraiment ce qu’est la foi qui justifie, si ce n’est celui qui croit, ou qui la possède ; comme celui qui n’a jamais vu ou goûté le miel, ne sait rien de sa qualité ou de son goût, même si vous pouvez lui dire beaucoup de choses de la douceur du miel. Mais l’homme qui croit vraiment, fait l’expérience de ces choses en lui-même, et est capable, aussi, de les expliquer aux autres.

  1. Il croit que tout ce que contiennent les Écritures est vrai, et de Dieu.
  2. Il se sent contraint de croire et d’embrasser fermement ces choses, car si nous confessons qu’elles sont vraies et qu’elles viennent de Dieu, il est bon que nous les approuvions.
  3. Il voit, embrasse et applique particulièrement à lui-même la promesse de la grâce, ou la rémission libre des péchés, la justice et la vie éternelle, par et pour le Christ, comme il est dit : « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle. » (Jean 3:36)
  4. Ayant cette confiance, il a confiance et se réjouit de la grâce actuelle de Dieu, et c’est ainsi qu’il conclut en se référant au bien futur : puisque Dieu m’aime maintenant et m’accorde de telles grandes bénédictions, il me préservera aussi pour la vie éternelle ; parce qu’il est immuable, et ses dons sont sans repentance.
  5. La joie naît dans le cœur, en vue de ces bienfaits, que la joie s’accompagne d’une paix de conscience qui dépasse toute compréhension.
  6. Alors il a une volonté et un désir sincère d’obéir à tous les commandements de Dieu, sans une seule exception, et il est prêt à endurer patiemment tout ce que Dieu peut lui envoyer. L’homme, donc, qui possède une foi qui justifie, fait ce qui lui est demandé, indépendamment de l’opposition du monde et du diable. Celui qui croit vraiment, expérimente toutes ces choses en lui-même ; et celui qui expérimente ces choses en lui-même, croit vraiment. […]

4. QUELLES SONT LES CAUSES DE LA FOI ?

La première et principale cause efficace de la foi historique et temporaire, ainsi que de la foi des miracles, est l’Esprit Saint, qui produit ces différents types de foi par son influence générale et son action. Il en est autrement, cependant, car il s’agit de justifier la foi que l’Esprit Saint produit par son œuvre spéciale. « Par la grâce vous êtes sauvés, par la foi, et non par vous-mêmes ; c’est le don de Dieu. » (Eph. 2:8)[…]

La cause instrumentale de la foi en général est la parole de Dieu, comprise dans les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, dans lesquels, à côté de la Parole, il y a aussi beaucoup d’œuvres et de miracles divins. L’instrument principal et particulier de la justification de la foi est la prédication de l’évangile. « L’évangile est la puissance de Dieu pour le salut de tous ceux qui croient. » « La foi vient par ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la parole de Dieu. » (Rom. 1:16 ; 10:17). La foi qui justifie n’est donc pas habituellement produite chez les adultes sans la prédication de l’évangile. La cause de cette foi qui fait des miracles, n’est pas simplement la parole de Dieu, mais elle exige une promesse spéciale, ou révélation.

La cause formelle de la justification de la foi est celle qui est propre à la foi salvatrice, qui est une certaine connaissance de tout ce que Dieu a révélé, et une confiance assurée dans le cœur.

L’objet de la foi salvatrice est le Christ et la promesse de la grâce.

Le sujet, ou la partie de l’homme dans laquelle il existe, est la compréhension, la volonté et le cœur.

La cause finale ou but est, premièrement, la gloire de Dieu, ou la manifestation de sa justice, de sa bonté et de sa miséricorde ; et, deuxièmement, notre salut.

5. QUELS SONT LES EFFETS DE LA FOI ?

Les effets de la foi qui justifie sont,

  1. Notre justification devant Dieu.
  2. Joie et délice en Dieu, avec la paix de la conscience. « Étant justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu. » (Rom. 5:1)
  3. Conversion, régénération et obéissance universelle. « Purifiant leur cœur par la foi. » (Actes 15:9)
  4. Les conséquences qui appartiennent aux effets de la foi, comme l’augmentation des dons temporels et spirituels, et la réception de ces dons par la foi. […]

6. À QUI LA FOI EST-ELLE DONNÉE ?

La foi qui justifie est propre à tous les élus, et à eux seuls ; car elle est donnée à tous les élus, et seulement à eux, y compris les enfants, car elle concerne une inclination à la foi. « Personne ne peut venir à moi sans que le Père ne l’attire. » « Il vous est donné de connaître le mystère du royaume des cieux, mais il ne leur est pas donné. » « Tous ceux qui ont été ordonnés à la vie éternelle ont cru. » « Qui il a prédestiné, il les a aussi appelés, justifiés et glorifiés. » « La foi est le don de Dieu. » « Mais ils n’ont pas tous obéi à l’Évangile ; car Ésaïe dit : Seigneur qui a cru, » etc., « car tous les hommes n’ont pas la foi ? » (Jean 6:44 ; Matthieu 13:11 ; Actes 3:48 ; Rom. 8:30 ; 10:16 ; Éph. 2:8 ; 2 Thess. 3:2)

La foi temporaire, ainsi que la foi des miracles, est donnée à ceux qui sont membres de l’Église visible seulement, c’est-à-dire aux hypocrites. « N’avons-nous pas fait en ton nom beaucoup de merveilles : chasser les démons ? » etc. (Matt. 7:22). La foi des miracles, cependant, qui était possédée par beaucoup dans l’église primitive, a maintenant disparu de l’église, dans la mesure où la doctrine de l’évangile a été suffisamment confirmée par les miracles. La foi historique peut être possédée même par ceux qui sont hors de l’église, et aussi par les démons.
[…]

Objection 2 : Beaucoup d’enfants en bas âge sont inclus dans le nombre des élus, et pourtant ils n’ont aucune foi. Par conséquent, tous les élus ne possèdent pas la foi. Réponse : Les enfants en bas âge ne possèdent pas, en effet, la foi réelle, en tant qu’adultes, pourtant ils ont néanmoins une puissance ou une inclination à la foi que l’Esprit Saint fait en eux selon leur capacité ou leur condition. Car, puisque le Saint-Esprit est promis aux nourrissons aussi, il ne peut pas être inactif en eux. Par conséquent, ce que nous avons dit, à savoir que la foi salvatrice est accordée à tous les élus, reste vrai.

Nous ajoutons encore plus loin, que la foi est nécessaire pour tous les élus, et pas seulement la foi, mais aussi une profession de foi en ceux qui sont arrivés à des années de compréhension, et cela,

  1. Sur la base du commandement de Dieu. « Tu ne prononceras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; » c’est pourquoi tu le vénéreras et le professeras. « Celui qui me confesse devant les hommes, je le confesserai devant mon père. Père qui est aux cieux. » (Ex. 20:7 ; Matt. 10:32)
  2. A cause de la gloire de Dieu. « Que ta lumière brille ainsi devant les hommes », etc. (Matt. 5:16)
  3. Parce que la foi n’est pas inactive, mais comme un arbre fécond, elle se manifeste par la profession.
  4. Pour notre sécurité. « Par la bouche, la confession est faite pour le salut. » (Rom. 10:10)
  5. Pour que nous amenions les autres à Christ. « Quand tu seras converti, fortifie tes frères. » (Luc 22:32)

Nous pouvons savoir que nous avons la foi,

  1. Par le témoignage de l’Esprit Saint, et par le désir vrai et sincère que nous avons d’embrasser et de recevoir les bienfaits que le Christ nous offre. Celui qui croit est conscient de l’existence de sa foi, comme le dit Paul : « Je sais qui j’ai cru. » « Nous avons le même esprit de foi, selon qu’il est écrit, j’ai cru, et donc j’ai parlé ; nous aussi, nous croyons, et donc nous parlons. » « Celui qui croit au Fils de Dieu, a le témoignage en lui-même. » (2 Tim.1:12 ; 2 Cor. 4:13 ; 1 Jean 5:10)
  2. Nous savons peut-être que nous avons la foi, par les doutes et les conflits que nous vivons, si nous sommes du nombre des fidèles.
  3. De l’effet de la foi, qui est un but sincère, et le désir d’obéir à tous les commandements de Dieu.

Objection 3 : Ceux qui peuvent tomber et perdre la grâce de Dieu avant la fin de la vie, ne peuvent être certains de la vie éternelle : car être certains de notre salut, et pourtant ne pas être élevés au-dessus de la possibilité de perdre la grâce de Dieu, implique une contradiction ; nous ne pouvons donc être certains de notre salut, de sorte que, ce qui a été dit de la foi justificatrice, que ce soit une assurance de droiture et de vie éternelle, est faux. Réponse : L’antécédent est vrai de ceux qui finissent par s’effondrer ; car pouvoir ainsi s’effondrer est incompatible avec la certitude du salut ; mais ceux en qui Dieu une fois produit la vraie foi, ne s’effondrent pas au final.

Réponse 1 : Tous ceux qui sont faibles peuvent finalement tomber. Nous sommes tous faibles. C’est pourquoi nous pouvons tous ne pas être à la hauteur de la grâce de Dieu. Réponse : Si les justes étaient soutenus par leur propre force, ils pourraient en effet tomber et perdre la grâce de Dieu, mais ils sont continuellement soutenus par la grâce divine. « S’il tombe, il ne sera pas complètement renversé, car le Seigneur le soutient de sa main. » (Ps. 37:24)

Réponse 2 : Dieu n’a pas déclaré qu’il nous préservera en sa faveur jusqu’à la fin. Réponse : Oui, il l’a déclaré dans le passage qui vient d’être cité, et en bien d’autres endroits. « Je leur donne la vie éternelle, et ils ne périront jamais, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui m’a donné, est plus grand que tous, et nul homme, » etc. « Je suis persuadé que ni la vie ni la mort, ni les anges, ni les principautés, » etc., « ne pourront me séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur. » (Jean 10:28, 29 ; Rom. 8:38)

Réponse 3 : Mais il est dit :  » Que celui qui se croit debout prenne garde qu’il ne tombe « . (1 Cor. 10:12) C’est pourquoi Dieu ne promet pas la persévérance, mais rend notre salut dépendant de nous-mêmes, ce qui est de le rendre douteux. Réponse : Il y a là une erreur à considérer qu’une cause qui n’en est pas une, car Dieu, par cette exhortation, veut nourrir, préserver et perfectionner le salut des croyants en les poussant à accomplir leur devoir, et non à engager leur persévérance dans leur propre force et volonté. C’est pourquoi, si nous croyons vraiment maintenant, nous devons certainement être assurés que Dieu nous préservera aussi dans le temps à venir ; car s’il désire que nous soyons assurés de sa grâce présente, il nous aura aussi certains de ce qui est encore futur, car il est invariable.[…]

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *