Catéchisme de Heildelberg

Dieu le Créateur [Q26 Heidelberg]

26. Qu’est-ce que tu crois quand tu dis : « Je crois en Dieu le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre » ?

A. Que le Père éternel de notre Seigneur Jésus-Christ, qui a fait les cieux et la terre à partir de rien, avec tout ce qu’il y a en eux, qui les soutient et les gouverne également par son conseil et sa providence éternels, est pour le Christ son Fils mon Dieu et mon Père ; en qui j’ai une telle confiance, qu’il ne fait aucun doute qu’il me fournira tout ce qui est nécessaire au corps et à l’âme, et qu’en outre, quel que soit le mal qu’il enverra sur moi dans cette vallée de larmes, il se tournera vers mon bien, car il est capable de le faire, étant Dieu tout puissant, et disposé aussi, étant un Père fidèle.

Après avoir exposé le crédo comme outil d’exposé doctrinal, Ursinus met en oeuvre cette méthode, avec précision et talent pédagogique. Tout d’abord, je crois en Dieu…

EXPOSITION

Je crois en Dieu. Croire Dieu et croire en Dieu sont deux choses très différentes. La première exprime la foi historique ; la seconde, la vraie foi ou confiance ; […] Croire en Dieu, c’est être persuadé qu’il rendra toutes choses qui lui sont attribuées subordonnées à mon salut, à cause de son Fils.

En Dieu. Le nom de Dieu est ici essentiellement pris pour Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; parce que la phrase que je crois, avec la particule dedans, se réfère de la même manière aux trois personnes de la Divinité ; pour la raison que nous ne croyons pas moins au Fils et au Saint-Esprit que nous croyons au Père.

Père. Quand le nom du Père s’oppose au Fils, il est pris personnellement, et signifie la première personne de la Divinité, comme ici dans le credo ; mais quand il s’oppose aux créatures, il doit être compris essentiellement, et signifie toute l’essence divine, comme dans la prière du Seigneur, Notre Père qui est aux cieux. En ce sens, le Fils est expressément appelé par Isaïe, « le Père éternel ». (Ish. 9:6). La première personne est appelée le Père :

  1. Par rapport au Christ, son Fils unique.
  2. Dans le respect de toutes les créatures, car il est le Créateur, et le Conservateur de toutes les créatures.
  3. En ce qui concerne les élus, qu’il a adoptés comme ses enfants et qu’il a fait accepter par son Fils bien-aimé. Croire en Dieu le Père, c’est donc croire en ce Dieu qui est le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ; et croire qu’il est aussi mon Père, et qu’en tant que tel il a une affection paternelle envers moi, pour et à cause du Christ, en qui il m’a adopté comme son fils.

En un mot, c’est croire : 1. Qu’il est le Père de notre Seigneur Jésus Christ. 2. Qu’il est un Père pour moi pour l’amour de Dieu.[…]

Tout-puissant. Croire en Dieu Tout-Puissant, c’est croire en un tel Dieu : 1. qui est capable d’accomplir ce qu’il veut, et même les choses qu’il ne veut pas, si elles ne sont pas contraires à sa nature, comme il aurait pu délivrer Christ de la mort, mais il ne pouvait pas. 2. Qui peut accomplir toutes choses par son simple ordre, et sans aucune difficulté. 3. Qui seul a le pouvoir de faire toutes choses, et qui est le dispensateur de ce pouvoir qui est dans toutes ses créatures. 4. Qui est aussi tout-puissant pour mon bien, et qui peut et veut diriger et rendre toutes choses subordonnées à mon salut.

Objection 2 : Dieu ne peut mentir, mourir ou défaire ce qui a été fait. Il ne peut donc pas tout faire. Réponse : Il peut faire tout ce qui indique le pouvoir. Mais mentir, mourir, etc., n’est pas un signe de pouvoir, mais d’infirmité ou de manque de pouvoir. Mais les défauts sont dans les créatures, pas en Dieu. Par conséquent, ils sont contraires à la nature de Dieu. Par conséquent, en inversant l’ordre du raisonnement, nous concluons donc que Dieu n’est pas capable de faire ou de vouloir les choses qui sont indicatives de faiblesse, et contraires à sa nature ; donc, il est tout-puissant.

Créateur du Ciel et de la Terre. Croire au Créateur, c’est croire :

  1. Qu’il est le Créateur de toutes choses.
  2. Qu’il soutient et gouverne par sa providence toutes les choses qu’il a créées.
  3. Qu’il m’a aussi créé et qu’il a fait de moi un vase de sa miséricorde, afin que j’obtienne le salut en Christ, et que, par sa providence et sa grâce spéciales, il me conduise au salut qu’il confère à son peuple.
  4. Qu’il a créé toutes les autres choses pour nous, afin qu’elles contribuent au salut de l’Église, à la louange de sa gloire. En bref, croire au Créateur, c’est croire que Dieu m’a créé pour que je puisse contribuer à sa gloire, et qu’il a créé toutes les autres choses pour qu’elles soient soumises à mon salut. « Toutes choses sont à toi, et tu es à Christ, et Christ est à Dieu », comme s’il devait dire que toutes choses sont créées pour nous, et nous pour Dieu. (1 Cor. 3:22, 23)

DE LA CRÉATION DU MONDE

La doctrine qui traite des oeuvres de Dieu est mise en ordre après la doctrine concernant Dieu, qui est aussi l’arrangement dans le credo. Il y a cinq œuvres générales de Dieu : 1. l’œuvre de la création, dont nous avons un récit dans le livre de la Genèse, où nous sommes informés qu’elle a été accomplie en six jours. 2. L’œuvre de conservation, par laquelle Dieu soutient le ciel et la terre, et toutes les choses qu’il a créées, afin qu’elles ne tombent pas en ruines. 3. Le travail du gouvernement, par lequel, par sa grande sagesse, il dirige et gouverne toutes choses dans le monde. 4. L’œuvre de restitution, par laquelle il répare, en Christ, tout ce qui est sujet à la corruption, à cause du péché de l’homme. 5. L’œuvre de perfection, ou d’achèvement, dans laquelle il amène toutes choses à leur fin prévue – mais surtout, il livre et glorifie parfaitement son église. Nous allons maintenant parler de l’œuvre de création, ou de la création du monde, à propos de laquelle nous devons rechercher:

1. Dieu a-t-il créé le monde ?

2. Comment l’a-t-il créé ?

3. Pourquoi, ou dans quel but, l’a-t-il créé ?

1. DIEU A-T-IL CRÉÉ LE MONDE ?

[…]Que Dieu a créé le monde, nous le savons : d’abord, par le témoignage des Saintes Écritures, comme, par exemple, par l’histoire de la création écrite par Moïse. Aussi, d’autres passages de l’Écriture, et en particulier les suivants : « Par la parole de l’Éternel furent faits les cieux et toutes leurs armées par le souffle de sa bouche. » « Il a parlé, et c’est fait ; il a ordonné, et il s’est tenu ferme. » (Ps 33:6, 9). Il y a aussi d’autres endroits, dans le psaume et ailleurs, où l’on parle plus souvent des merveilles de Dieu et où l’on habite les principales parties du monde que Dieu a créées, afin que nous puissions, par une considération appropriée, être conduits à avoir confiance en Dieu. (Ps. 104, 113, 124, 186, 146) Dieu lui-même a montré à Job ses merveilles et ses inimaginables œuvres, telles qu’elles apparaissent dans les cieux et sur la terre, en relation avec les autres choses qu’il avait créées, afin qu’il déclare sa justice, sa puissance et sa providence. (Job 38 et 39)

Deuxièmement, en plus du témoignage des Écritures, il y a beaucoup d’autres arguments qui prouvent de la manière la plus satisfaisante que le monde a été créé par Dieu, parmi lesquels nous pouvons citer les suivants :

  1. L’origine des nations, telle qu’elle est donnée par Moïse, le montre, dont il n’a pas pu inventer le récit, alors qu’il y avait encore quelques souvenirs dans l’esprit de beaucoup, mais qui, au fil du temps, se perdent.
  2. La nouveauté de toutes les autres histoires par rapport à l’antiquité de l’histoire sacrée.
  3. La diminution de l’âge de l’homme, montre qu’il y avait d’abord une plus grande force dans la nature, et qu’elle a diminué jusqu’à présent non sans une première cause.
  4. Le certain cours du temps depuis le commencement du monde, jusqu’à la venue du Messie.
  5. La constitution et la préservation des républiques.
  6. L’ordre des choses dans la nature, qui doit, par nécessité, avoir été produit par un esprit intelligent supérieur à toutes choses.
  7. L’excellence de l’esprit de l’homme et des anges. Ces êtres intelligents ont un commencement. Ils ont donc dû naître d’une cause intelligente.
  8. Les principes naturels et les notions qui sont gravés dans nos cœurs.
  9. Les mensonges, ou réprimandes de la conscience chez les impies.
  10. La fin de tout ce qui a été sagement ordonné.
  11. Enfin, tous les autres arguments qui prouvent qu’il y a un Dieu, prouvent aussi que le monde a été créé par lui.

Troisièmement, il y a aussi des arguments philosophiques qui prouvent que le monde a été créé, et cela par Dieu, bien qu’ils ne puissent prouver quand il a été créé.

  1. Il n’y a pas, dans la nature, de progrès infini des causes et des effets ; autrement, la nature n’atteindrait jamais sa fin. Le monde a donc eu un commencement.
  2. Le monde est le premier et le plus excellent de tous les effets. Par conséquent, il est de la première et la plus excellente cause, qui est Dieu. […]

Quels que soient les arguments que les philosophes puissent apporter contre la création du monde, il est donc facile de voir qu’ils ne sont pas tirés de la vraie philosophie, mais de l’imagination des hommes, si l’ordre de la génération et du changement des choses que Dieu a établi dans la nature, se distingue de la création.[…]

2. COMMENT DIEU A-T-IL CRÉÉ LE MONDE ?

  1. Dieu, le Père, a créé le monde par le Fils et le Saint-Esprit. Du Fils, il est dit : « Tout a été fait par lui. » (Jean 1:3) Du Saint-Esprit, il est dit : « L’Esprit du Seigneur s’est déplacé sur la face des eaux ». « L’Esprit de Dieu m’a créé. » (Gen. 1:2 ; Job 38:4)
  2. Dieu a créé le monde très librement, sans aucune contrainte. Il n’y avait pas nécessité en l’espèce, mais telle qu’elle résultait du décret de sa propre volonté, qui, bien qu’éternelle et immuable, était, néanmoins, la plus libre. « Car il a parlé, et c’est fait. » « Mais notre Dieu est dans les cieux, il a fait tout ce qu’il voulait. » (Ps. 33:9 ; 115:3)
  3. Dieu a fait le monde par son simple commandement, sa parole et sa volonté, sans aucun travail, fatigue ou changement de lui-même, ce qui est la forme la plus élevée de travail. […]
  4. Dieu a créé toutes choses à partir de rien. Ce n’était donc pas à partir d’une essence quelconque de la Déité, ni à partir d’aucune matière préexistante co-équivalente avec lui-même, de laquelle Dieu créa les cieux et la terre. Car si toutes choses ont été créées par Dieu, rien n’est excepté le Créateur lui-même, de sorte que toutes les autres choses ont été créées, sans même exclure la matière de laquelle elles ont été formées.
  5. Dieu a créé toutes choses très sagement, et très bien, c’est-à-dire qu’il a rendu chaque chose parfaite selon son espèce et son degré. « Tout était très bon. » (Gen. 1:31) Toute chose a été créée exempte de difformité et de péché, et du mal sous toutes ses formes.

    Objection : Mais la mort est maléfique. Réponse : Dieu n’a pas créé la mort, mais l’a infligée comme un juste châtiment à la créature, à cause du péché. […]

  6. Dieu a créé le monde, non pas soudainement, ni dans un moment de temps, mais en six jours. « Le septième jour, Dieu mit fin à toutes ses oeuvres. » (Gen. 2:2) Mais pourquoi Dieu n’a-t-il pas créé toutes choses en un moment de temps, quand il avait le pouvoir de le faire ?
    1. Parce qu’il a conçu que la création de la matière soit une chose distincte et manifeste de la formation des corps du monde, qui en ont été faits.
    2. Parce qu’il montrerait son pouvoir, et sa liberté, en produisant ce qu’il voulait, et cela sans aucune cause naturelle. Par conséquent, il a donné la lumière au monde, a rendu la terre féconde, et a fait pousser des plantes hors d’elle, avant que le soleil ou la lune ont été créés.
    3. Pour ce faire, il fait venir des animaux sur la terre, déjà vêtus de plantes et de pâturages, et introduit l’homme dans le monde qu’il a le plus richement pourvu de tout ce qui est nécessaire pour satisfaire ses désirs et pour l’administrer à son confort.
    4. Dieu a créé toutes choses successivement, afin que nous ne soyons pas assis dans l’oisiveté, mais que nous ayons l’occasion de considérer ses œuvres, et ainsi de discerner sa sagesse, sa bonté et sa puissance.
  7. Enfin, Dieu a créé le monde, non pas dans l’éternité, mais à un moment précis et bien défini ; et, par conséquent, au commencement des temps. « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. » (Gen. 1:1) Selon l’opinion générale, c’est maintenant, en comptant à partir de 1616 du Christ, 5534 ans depuis la création du monde.


De la création du monde à la naissance du Christ :

  • Selon les calculs de Melanchthon : 3 963 ans.
  • D’après les calculs de Luther : 3 960 ans.
  • Selon le calcul de Genève : 3’943 ans.
  • Selon le calcul de Beroaldus : 3 929 ans.

Le monde a donc existé,

  • Selon Melancthon : 5 579 ans.
  • D’après Luther : 5 576 ans.
  • Selon ceux de Genève : 5 559 ans.
  • Selon Beroaldus : 5 545 ans.

Ces calculs s’harmonisent suffisamment les uns avec les autres dans le cas des plus grands nombres, bien que certaines années soient ajoutées ou insuffisantes dans le cas des plus petits nombres. Selon ces quatre calculs, effectués par les hommes les plus savants de notre temps, il apparaîtra, en les comparant ensemble, que le monde a été créé par Dieu au moins pas beaucoup plus de 5.559 ou 5.579 ans. Le monde, par conséquent, n’a pas été créé à partir de l’éternité, mais a eu un commencement.

3. DANS QUEL BUT DIEU A-T-IL CRÉÉ LE MONDE ?

Les buts pour lesquels Dieu a créé le monde sont, certains généraux, d’autres spéciaux et subordonnés.

  1. La fin principale et ultime pour laquelle toutes choses ont été créées, en particulier les anges et les hommes, est la gloire et la louange de Dieu. « Le Seigneur a tout fait pour lui. » « Bénissez le Seigneur, toutes ses œuvres. » « Car de lui, et par lui, et pour lui, sont toutes choses. » (Prov. 16:4 ; Ps. 103:22 ; Rom. 11:36)
  2. La manifestation, la connaissance et la contemplation de la sagesse, de la puissance et de la bonté divines manifestées dans la création des choses. Car, si Dieu était loué, il fallait qu’il crée des intelligences rationnelles, capables de le connaître, et que, le connaissant, ils le louent et l’honorent. Il fallait aussi qu’il créât des choses dépourvues de raison, afin qu’elles fournissent de la matière pour la louange. « Les cieux proclament la gloire de Dieu, et le firmament montre ses œuvres. » (Ps. 19:1)
  3. Le gouvernement du monde. Dieu a créé le monde, afin qu’il puisse, par sa providence, toujours le gouverner, le dominer et le préserver, et ainsi continuellement montrer ses merveilleuses œuvres, qu’il a accomplies depuis le commencement du monde, et qu’il accomplit maintenant, ou accomplira plus tard, mais surtout qu’il gouverne l’Eglise, composée des anges et des hommes. Cette fin est subordonnée à la seconde. « Levez les yeux vers le haut et regardez qui a créé ces choses. » (Ish. 40:26)
  4. Afin qu’il puisse rassembler à lui-même, depuis la race humaine, une église éternelle, qui pourrait le connaître et le louer comme le Créateur.
  5. Pour que toutes choses contribuent au bonheur, au réconfort et au salut des hommes, et surtout des élus, et pour qu’ils puissent être pour eux, chacun dans sa propre sphère, des ministres et des instruments par lesquels Dieu puisse être loué par eux, en leur accordant ses bénédictions. « soumettez la terre, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur toute chose vivante qui bouge sur la terre. » « Tu l’as fait dominer sur les oeuvres de ta main, tu as tout mis sous ses pieds. » « Que ce soit le monde, ou la vie, ou la mort, ou les choses présentes, ou les choses à venir, tout est à toi. » (Gen. 1:28 ; Ps. 8:6 ; 1 Cor. 3:22) Dieu a donc créé l’homme pour lui-même, et toutes les autres choses pour l’homme, afin qu’ils le servent et, par lui, servent Dieu. Ainsi, lorsque nous faisons occuper aux créatures la place qui appartient à Dieu, nous nous poussons hors de la place que Dieu nous a assignée.

L’utilisation de la doctrine de la création du monde est la suivante :

  1. Afin que toute sa gloire soit attribuée à Dieu, et que sa sagesse, sa puissance et sa bonté soient connues et reconnues par les oeuvres de la création.
  2. Pour que nous puissions retirer notre confiance de toutes les choses créées, et placer notre confiance en Dieu seul, l’auteur et le donneur du salut.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *