Du péché en général [Q7.2 Heidelberg]
25 mai 2020

QUESTION 7

D’où vient donc cette corruption de la nature humaine?

Elle vient de la chute et de la désobéissance
de nos premiers parents,
Adam et Ève, dans le Paradis;
par la chute, notre nature a été si corrompue
que nous sommes tous conçus et nés dans le péché.

DU PÉCHÉ EN GÉNÉRAL

Ces questions traitent du péché en général sont principalement les suivantes:

  1. Est-ce qu’il y a, ou d’où savons-nous qu’il y a du péché dans le monde et en nous ?
  2. Qu’est-ce que le péché?
  3. Combien y-a-t-il de sortes de péchés?
  4. D’où vient-il, ou quelles sont ses causes?
  5. Quels sont ses effets?

1.EST CE QU’IL Y A DU PÉCHÉ EN NOUS ?

Nous savons qu’il y a du péché en nous et dans le monde de plusieurs façons :

  1. L’assertion divine qui nous déclare tous en état de péché. Or le témoignage de Dieu est très crédible, vu qu’il est le sondeur des cœurs et le plus vrai. (Genèse 6.5 ; Genèse 18.21 ; Jérémie 17.9 ; Romains 1.21, 3.10, 7.18 ; Psaumes 14 et 53 ; Esaïe 59).
  2. Le péché est correctement connu à partir de la loi de Dieu, comme le montre les questions 3 et 5 du catéchisme commentées plus haut, selon ce qu’il est écrit : « ce qui advient au moyen de la loi, c’est la connaissance du péché. » « La loi produit la colère ; et là où il n’y a pas de loi, il n’y a pas non plus de transgression. » « La loi est intervenue pour que la faute foisonne » « Je n’aurais pas su ce qu’était le désir si la loi n’avait pas dit : Tu ne désireras pas. » (Romains 3.20, 4.15, 5.20, 7.7)
  3. Notre conscience nous convainc du péché. Dieu a en effet sauvé quelques notions de loi naturelles dans nos esprits en dehors de la loi écrite, suffisantes pour nous accuser et nous damner. «car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste parmi eux : c’est Dieu qui, pour eux, l’a rendu manifeste. » « Quand des non–Juifs, qui n’ont pas la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ceux–là, qui n’ont pas la loi, sont une loi pour eux–mêmes ; » (Romains 1.9 ; Romains 2.13-14)
  4. La douleur et la mort auxquels sont soumis tous les êtres humains. Tous les cimetières, ossuaires et échafauds, tout cela sont les tribunes du péché, parce que Dieu qui est juste n’inflige pas de tourments si ce n’est à cause du péché, selon ce qui est écrit : « le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort est passée à tous les humains » « Car le salaire du péché, c’est la mort » « Maudit soit celui qui ne réalise pas les paroles de cette loi en les mettant en pratique ! » (Romains 5.21 ; Romains 6.23 ; Deutéronome 27.26)

L’utilité de cette question est :

  1. Pour que nous ayons la matière d’une humiliation et repentance perpétuelle.
  2. Pour que nous nous détournions de la folie furieuse des anabaptistes et des libertins, qui nient avoir du péché en eux, contre ce que la parole de Dieu décrit : « Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous–mêmes, et la vérité n’est pas en nous. » (1 Jean 1.8) et contre toute expérience. Car beaucoup commettent bien vite que ce que Dieu énonce dans la Loi comme des péchés. Ces choses même sont dites du Saint Esprit, mais ils mentent et vivent dans la misère, et sont exposés à la maladie et la mort pas moins que les autres. Ce qui est certain c’est que s’ils n’étaient pas pécheurs, ils seraient en contradiction avec la règle : « Là où il n’y a pas de péché, il n’y a pas de mort ».

Mais on se posera la question de si la connaissance du péché ne vient pas de l’Évangile. Car l’Évangile , qui nous invite à rechercher la justice non en nous-même, mais à l’extérieur de nous-même en Christ, nous déclare pécheurs. Donc en effet la connaissance du péché vient de l’Évangile et non de la loi. Réponse : L’Évangile nous déclare pécheurs, mais non de façon spécifique, comme la loi, ni à partir d’un enseignement sur quoi et comment est le péché, quel est le salaire du péché etc. Cela, c’est le propre de la Loi. En revanche, l’Évangile nous déclare pécheur en général et avec moins de détails, et en présupposant la loi, tout comme une science inférieure emprunte ses principes à une science supérieure. Après que la loi nous ait convaincu que nous sommes pécheurs, l’Évangile s’approprie et se sert de l’idée que nous sommes pécheurs, pour que la justice soit recherchée en dehors de nous-même, en Christ, pour le salut.

Nous pouvons donc connaître notre péché de 5 façons :

  1. À partir du témoignage divin.
  2. À partir de la loi principalement, et de façon spécifique.
  3. À partir de l’évangile secondairement, et de façon générale.
  4. À partir de notre conscience morale.
  5. À partir des tourments que Dieu n’infligerait pas, si ce n’est à cause du péché.

2. QU’EST CE QUE LE PÉCHÉ?

Le péché est l’absence de loi (anomia), ou tout ce qui s’oppose à la loi de Dieu, que ce soit un défaut, ou un penchant, ou une action, qui s’oppose à la loi de Dieu, offensant Dieu, et qui mettent les créatures sous la colère éternelle de Dieu, à moins qu’il n’y ait la rémission à cause de la médiation du Fils de Dieu.

  • Le genre du péché est un défaut dans le penchant ou dans l’action. Cependant, il est plus propre de dire que le genre du péché est dans le défaut, tandis que le penchant ou l’action sont plutôt la matière du péché.
  • La différence ou cause formelle du péché est la résistance à la loi, que l’apôtre Jean appelle anomia.
  • La propriété qui y est nécessairement attachée, est l’état de la créature qui pèche, c’est-à-dire, l’obligation de tourments temporels et éternels qui vient de l’ordre de la justice divine. On appelle couramment cela le forme double : la résistance à la loi, et l’état, ou un double aspect dont le premier est la résistance à la loi et l’autre le décret de punition.
  • Sa condition est accidentelle: « A moins qu’il ne soit racheté etc », parce que les péchés ne sont pas de nature, mais par accident de telle manière que les croyants en Christ ne soient pas punis de mort éternelle, parce que leur péché ne leur est pas imputé à cause de Christ, mais remis par grâce.

En outre, sont appelés des défauts :

  • L’ignorance et le doute au sujet de Dieu dans notre esprit et aussi notre volonté
  • L’absence d’amour pour Dieu et notre prochain dans le cœur
  • L’absence de joie en Dieu, et d’ardent désir
  • L’absence d’une obéissance zélée à Dieu, selon tous ses commandements, et l’omission des actions internes et externes qui sont demandées dans la loi de Dieu.

Les penchants dépravés sont :

  • Les obstinations du cœur et de la volonté contre la loi de Dieu et notre esprit.
  • Des décisions contre la loi de Dieu au sujet des actions honnêtes et honteuses.

Cette dépravation et penchants de notre nature nous fait faire ce que Dieu interdit, ce mal qu’on appelle concupiscence.

Ces défauts et penchants désordonnés sont les péchés, et sont damnés par Dieu, ce qui est prouvé ainsi :

  1. À partir de la loi de Dieu, qui condamne expressément ces défauts et inclinations en disant « « Maudit soit celui qui ne réalise pas les paroles de cette loi en les mettant en pratique ! » (Deutéronome 27.26) et « Tu ne convoiteras pas » (Exode 20.17) et exige de l’homme les dons et facultés opposées, dont une connaissance et amour pour Dieu et son prochain parfaits. « Tu aimeras le SEIGNEUR, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » « Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus–Christ. » « Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi. » (Deutéronome 6.5 ; Jean 17.3 ; Exode 20.3)
  2. À partir de plusieurs témoignages des Écritures, qui condamne les choses mauvaises en tant que péchés : « Le cœur est tortueux par–dessus tout et il est incurable : qui peut le connaître ? » « Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Ainsi, je n’aurais pas su ce qu’était le désir si la loi n’avait pas dit : Tu ne désireras pas. » (Jérémie 17.4 ; Romains 7.7) Voir aussi Jean 3.5 ; 1 Corinthiens 2.14 et 15.50 ; Romains 1.21 et 8.6
  3. À partir des douleurs et de la mort des enfants, qui bien qu’ils n’aient fait encore ni bien ni mal, et n’aient pas péché comme Adam, ont pourtant du péché, qui est la cause de pourquoi la mort règne en eux. C’est de cet aveuglement et répugnance de notre nature à Dieu que nous avons parlé.

Objection 1 : Ce qui n’est pas volontaire ni ne peut être évité n’est pas un péché. Nous ne pouvons pas éviter les défauts et penchants. Donc ce ne sont pas des péchés. Réponse : La proposition majeure est vraie pour la justice civile, mais non dans la justice de Dieu, devant laquelle ce qui est un péché mérite le châtiment quel que soit ce qui s’oppose à sa loi qu’il puisse l’éviter ou non. Les deux sont enseignées par l’Ecriture que l’intelligence charnelle ne peut pas se soumettre à la loi de Dieu et que tous ceux qui ne soumettent pas à la loi sont exposés à la malédiction.

Objection 2 : La nature est bonne. Les penchants et désirs sont naturels. Donc ils sont bons. Réponse : Contre la proposition majeure :

  1. « La nature est bonne » s’applique avant la corruption. C’est pourquoi il est écrit : « Dieu vit alors tout ce qu’il avait fait : c’était très bon » (Genèse 1.31).
  2. La nature est bonne en effet quant à la substance et telle qu’elle fut créée par Dieu, mais non quant à ses qualités et en ce qui concerne ses corruptions.

Objection 3 : Les punitions ne sont pas des péchés. Les penchants vicieux et les défauts sont des punitions du premier péché. Donc ce ne sont pas des péchés. Réponse : La majeure est vraie en justice politique, mais non pour la justice divine. Car souvent Dieu punit le péché par du péché, comme le montre très clairement l’apôtre dans Romains 1.27 ; 2 Thessaloniciens 4.11. Dieu a en effet la puissance de priver les créatures de son esprit, ce qui est un pouvoir que les créature n’ont pas.

3. COMBIEN DE SORTES DE PÉCHÉS Y-A-T-IL ?

Il y a cinq divisions principales de péché. La première d’entre elles est celle entre péché originel et actuel. Cette distinction est enseignée dans Romains 5.14 ; 7.20 ; 9.11.

Etienne Omnès

Mari, père, appartienT à Christ. Les marques de son salut sont sa confession de foi et les sacrements qu'il reçoit.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *