Catéchisme de Heildelberg

Dieu le Fils [Catéchisme Heidelberg Q29-30]

QUESTION 29.

29. Pourquoi le Fils de Dieu est-il appelé « Jésus », c’est-à-dire Sauveur ?

Parce qu’il nous sauve de nos péchés et qu’on ne peut ni chercher ni trouver quelque salut en aucun autre

EXPOSITION

La deuxième partie du Credo, qui suit maintenant, traite du médiateur. La doctrine du médiateur se compose de deux parties : l’une concerne la personne du médiateur, l’autre son office. Ces deux articles concernent sa personne ; et en Jésus-Christ son fils unique, notre Seigneur, conçu par l’Esprit Saint, né de la Vierge Marie. Les quatre articles suivants qui nous ramènent à l’article de l’Esprit Saint, traitent de l’office du médiateur. La fonction du médiateur se compose de deux parties : son humiliation ou son mérite ; et sa glorification ou son efficacité. Or, en ce qui concerne son humiliation, le Christ est méritoire ; en ce qui concerne sa glorification, il est efficace. Le quatrième article traite de son humiliation : Souffrant sous Ponce Pilate, il a été crucifié, mort et enterré ; il est descendu aux enfers. Le cinquième et sixième traitement de sa glorification : Le troisième jour, il est ressuscité d’entre les morts ; il est monté au ciel ; il est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant. Le septième, qui se réfère à sa venue pour juger le monde, respecte la consommation de sa gloire, quand Dieu sera tout en tous.[…]

Et en Jésus : c’est-à-dire, je crois en Jésus-Christ. Les paroles, je crois, doivent être répétées, parce que comme nous croyons en Dieu, le Père, nous croyons aussi au Fils de Dieu, selon ce qui est écrit :  » Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. » « Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père en moi. » « Mon Père et moi ne faisons qu’un. » « C’est la parole de Dieu que vous croyez en celui qu’il a envoyé. » « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle. » « Que tous les hommes honorent le Fils comme ils honorent le Père. » (Jean 14:1 ; 14:11 ; 10:30 ; 6:29 ; 3:36 ; 5:23). C’est un argument sûr et bien fondé en faveur de la vraie Divinité du Fils, car la foi sous cette forme est une adoration due uniquement à Dieu.[…]

Le Fils de Dieu est donc appelé Jésus par prééminence pour indiquer ainsi qu’il est le vrai Sauveur. Cela est évident,

  1. Parce qu’il nous sauve du double mal de la culpabilité et de la punition. L’ange qui a dit : « Il sauvera son peuple de ses péchés » témoigne qu’il nous sauve du mal de la culpabilité. Qu’il nous libère du mal du châtiment peut être déduit du fait que si le péché est enlevé, le châtiment, qui est l’effet du péché, doit aussi être enlevé : car si la cause est enlevée, l’effet doit aussi être enlevé. Les gens que Jésus sauve sont tous ceux qui croient, et seulement ceux-là. Il est le Sauveur seulement de ceux qui croient, parce que c’est seulement en eux que sa fin est obtenue. Il a établi une église dans le monde pour rassembler et sauver les hommes ; mais à cette condition, qu’ils appréhendent les bienfaits qu’il offre, et lui soient reconnaissants pour eux.
  2. Parce qu’il est le seul Sauveur. Car de même que notre médiateur est unique, ainsi Jésus doit aussi être notre seul Sauveur, selon ce qui est déclaré dans de nombreux passages de l’Écriture : « Il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes par lequel nous devions être sauvés. » « Celui qui ne croit pas est déjà condamné, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » « Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est en son Fils. » « Car il y a un seul Dieu et un seul Médiateur entre Dieu et les hommes, l’homme Jésus Christ. » « Moi, je suis le Seigneur, et à côté de moi il n’y a pas de Sauveur. » (Actes 4:12 ; Jean 3:18 ; 1 Jean 5:11 ; 1 Tim. 2:5 ; Is. 43:11)

Objection: le Père et le Saint Esprit aussi nous sauvent. Donc le Fils n’est le seul sauveur. Réponse : Il est vrai que toutes les personnes de la Divinité sont engagées dans l’œuvre de notre salut, mais il y a une distinction quant à la manière dont elles nous sauvent. Le Père nous sauve par le Fils comme source de salut. Le Saint-Esprit nous sauve comme étant l’agent ou l’accomplisseur immédiat de notre régénération. Le Fils nous sauve par son mérite, comme étant le seul Sauveur, payant une rançon pour nous, donnant l’Esprit Saint, nous régénérant et nous élevant à la vie éternelle. L’efficacité de notre salut est donc commune aux trois personnes de la Divinité ; mais la manière est propre au Fils. Encore une fois, le Fils est appelé le seul Sauveur en opposition à toutes les créatures. Il exclut donc toutes les créatures, mais pas le Père, ni le Saint-Esprit, comme il est dit : « Nul ne connaît les choses de Dieu, sinon l’Esprit de Dieu ; » (1 Co 2,11) dont nous ne pouvons déduire que le Père et le Fils ne se connaissent point, car l’Esprit est ici comparé aux créatures et non avec le Père et le Fils.

Il est un Sauveur à deux égards, par son mérite et son efficacité. Il nous sauve par son mérite ou sa satisfaction, parce que par son obéissance, sa souffrance, sa mort et son intercession, il a mérité pour nous la rémission des péchés, la réconciliation avec Dieu, le Saint Esprit, le salut et la vie éternelle. « Il est la propitiation pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais pour les péchés du monde entier, c’est-à-dire pour les péchés de toutes sortes d’hommes, quels que soient leur âge, leur rang ou leur lieu. « Le sang de Jésus-Christ, son Fils, nous purifie de tout péché. » « Que Dieu a établi pour être une propitiation par la foi en son sang, pour déclarer sa justice pour la rémission des péchés qui sont passés. » « Par l’obéissance d’un seul, beaucoup ont été rendus justes. » « Le Seigneur a fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. » (1 Jean 2:2, 1:7 ; Rom. 3:25, 5:19 ; Is. 53:5).

Il nous sauve aussi par son efficacité, parce qu’il nous a non seulement, par ses mérites, obtenu la rémission des péchés, la justice et la vie que nous avions perdue, mais il nous accorde et applique aussi le bénéfice entier de la rédemption par son Esprit dans la foi. Car ce qu’il a mérité par sa mort, il ne le garde pas pour lui seul, mais il nous le confie. Il n’a pas acheté le salut et la vie éternelle (qu’il avait) pour lui-même, mais pour nous, comme notre médiateur. C’est pourquoi il nous révèle la volonté du Père, il institue et préserve le ministère, par cela il donne l’Esprit Saint et convertit les hommes, rassemble une église, accorde toutes les bonnes choses nécessaires à cette vie, défend son église contre tous ses ennemis, lève enfin au dernier jour à la vie éternelle tous ceux qui croient en lui, et les délivre de tout mal, tout en jetant tous ses ennemis et les leurs dans le châtiment perpétuel. Accomplir toutes ces choses est l’œuvre du vrai Dieu, qui seul est tout-puissant. Bref, son efficacité nous régénère par sa parole et son Esprit dans cette vie, et préserve ceux qui se renouvellent, de peur qu’ils ne tombent à nouveau et ne les élèvent enfin à la vie éternelle. Ces passages de l’Ecriture parlent de cette révélation et de cette régénération. « Nul ne sait qui est le Fils, si ce n’est le Père, et qui est le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils le révélera. » « Le Fils unique, qui est dans le sein du Père, il l’a déclaré. » « Il y en a un autre qui vous baptisera du Saint-Esprit et du feu. » « Je vous enverrai le Saint-Esprit du Père. » « Quand il monta en haut, il conduisit des prisonniers captifs, et donna des cadeaux aux hommes – certains pasteurs, et des enseignants, etc. Il est monté au-dessus de tous les cieux pour remplir toutes choses. » « Le Fils de Dieu s’est manifesté pour détruire les oeuvres du Diable. » (Matt. 11:27 ; Jean 1:18 ; Matt. 3:11 ; Jean 15:26 ; Éph. 4:8, 10, 11 ; 1 Jean 3:8) Concernant la préservation de ceux qui croient, les passages suivants peuvent être cités : « Que votre cœur ne soit pas troublé ; vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi, etc. « Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. » « Je ne te laisserai pas sans confort. » « Moi et le Père viendrons à lui, et nous ferons notre demeure avec lui. » (Jean 14:1 ; 18:23 ; Matt. 18:20.) De sa résurrection jusqu’à la vie éternelle, ces passages des Écritures parlent : « Je l’élèverai au dernier jour. » « Personne n’arrachera mes brebis de ma main. » « Et je leur donne la vie éternelle, et ils ne périront jamais. » Lorsqu’il se sera soumis à lui-même, il présentera devant Dieu une Église glorieuse, qu’il a rassemblée depuis le commencement jusqu’à la fin du monde. (Jean 6:54 ; 10:28, 29 ; 1 Cor. 15:28 ; Éph. 5:27) […]

La somme de tout ce qui a été dit concernant le nom de Jésus peut être brièvement réduite à ces questions :

  1. Qui est celui qui nous sauve ? Le Fils de Dieu est notre Jésus, ou Sauveur.
  2. Qui sauve-t-il ? Son peuple, c’est-à-dire tous et seulement les élus qui lui ont été donnés par le Père
  3. De quels maux nous sauve-t-il ? De tous les péchés, et de la punition du péché.
  4. De quelle manière nous sauve-t-il ? De deux façons : par son mérite et son efficacité, et de la manière la plus parfaite qui soit.

Maintenant, donc, quel est le sens de cet article, je crois en Jésus ? Ça veut dire,

  1. Je crois qu’il y a un certain Sauveur de la race humaine.
  2. Je crois que cette personne, Jésus, né de la Vierge Marie, est ce Sauveur, dont le Père a déclaré du ciel : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection, écoutez-le ». (Matt. 8:17). C’est pourquoi Dieu veut qu’il soit adoré et honoré : « Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé. » (Jean 5:23)
  3. Je crois que ce Jésus, par son mérite et son efficacité, nous délivre de tous les maux, de la culpabilité et du châtiment, en commençant ce salut en nous dans cette vie, et en le consommant dans la vie à venir.
  4. Je crois qu’il n’est pas seulement le Sauveur des autres, qu’il a appelés à son service, mais qu’il est aussi mon seul et parfait Sauveur, travaillant efficacement en moi ici, et continuant jusqu’au jour de la pleine rédemption ce qu’il a commencé.

Question 30

30. Alors ceux qui cherchent leur salut et leur bien-être auprès des « saints », eux-mêmes, ou n’importe où ailleurs, croient-ils en l’unique Sauveur Jésus, ?

A. Non, bien qu’ils puissent se vanter de Lui, ils nient en fait le seul Sauveur Jésus. Car soit Jésus n’est pas un Sauveur complet, soit ceux qui, par la vraie foi, reçoivent ce Sauveur, doivent avoir en Lui tout ce qui est nécessaire à leur salut.

EXPOSITION

Cette question est proposée à cause de ceux qui se glorifient au nom de Jésus et qui, en même temps, cherchent leur salut, en tout ou en partie dans un autre lieu sans lui, dans les mérites des saints, dans les indulgences du Pape, dans leurs propres offrandes, œuvres, jeûnes, prières, aumônes, etc. comme les papistes, les Jésuites et autres hypocrites du même groupe. Nous devons donc nous demander si ces personnes croient en Jésus comme unique Sauveur ou non. Il est répondu qu’ils ne croient pas en lui, mais qu’ils le renient par leurs actes, même s’ils se vantent de lui en paroles. La substance de cette réponse est incluse dans ce syllogisme, tiré de la description d’un Sauveur unique et parfait : Quiconque est un Sauveur parfait et unique, il ne confère pas le salut aux autres, ni en partie seulement. Jésus est un Sauveur complet et unique, comme nous l’avons montré dans l’exposé de la question précédente. C’est pourquoi il ne confère pas le salut en relation avec les autres, ni en partie seulement ; mais lui seul le confère tout entier, et de la manière la plus parfaite. C’est pourquoi nous concluons à juste titre que tous ceux qui cherchent leur salut en tout ou en partie ailleurs, en réalité, le renient comme étant un Sauveur unique et parfait. Ou bien, nous pouvons le dire ainsi : ceux qui cherchent le salut ailleurs qu’en Christ, que ce soit dans les saints, ou en eux-mêmes, etc. ne croient pas en Jésus comme unique Sauveur. Les papistes et les jésuites, qui considèrent leurs œuvres comme méritoires, le font. Par conséquent, ils ne croient pas en Jésus comme leur seul Sauveur. La proposition mineure est reconnue par eux, et quant à la proposition majeure, elle est clairement évidente dans la description que nous avons donnée d’un Sauveur parfait.

Objection : Dieu désire et nous commande de prier les uns pour les autres. Par conséquent, attribuer une partie de notre salut à l’intercession des saints ne met pas en cause l’office et la gloire d’un seul Sauveur. Réponse : Il y a une grande distinction à faire entre les intercessions du Christ et celles des saints. Le Christ intercède pour nous auprès du Père, par l’efficacité de sa dignité et de son mérite particuliers ; il est écouté à cause de lui-même, et obtient ce qu’il demande. Les saints se prient et s’intercèdent mutuellement dans cette vie, et les bonnes choses qu’ils demandent et obtiennent pour eux-mêmes et pour les autres, ils les cherchent et les obtiennent, non sur la base de leur propre valeur, mais sur celle de la dignité et du mérite du médiateur. C’est pourquoi, dans la mesure où les papistes imaginent que les saints obtiennent grâce auprès de Dieu et certaines bonnes choses pour les autres à cause de la valeur de leurs propres mérites, ils dérogent manifestement à l’office et à la gloire de Jésus, et le renient comme étant un seul Sauveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *