Prières réformées (45) : Prière de repentance – Édouard Monod
10 octobre 2021

Pour encourager nos lecteurs dans leur dévotion et culte privé, nous publions régulièrement des prières. Nous poursuivons avec un hymne d’Édouard Monod, Seigneur, je n’ai rien à t’offrir (traduction de l’hymne anglais Take me as I am écrit par Eli­za H. Ham­il­ton). Il se prend très bien comme une prière de repentance pour demander pardon à Dieu pour nos péchés commis envers lui.


Seigneur ! je n’ai rien t’offrir
Qu’un cœur fatigué de souffrir,
Et qui, sans Toi, ne peut guérir :
Je n’ai que ma misère.

Prends-moi tel que je suis,
Sans vertus, sans appui,
Tel que je suis,
Tel que je suis,
O mon céleste Frère !

J’ai transgressé ta sainte loi ;
Le péché vainqueur règne en moi ;
Pour me présenter devant Toi,
Je n’ai que ma souillure.

Prends-moi tel que je suis,
Sans vertus, sans appui,
Tel que je suis,
Tel que je suis,
Lave mon âme impure !

Faible est ma chair, faible est mon cœur ;
Pour repousser le tentateur,
O mon divin Libérateur !
Je n’ai que ma faiblesse.

Prends-moi tel que je suis,
Sans vertu sans appui,
Tel que je suis,
Tel que je suis,
Subviens à ma détresse !

Ton sang versé me blanchira,
Ton Saint-Esprit m’affranchira,
Ta richesse m’enrichira,
O mon céleste Maître !

Prends-moi, faible et pêcheur,
Sans vertu ni vigueur ;
O mon Sauveur !
Rends-moi vainqueur,
Et tel que je dois être !

Amen


Illustration en couverture : James Tissot (1836-1902), The Pharisee and the Publican (Le pharisien et le publicain), 1886-1894.


Laurent Dang-Vu

Etudiant en maths/info, passionné par la théologie biblique qui me permet d'admirer la beauté et la cohérence de la Bible comme une seule grande histoire, par l'apologétique culturelle (l'analyse d'oeuvres culturelles, films/jeux/anime/littérature à la lumière de la foi) et par la philosophie thomiste pour ses riches apports en apologétique.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *