Catéchisme de Heildelberg

L’Ascension de Christ [Q46-49 Heidelberg]

QUESTION 46

46. Qu’entendez-vous par les mots « Il est monté au ciel » ?

R. Que Christ a été enlevé

à la vue de ses disciples

de la terre vers le ciel ;

Là, il est présent pour notre bien

jusqu’à son retour pour juger les vivants et les morts.

EXPOSITION

L’ascension du Christ au ciel est une translation visible, locale et réelle de son corps et de son âme de la terre au ciel, qui est avant tout le ciel visible à la droite de Dieu, dans cette lumière inaccessible, où il est maintenant et demeure, et d’où il viendra pour juger. En cela, comme dans l’article de la résurrection du Christ, il y a deux choses qui réclament principalement notre attention: son histoire et ses fruits. En parlant de l’histoire de l’ascension du Christ, voici ce qui suit

Les choses doivent être prises en considération:

  1. Qui est monté ? La même personne qui a souffert, et qui est ressuscitée.
  2. En quoi s’est-il élevé ? Selon sa nature humaine.
  3. Où s’est-il élevé ? Jusqu’au ciel, au-dessus de ces cieux visibles.
  4. Avec quelle aide, ou par quels moyens ? Par le pouvoir particulier de sa divinité.
  5. Dans quel but s’est-il élevé ? Pour qu’il soit notre chef et notre grand prêtre au ciel.
  6. Comment s’est-il élevé ? Visiblement, et tandis que ses disciples le regardaient, par une véritable élévation locale ou ascension graduelle de son corps de la terre au ciel.
  7. Quand s’est-il élevé ? Le quarantième jour après sa résurrection.
  8. De quel endroit est-il monté ? De Béthanie, au mont des Oliviers.

Nous parlerons des fruits de son ascension quand nous traiterons de la quarante-neuvième Question du Catéchisme. Toutes les questions que nous avons ici proposées en relation avec l’ascension du Christ, peuvent se réduire à ce qui suit:

  1. Où Christ est-il monté ?
  2. De quelle manière ?
  3. Dans quel but ?
  4. En quoi l’ascension du Christ diffère-t-elle de la nôtre ?
  5. Quels sont les fruits de son ascension ?

1. OÙ LE CHRIST A-T-IL ETE ÉLEVÉ ?

Après que le Christ eut donné à ses apôtres de nombreuses preuves infaillibles de sa résurrection d’entre les morts et de sa véritable humanité, il monta au ciel, aux yeux de ses disciples, le quarantième jour après sa résurrection, quand il était avec eux à Béthanie. Le terme ciel, tel qu’il est utilisé dans les Écritures, a trois significations.

  • Ça veut dire, d’abord, l’air. « Voici les oiseaux du ciel. » (Matt. 6:26).
  • Deuxièmement, cela signifie la région éthérée au-delà, y compris les sphères célestes. « Quand je regarde ton ciel, œuvre de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as mises en place » etc. « c’est le même qui est monté au–dessus de tous les cieux » c’est-à-dire, ces cieux visibles. (Ps. 8:3 ; Eph. 4:10)
  • Troisièmement, cela signifie le lieu des bienheureux, qui est cet immense, lumineux, clair et glorieux espace qui est en dehors et au-dessus de ce monde, et ces cieux visibles, la demeure de Dieu et des bienheureux, où Dieu se manifeste. Il se communique aux anges et aux hommes bénis, et où le siège de notre béatitude est préparé avec le Christ et les esprits saints. C’est dans ce ciel qu’il est dit que Dieu habite ; non pas qu’il soit contenu ou circonscrit en quelque lieu que ce soit, mais parce que c’est là qu’il se manifeste spécialement et communique sa gloire aux anges et aux hommes bénis. Il est appelé dans l’Écriture le monde nouveau, le ciel nouveau, la Jérusalem céleste, le Paradis, le sein d’Abraham, etc. Ce ciel n’est pas n’importe où, mais en haut, au milieu séparé de la terre et de l’enfer. « Un grand gouffre a été mis entre nous et vous, afin que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous ne puissent le faire, et qu’on ne traverse pas non plus de là–bas vers nous. » « Le ciel est mon trône, et la terre est mon marchepied. » (Luc 16:26 ; Es. 66:1). C’est dans ce ciel qu’Élie a été enlevé. C’est de là que le Saint-Esprit est venu le jour de la Pentecôte. Paul l’appelle le troisième ciel. C’est dans cette troisième signification que nous devons la comprendre, lorsqu’elle est utilisée pour exprimer le lieu vers lequel le Christ est monté.

Christ est donc monté dans ce ciel qui est la demeure des bienheureux. Ceci est établi des témoignages nombreux et expresses de la parole de Dieu, tels que le diable lui-même ne pourra jamais pervertir. « Il fut élevé et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils fixaient le ciel, pendant qu’il s’en allait, deux hommes en habits blancs se présentèrent à eux et dirent: Hommes de Galilée, pourquoi restez–vous là à scruter le ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu aller au ciel. » « Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures ; » (c’est-à-dire beaucoup de maisons dans lesquelles nous pouvons demeurer) « Je vais vous préparer une place. » « il a été séparé d’eux, et transporté au ciel. » « Il a été reçu au paradis. » « Étienne vit les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu ; » c’est-à-dire qu’il vit de ses yeux corporels, ou plutôt il lui fut donné divinement une vision nouvelle, au-delà et à travers tous les cieux visibles, le Christ dans la même nature humaine dans laquelle il s’était abaissé et était apparu comme un serviteur. « Cherchez ce qui est en haut, là où le Christ est assis à la droite de Dieu. » « Il est monté bien au-dessus de tous les cieux. » « Nous avons un grand Grand Prêtre qui est passé dans les cieux. » « Plus haut que les cieux. » « Le Christ est entré au ciel même, maintenant pour apparaître en présence de Dieu pour nous. »  » Quant à nous, notre citoyenneté est dans les cieux. » (Actes 1:9, 10, 11 ; Jean 14:2 ; Luc 24:51 ; Marc 16:19 ; Actes 7:56 ; Col. 3:1 ; Éph. 4:10 ; Hé 4:14 ; 7:26 ; 9:24 ; Phil. 3:20)[…]

C’est pourquoi, dans ce ciel qui est la demeure de Dieu et des bienheureux, le Christ est monté, et il est maintenant là, et il viendra de là pour juger le monde selon le témoignage de la parole de Dieu. Dieu nous fera savoir en quel lieu le Christ est monté,

  1. Afin qu’il soit manifeste qu’il demeure vraiment homme, qu’il n’a pas disparu, mais qu’il demeure et restera à jamais un homme dans le ciel.
  2. Afin que nous sachions à quel endroit nos pensées doivent être dirigées, et où nous devons venir dans nos approches vers lui, pour éviter toute forme d’idolâtrie.
  3. Afin que nous connaissions notre maison, ou la maison dans laquelle le Christ nous conduira, et dans laquelle nous habiterons avec lui.

2. DE QUELLE MANIÈRE LE CHRIST EST-IL MONTÉ AU CIEL ?

Christ est monté au ciel,

  1. Selon sa nature humaine.  » Mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.. » (Matt. 26:11)
  1. Il s’est élevé localement et physiquement, c’est-à-dire qu’il est vraiment passé d’un endroit à un autre. Il a fait passer sa nature humaine d’un lieu inférieur à un lieu supérieur, et même au ciel, par un transfert ou un changement réel et approprié, ce qu’il n’aurait pas été possible de faire s’il avait été partout dans son corps. Ces déclarations de l’Écriture prouvent que le Christ s’est effectivement élevé localement: « Mais moi, tu ne m’as pas toujours avec toi. » « Si je ne m’en vais pas, le Consolateur ne viendra pas à vous. » « Je quitte le monde et vais vers le Père. »  « Cherchez ce qui est en haut, là où le Christ est assis à la droite de Dieu. » « Jusqu’au jour où il fut enlevé, et une nuée le reçut hors de leur vue. » (Jean 12:8 ; 16:7 ; 16:28 ; Col. 3:1 ; Actes 1:2, 9)
  2. Christ est monté au ciel de façon visible, car l’ascension de son corps au ciel était apparente aux yeux de ses disciples, qui en étaient témoins. « Pendant qu’ils regardaient, il a été emmené. » (Actes 1:9). Il a été enlevé jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus le voir. Ils le virent monter jusqu’à ce qu’une nuée le reçoive hors de leur vue.
  3. Il s’est élevé par sa propre puissance, c’est-à-dire par celle de sa divinité, par laquelle il est ressuscité d’entre les morts. « Je monte vers mon Père. » « Je vais te préparer une place. » « Elevé par la droite de Dieu » (Jean 20:17 ; 14:3 ; Actes 2:33)
  4. Il est monté le quarantième jour après sa résurrection. Si quelqu’un demande: Pourquoi est-il monté le quarantième jour ? Pourquoi pas plus tôt, ou immédiatement après sa résurrection ? Nous répondons qu’il a retardé son ascension si longtemps pour nous donner des preuves infaillibles de sa résurrection et de la vérité de son humanité. « C’est à eux aussi qu’avec beaucoup de preuves il se présenta vivant avoir. » (Actes 1:3). Et aussi pour qu’il instruise ses disciples sur son royaume, pour qu’ils se souviennent des choses qu’il leur avait dites avant sa mort, qu’il en ajoute d’autres, et qu’il les affermisse non seulement, mais nous aussi dans la vérité de sa résurrection et de l’humanité. « il leur apparut pendant quarante jours, parlant du règne de Dieu. » (Actes 1:3)
  5. Il est monté pour ne pas revenir avant le jour du jugement. « Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu aller au ciel. » « je reviens vous prendre auprès de moi » « Vous montrez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’Il vienne. » « C’est lui que le ciel devait accueillir jusqu’aux temps du rétablissement de tout. » (Actes 1:11 ; Jean 14:3 ; 1 Cor. 11:26 ; Actes 3:21)[…]

QUESTION 47

47. Le Christ n’est-il donc pas avec nous jusqu’à la fin du monde comme il nous l’a promis ?

R. Le Christ est vrai homme et vrai Dieu.

En sa nature humaine,

il n’est plus maintenant sur la terre ;

mais par sa divinité, sa majesté, sa grâce et son Esprit,

il ne s’éloigne jamais de nous.

EXPOSITION

Le Christ est donc présent avec nous,

  1. Par son Esprit et sa Divinité.
  2. Par notre foi et la confiance avec laquelle nous le voyons.
  3. Par amour mutuel, parce que nous l’aimons et qu’il nous aime de manière à ne pas nous oublier.
  4. Par union avec sa nature humaine, car c’est le même Esprit qui est en nous et en lui, qui nous unit à lui.
  5. Dans l’espoir de la consommation, qui est l’espoir certain de venir à lui.

QUESTION 48

48. Mais les deux natures du Christ ne sont-elles pas ainsi séparées l’une de l’autre, si l’humanité n’est pas là où se trouve la divinité ?

R. Pas du tout,

car puisque sa nature divine ne peut être enfermée

et qu’elle est actuellement partout présente,

il s’ensuit nécessairement

qu’elle déborde l’humanité qu’elle a assumée

sans cesser pour cela d’être aussi dans celle-ci

et de lui demeurer personnellement unie.

EXPOSITION

Les ubiquitairiens, qui insistent sur ces objections, sont coupables de ces trois erreurs les plus pestilentielles, ou du moins peuvent être considérés comme ayant un lien avec les vues qu’ils ont à ce sujet.

  1. Avec Nestorius, ils séparent les natures en Christ, dans la mesure où ils substituent à l’union de ces natures, à l’égalité, à l’opération et à l’action de l’une par l’autre… pour deux choses, deux esprits et deux natures peuvent être égaux, ou agir mutuellement, même sans une union personnelle.
  2. Avec Eutychès, ils confondent et mélangent ces natures, dans la mesure où ils les rendent égales.
  3. Ils nous prennent les armes avec lesquelles nous nous opposons et réfutons les hérésies ariennes et sabéliennes, car ils affaiblissent les preuves de toutes les parties de l’Écriture qui attestent la Divinité du Christ, en essayant d’établir de ces passages l’égalité de son humanité avec sa nature divine.

3. DANS QUEL BUT LE CHRIST EST-IL MONTÉ AU CIEL ?

Christ est monté au ciel pour sa propre gloire et pour celle de son Père. Il était convenable, et nécessaire, qu’il ait un royaume céleste. Il n’était donc pas opportun qu’il continue à vivre sur terre. « Celui qui est descendu est le même que celui qui est monté bien au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes choses. » « C’est pourquoi Dieu l’a aussi hautement élevé, et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom, afin que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » (Éph. 4:10 ; Phil. 2:9, 11). Il convenait également à Christ, qui est le chef, et il était juste que Christ soit glorifié avec une excellence et une supériorité dans les dons au-dessus de tous les membres, ce qui n’aurait pas pu être le cas s’il était resté sur terre. Et de plus le Christ s’est élevé pour notre bien, et cela à ces trois égards.

  1. Pour qu’il intercède pour nous au ciel. « Qui est à la droite de Dieu, qui intercède aussi pour nous. » (Rom. 8:34) Il intercède pour nous,
    1. d’abord, par la valeur de son sacrifice, déjà offert en notre faveur, qui est si grande que le Père doit, à ce titre, nous recevoir en grâce.
    2. Deuxièmement, par sa propre volonté, par laquelle il désire continuellement que le Père nous accueille en grâce à la vue et au souvenir du sacrifice qu’il a accompli dans son propre corps.
    3. Troisièmement, par le consentement du Père, approuvant la volonté et le désir du Fils, acceptant la valeur de son sacrifice, comme une satisfaction suffisante pour nos péchés, et avec le Fils nous recevant en faveur.

C’est en intercédant pour nous de cette manière que le Christ nous applique les bienfaits et le mérite de sa mort. Et toute la glorification du médiateur, consistant en sa résurrection, son ascension et son assis à la droite du Père, était nécessaire pour que cette demande nous soit faite. Mais on objectera peut-être en disant: mais le Christ n’a-t-il pas déjà intercédé pour nous quand il était sur terre ? Nous répondons à cela que l’intercession que le Christ a faite sur la terre concernait ce qui était encore futur ; car elle a été faite à la condition que le médiateur, après avoir accompli son sacrifice sur la terre, apparaisse pour toujours dans le sanctuaire en haut.

  1. Afin que nous puissions aussi monter, et en avoir l’assurance. Le Christ lui-même dit dans l’évangile de Jean: « Je vais vous préparer une place. » « Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures « , c’est-à-dire des lieux où demeurer pour toujours, car il parle de notre permanence là-bas. Christ est monté ; c’est pourquoi nous monterons aussi. Cette conclusion est correcte, et forte ; parce que le Christ est le chef, et nous en sommes les membres ; il est aussi le premier-né d’une multitude de frères.
  2. Afin qu’il envoie le Saint-Esprit et qu’il rassemble, console et défende son Église, jusqu’à la fin du monde. C’est pourquoi il dit: « Si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous. » « Qui (Saint-Esprit) sera répandu en abondance sur nous par Jésus-Christ notre Seigneur. » (Jean 16:7 ; Tit. 3:6) […]

4. EN QUOI L’ASCENSION DU CHRIST DIFFÈRE-T-ELLE DE LA NÔTRE ?

L’ascension du Christ et la nôtre sont semblable en ceci:

  • D’abord, lui et nous monterons au même endroit.
  • Deuxièmement, sur le fait que tous les deux, lui et nous, montons à la gloire. « Père, je veux qu’eux aussi, ceux que tu m’as donnés, soient avec moi où je suis, afin qu’ils voient ma gloire. » (Jean 17:24)

Ils diffèrent sur les points suivants:

  1. Le Christ est monté par son propre pouvoir et sa propre vertu. « Nul n’est monté au ciel (c’est-à-dire par sa propre vertu particulière) si ce n’est le Fils de l’homme. » (Jean 3:13). Notre ascension, par contre, sera effectuée par Christ et pour son bien. « Je vais te préparer une place. » « Je veux que ceux que tu m’as donnés soient avec moi où je suis. » (Jean 14:2 ; 17:24)
  2. Le Christ est monté pour qu’il soit chef, nous monterons pour que nous soyons membres ; il est monté pour la gloire de ce qui est propre à la tête, nous monterons pour une gloire qui convient à ceux qui sont membres ; il est monté pour s’asseoir à la droite du Père, nous monterons pour nous asseoir sur son trône et celui de son Père, non dans la même dignité, mais seulement en par participation. » «A celui qui vaincra, j’accorderai de m’asseoir avec moi sur mon trône, comme j’ai vaincu et suis assis avec mon Père sur son trône. » (Apoc. 3:21) Nous participerons donc à sa gloire, une juste proportion étant préservée entre les membres et la tête.
  3. L’ascension du Christ est la cause de la nôtre, mais pas le contraire.
  4. Le Christ tout entier est monté, mais pas tout le Christ, parce qu’il n’est monté que par sa nature humaine, et non selon sa nature divine, qui est aussi sur terre. Mais nous monterons tout entiers, et tout de nous, parce que nous n’avons qu’une nature finie, et que nous n’en avons qu’une seule.

QUESTION 49

49. Quel bénéfice recevons-nous de l’ascension du Christ au ciel ?

R. D’abord,

nous avons au ciel, en Christ, notre avocat

devant la face de son Père ;

ensuite,

ayant ainsi notre chair au ciel,

nous avons un gage assuré que lui, la Tête,

nous élèvera à lui, nous aussi, ses membres ;

et enfin,

nous ici-bas nous recevons, en retour,

son Esprit, comme un gage

par la force duquel nous cherchons,

non pas les choses qui sont de la terre,

mais celles qui sont en haut,

là où le Christ siège à la droite de Dieu.

EXPOSITION

5. QUELS SONT LES FRUITS DE L’ASCENSION DU CHRIST ?

Les fruits, ou bénéfices de l’ascension du Christ au ciel sont principalement ces trois-là:

  1. Son intercession auprès du Père en notre faveur. Cela englobe, comme nous l’avons déjà fait remarquer,
    1. la force et la vertu perpétuelles du sacrifice du Christ ;
    2. la volonté divine et humaine du Christ qui nous est favorable, par laquelle il désire que nous soyons reçus du Père pour son sacrifice ;
    3. le consentement du Père, s’alignant avec cette volonté de son Fils, et approuve sa satisfaction comme une expiation suffisante pour nos péchés.[…]
  2. Notre glorification résulte de l’ascension du Christ au ciel ; car si celui qui est notre chef est monté, nous aussi, qui sommes ses membres, nous monterons certainement. C’est pourquoi le Christ lui-même a dit:  » Si donc je m’en vais vous préparer une place, je reviens vous prendre auprès de moi, pour que là où, moi, je suis, vous soyez, vous aussi.. » (Jean 14:3)
  3. Le troisième fruit de l’ascension du Christ est la mission de l’Esprit Saint, par qui il rassemble, console et défend son Église, jusqu’à la fin du monde. L’Esprit Saint a été donné aussi sous la loi, avant l’avènement et l’ascension du Christ ; mais, comme on l’a remarqué, c’était par rapport à son ascension et à sa glorification, qui étaient alors encore futures, et qui en étaient non seulement le fruit, mais également une partie. Et encore une fois, depuis la glorification du Christ, l’Esprit Saint a été donné plus abondamment, comme le jour de la Pentecôte, qui avait été annoncé par le prophète Joël: « Et il arrivera après, que je répandrai mon Esprit sur toute chair, » etc. C’est par l’efficacité et l’influence de cet Esprit que nous recherchons les choses d’en haut, parce que c’est là que se trouve notre trésor, et là nos biens, et parce que le Christ est monté dans le but de faire nôtres ces bonnes choses, qui étaient là bien avant. C’est l’argument que l’Apôtre emploie dans Col.3:1.

Il y a d’autres fruits qui résultent de l’ascension du Christ, moins importants que ceux que nous avons spécifiés. Il s’agit notamment de ce qui suit:

  1. L’ascension du Christ est une preuve que la rémission des péchés est pleinement accordée à tous ceux qui croient, dans la mesure où il n’aurait pas pu s’asseoir sur le trône de Dieu, s’il n’avait pas enduré le châtiment que nos péchés exigeaient. Car là où est le péché, là aussi est la mort. « Il confondra le monde en justice, parce que je vais vers mon Père. » (Jean 16:10)
  2. C’est une preuve que le Christ est bien le vainqueur de la mort, du péché et du diable.
  3. C’est une preuve que nous ne serons jamais privés de réconfort, parce que c’était un grand objectif de l’ascension du Christ, qu’il puisse envoyer le Saint-Esprit. « Si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai. » « Il est monté dans la hauteur, il a emmené des captifs, il a fait des dons aux humains. » (Jean 16:7 ; Éph. 4:8)
  4. C’est l’assurance que le Christ nous défendra toujours, car nous savons qu’il est notre tête toujours glorieuse et qu’il est élevé au-dessus de toutes les principautés et de tous les pouvoirs.

Que devons-nous donc comprendre par l’article, je crois en Jésus-Christ, qui est monté au ciel ? Cela signifie, je crois,

  •  d’abord, qu’il a vraiment, et pas seulement en apparence, monté au ciel, et qu’il y est maintenant, et qu’il sera appelé à la droite de Dieu, jusqu’à ce qu’il vienne de là pour juger le monde.
  • Et, deuxièmement, qu’il est monté pour moi et pour vous, et qu’il apparaît maintenant en présence de Dieu, qu’il intercède pour nous, qu’il nous envoie le Saint-Esprit et qu’il nous conduira enfin à lui, afin que nous soyons avec lui où il est et que nous régnions avec lui en gloire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *