"Je ne sens pas d'amour pour mon conjoint" ou "je ne sens pas que ma foi est forte"
31 mars 2020

Avez-vous déjà essayé de regarder votre œil ? Je ne parle pas de le faire devant un miroir. Je veux dire : essayez de regarder votre œil, avec votre œil. C’est une manière assez efficace de ne plus rien voir du tout.

De même, si vous commencez à regarder votre foi pour savoir si elle est grande, il y a de bonne chance qu’elle s’efface et vous glisse entre les doigts. La foi est comme un œil, elle n’est pas faite pour être regardée mais pour regarder. Regarder où ? Aux promesses de Dieu, à Dieu lui-même. Il n’y a pas de “grands hommes de Dieu à la grande foi”. Si l’on pense encore cela, c’est que l’on a mal lu la Bible. Les “héros de la foi” ne sont appelés héros que parce qu’il ont placé leur confiance en celui qui est un véritable Héros. Nous n’avons pas une grande foi. Notre foi est faible, comme celle des disciples et elle ne vient pas de nous. Mais notre Dieu est grand et c’est en lui que repose notre foi.

L’amour fonctionne de manière similaire. Si vous cherchez à savoir si vous aimez Dieu ou telle personne, même votre conjoint, ne vous posez pas la question “est-ce que je l’aime ?”. L’amour ne se regarde pas, l’amour regarde l’autre. La Bible ne nous demande jamais de juger si nous aimons notre conjoint ou notre prochain. Dieu nous dit d’aimer notre prochain et notre conjoint. C’est un commandement. Cela signifie certainement que c’est bien plus qu’un sentiment à contempler, mais un engagement quotidien. Comment voyez-vous qu’une personne aime une autre ? En sondant son cœur et regardant ses sentiments ? En voyant des élans romantiques, des grandes et belles phrases ? Ou en voyant une fidélité, un soin, un pardon, un service, etc. ?

Corie Ten Boom était une rescapée des camps de concentration. Sa sœur n’eut pas la chance de survivre. Après avoir donné une conférence où elle racontait son histoire, elle vit dans la salle son persécuteur. Ses regards remplis de haine se posèrent sur l’assassin de sa soeur, celui qui les avait humiliées. L’assassin l’avait évidemment reconnue et venait demander pardon. Elle ne ressentit alors aucun amour, aucune envie de pardonner. Mais elle prit la décision de serrer la main de cet homme, en signe de pardon. Et c’est alors, et seulement alors, que son cœur fut rempli d’amour et de pardon pour cet homme.

C. S. Lewis formule cette vérité ainsi dans son Fondement du Christianisme :

« Ne perdez pas votre temps à vous tracasser pour savoir si vous « aimez » votre prochain ; agissez comme si c’était le cas. Et si vous faites cela, vous découvrirez l’un des grands secrets : quand vous vous conduisez comme si vous aimiez une personne, vous commencez à l’aimer. »

Lewis appelle cela le “secret” de l’amour.

En réalité, ce n’est pas Lewis qui a découvert ce secret ; Jésus lui-même nous l’enseigne. Il nous dit « là où est ton trésor, là sera ton cœur ». C’est un principe de fonctionnement de l’être humain : notre cœur s’attache à ce dans quoi nous investissons. Si j’investis mon temps et mes prières dans mon prochain, mon cœur suivra.

Si donc vous constatez que votre cœur est froid, ne désespérez pas. Oui, c’est mal de ne pas avoir de compassion pour votre prochain qui se perd. Oui, c’est mal de ne pas aimer votre conjoint. Oui, c’est mal d’avoir une faible foi. Mais n’ajoutez pas à ce mal une mauvaise excuse pour rester inactif. Agissez pour le bien de l’autre, pardonnez, aimez en premier celui qui n’est pas aimable et suppliez Dieu de vous remplir en chemin de l’amour du Christ. Contemplez Dieu dans sa Parole, en Jésus-Christ et votre foi s’en nourrira car la foi vient de la Parole de Dieu, nous dit Paul.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

2 Commentaires

  1. EPEE NJOH

    je suis émerveillé par la clarté de cet article, sa pertinence et sa vérité! Bravo Maxime, Merci et Gloire à Dieu!

    Réponse
    • Maxime N. Georgel

      Merci pour l’encouragement, ravi d’avoir pu vous être utile !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *