La Chute de l'Homme [Q7.1 Heidelberg]
20 mai 2020

QUESTION 7

D’où vient donc cette corruption de la nature humaine?

Elle vient de la chute et de la désobéissance
de nos premiers parents,
Adam et Ève, dans le Paradis;
par la chute, notre nature a été si corrompue
que nous sommes tous conçus et nés dans le péché.

EXPOSITION

Nous allons considérer d’abord la chute et le premier péché de l’homme, d’où la dépravation de la nature humaine est originaire; et ensuite, nous considérerons le sujet du péché en général, et plus spécifiquement du péché originel.

DE LA CHUTE ET DU PREMIER PECHE DE L’HOMME

Au sujet de la chute et du premier péché de l’homme, nous nous posons les questions suivantes :

  1. Quel fut ce péché ?
  2. Quelle fut sa cause ?
  3. Quels en sont les effets?
  4. Pourquoi Dieu l’a-t-il permis?

1.QUE FUT LE PREMIER PECHE?

La chute, ou premier péché de l’homme fut la désobéissance de nos premiers parents, Adam et Eve dans le paradis, ou le fait de manger le fruit interdit par Dieu. « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2.16-17) Ce commandement de Dieu fut violé par l’homme sur le conseil du diable. D’où notre dépravation et notre misère.

Mais est-il si grave de cueillir un fruit ? C’est réellement gravissime, parce qu’en ceci de multiples péchés horribles s’y retrouvent.

  1. L’orgueil, l’ambition, l’admiration de soi. Parce que l’homme non satisfait de sa dignité voulut être égal à Dieu. C’est ce que réprouve Dieu quand il dit : « L’homme est devenu comme l’un de nous pour la connaissance de ce qui est bon ou mauvais » (Genèse 3.22)
  2. L’incrédulité. Il a dénoncé Dieu comme un menteur. Dieu avait dit : « car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2.17) Le diable avait nié cela en demandant : « Tu ne mourras pas »  il a accusé Dieu d’être envieux « Dieu le sait : le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux qui connaissent ce qui est bon ou mauvais. » (Genèse 3.5). Adam a cru davantage au Diable qu’en Dieu : il mangea le fruit interdit. Il n’a pas non plus cru qu’il serait ensuite puni pour cela. En effet, ne pas croire en Dieu, mais croire au contraire le diable, c’est ne pas avoir Dieu là où il devrait y avoir Dieu. Et même plus : le diable est substitué à la place de Dieu. Ce fut un péché horrible au-delà de toute mesure.
  3. L’obstination et la désobéissance contre Dieu.Parce qu’il mangea le fruit contre le commandement de Dieu.
  4. L’ingratitude pour tous ses bienfaits. Il a en effet été crée à l’image de Dieu et pour la vie éternelle : à la place il a repoussé cette grâce quand il a écouté davantage le Diable que Dieu.
  5. L’innaturalité et le manque d’amour pour sa postérité. Parce que l’homme misérable n’a pas pensé aux bien qu’il avait reçu pour lui et sa postérité, mais il l’a perdu pour lui et sa postérité.
  6. L’apostasie ou l’abandon manifeste de Dieu au Diable, auquel il a cru et obéi davantage qu’à Dieu. Croire et obéir appartiennent à Dieu, mais ils ont été arrachés à Dieu. Il n’a pas demandé à Dieu les bienfaits qu’il devait recevoir, mais a voulu l’égalité avec Dieu suite au conseil du Diable.

La chute de l’homme ne fut donc pas un péché simple et léger, mais multiple et horrible à cause duquel toute la postérité d’Adam est justement rejetée.

Par cela on répond facilement à l’objection : Un juste juge n’inflige pas un grand châtiment pour un petit péché. Dieu est un juste juge. Donc manger le fruit ne devait pas être puni aussi sévèrement. Réponse : Ce ne fut pas un petit péché, mais un péché multiple et gravissime, d’orgueil, d’ingratitude, d’apostasie, et le reste qui a été dit plus haut. Il est donc juste que Dieu inflige un si grand châtiment. On insiste : Mais au moins il doit faire grâce aux descendants : parce que « un fils ne sera pas chargé de la faute du père » (Ezéchiel 18.20). On répond : cela n’est vrai que si le fils n’est pas participant de l’iniquité du père. En effet, nous sommes tous participants.

2.QUELLES SONT LES CAUSES DU PREMIER PÉCHÉ?

L’origine du premier péché de l’homme n’est pas en Dieu, mais de l’instigation du diable et de la libre volonté de l’homme. En effet le diable a suggéré à l’homme de faire défection à Dieu et l’homme à l’instigation du diable a été librement d’accord de s’éloigner de Dieu. Cependant même si Dieu a abandonné l’homme dans la tentation, celle-ci n’est pas la cause de la chute ni du péché, ou de la mort de l’homme. Parce que Dieu ne visait ni n’a effectué l’abandon de personne, mais seulement éprouver l’homme et voulait lui montrer que nulle créature ne peut faire ou continuer à faire le bien sans être gardée et gouvernée par Dieu. Avec son approbation, la juste décision de Dieu permit au péché de l’homme d’arriver.

La raison humaine querelle à ce sujet : Celui qui soustrait la grâce dans la tentation, sans laquelle on ne peut pas éviter la chute est la cause de la chute. Dieu a retiré la grâce à l’homme dans la tentation, sans laquelle il n’a pas pu ne pas chuter. Donc il fut la cause de la chute. Réponse : La majeure n’est vraie que de

  • ceux qui retirent la grâce qu’ils sont obligés de ne pas retirer,
  • ceux qui la retirent contre le gré des personnes qui en ont besoin, et qui ne la rejettent pas.
  • Ceux qui la retirent par envie.

Cependant rien de cela n’est vrai de celui :

  • Qui bien qu’il ne soit pas obligé de donner la grâce du salut, la donne malgré tout.
  • Qui ne la retire pas de celui qui la désire, mais uniquement de celui qui ne la veut pas et par sa propre volonté rejette la grâce qui lui est conférée.
  • Qui la retire à celui qui préfère commettre une faute à la justice et la vie éternelle, ou qui se complaît dans le péché, ou qui l’explore.

Celui qui en effet déserte de cette façon n’est pas également la cause du péché, même si cet abandon et retrait de la grâce est nécessairement suivi du péché en celui qui est ainsi abandonné. Et pourtant Dieu n’a pas retiré sa grâce selon la première façon, mais la deuxième d’induire l’homme en tentation.  Donc Dieu n’est pas un abandonneur, mais c’est l’homme qui l’a rejeté par le péché et est la cause de sa mort.

On insiste : Celui veut tenter quelqu’un dont il est sûr de sa chute en cas de tentation, veut son péché pour lequel vient la chute. Dieu voulait tenter l’homme par le diable, dont il savait avec certitude qu’il allait chuter. Il aurait pu ne pas tenter l’homme du tout. Donc Dieu est la cause de la chute. Réponse : Nous rejetons la proposition majeure, si elle est comprise de façon simple. En effet, celui qui veut éprouver les tentations de la chute, et qui est la cause de la manifestation de la faiblesse des créatures n’est pas la cause du péché. Or c’est ainsi que Dieu a tenté l’homme, c’est-à-dire qu’il voulait le mettre à l’épreuve. Par ailleurs, le diable voulait tenter l’homme dans le but qu’il pèche, et s’éloigne de Dieu et l’homme d’après la volonté du diable a cédé à la tentation contre le commandement de Dieu, voilà pour les vraies causes du péché. Mais nous parlerons davantage des causes du péché après.

3. QUELS SONT LES EFFETS DU PREMIER PECHE?

Les premiers effets du péché sont :

  1. L’état de mort et la privation avec la destruction de l’image de Dieu dans nos parents.
  2. Le péché originel dans la postérité, c’est-à dire, l’état de mort éternelle et la dépravation avec l’aversion naturelle de Dieu.
  3. Tous les péchés actuels qui naissent du péché originel. Car ce qui est la cause de la cause est en effet la cause de l’effet. Or le premier péché est la cause du péché originel et donc du péché actuel.
  4. Tout le mal de peine, qui nous est infligé à cause du péché. Le premier péché est donc la cause de tous les autres péchés et souffrances. Ainsi il convient que la justice de Dieu punisse la postérité à cause du péché des parents, comme il sera expliqué au sujet du péché originel.

4. POURQUOI DIEU A-T-IL PERMIS LE PECHE?

Dieu aurait pu sauver l’homme, et l’empêcher de chuter, s’il l’avait voulu. Mais il a voulu la chute, c’est-à-dire qu’il n’a pas donné la grâce de résister au diable pour les deux raisons suivantes :

  1. Pour que la faiblesse des créatures soit manifeste, si la justice originelle des créatures n’est pas sauvée par Dieu.
  2. Ensuite pour que par cette occasion montre sa bonté, sa miséricorde et sa grâce en sauvant les élus par Christ ; de montrer sa justice et sa capacité de punir pour les méchants et répouvés, selon ce qu’il est écrit : « Car Dieu a enfermé tous les humains dans leur refus d’obéir, pour avoir compassion de tous. » « Et si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître son pouvoir, a supporté avec une grande patience des objets de colère formés pour la perdition, » (Romains 11.32 ; Romains 9.22)

Etienne Omnès

Mari, père, j'appartiens à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *