Liturgie de l’Ascension
26 mai 2022

Peu d’Églises évangéliques proposent à leurs fidèles un culte à l’occasion de l’Ascension. Parfois pour des raisons théologiques (refus, chez les presbytériens, du calendrier liturgique traditionnel), mais plus souvent pour des raisons pratiques (le jeudi de l’Ascension n’est pas férié dans de nombreux pays ; en France où il l’est, plusieurs unions d’Églises organisent leur synode à cette période de l’année) ou tout simplement parce qu’elles accordent peu d’importance à la célébration de cet événement, qui précède de peu la Pentecôte. Pourtant, l’Ascension fait partie, après Noël et Pâques, des quatre plus grandes fêtes chrétiennes. C’est donc pour nous l’occasion de proposer à nos lecteurs une liturgie, qui pourra être librement réutilisée (avec d’éventuelles adaptations) dans le cadre d’un culte commnautaire le jeudi ou le dimanche suivant, ou d’un « culte de maison ». La liturgie suivante est empruntée au manuel de Liturgie pour les paroisses de langue française de l’Église réformée du canton de Berne (1955). Elle n’est pas particulièrement conservatrice, mais donne plutôt une idée de la célébration de l’Ascension chez des réformés suisses du XXe siècle.

C’est donc dans un esprit de recueillement que nous vous invitons à lire, prier et chanter l’ordre du culte ci-dessous. Les mélodies des cantiques peuvent être trouvées en ligne (http://jemaf.fr/ ou Youtube, notamment), ou ceux-ci peuvent être remplacés par d’autres sur le même thème qui vous sont plus familiers.


1. Introduction

L’empire du monde appartient désormais à notre Dieu et à son Christ.

Dieu a souverainement élevé Jésus et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse, à la gloire de Dieu le Père, que Jésus-Christ est Seigneur.

Il régnera éternellement, et son règne n’aura pas de fin.

2. Invocation

Levons-nous pour invoquer ensemble le Seigneur notre Dieu !

L’assemblée se lève et chante l’invocation :

Seigneur, sois au milieu de nous ! (8 fois)

[Au lieu d’etre chantée par l’assemblée, l’invocation peut être prononcée par l’officiant, qui dit dans ce cas : Béni soit le règne du Père, du Fils et du Saint-Esprit, maintenant, et toujours, et aux siècles des siècles.]

Dans les deux cas, l’officiant poursuit ainsi :

Vous tous, peuples, célébrez le Seigneur ! Faites monter vers Dieu des cris de joie ! Car le Seigneur, le Très-Haut, est redoutable, il est le grand Roi de toute la terre. Alléluia !

3, Cantique

Entonnons l’hymne de victoire.
Faisons au ciel monter nos chants,
Faisons au ciel monter nos chants,
Avec les esprits triomphants
Proclamons du Seigneur la gloire.

*

À lui l’honneur et la puissance !
Il est le Roi de l’univers,
Il est le Roi de l’univers,
Le ciel, la terre et les enfers,
Tout doit lui rendre obéissance.

*

Du haut des cieux, sur son Église,
Il abaisse un puissant regard,
Il abaisse un puissant regard,
Pour elle, il est un sûr rempart ;
Qu’à sa voix elle soit soumise.

*

Entonnons l’hymne de victoire ;
Que jusqu’au ciel montent nos chants,
Que jusqu’au ciel montent nos chants,
Que tous nos cœurs reconnaissants
Disent du Rédempteur la gloire !

4. La loi du Seigneur

Ainsi parle Celui qui a été élevé à la droite de Dieu :

Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les vers et la rouille rongent et où les voleurs percent et dérobent. Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne rongent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou bien il haïra l’un et l’autre, ou bien il s’attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.

Ne vous mettez, pas en souci pour le lendemain. À chaque jour suffit sa peine. Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné par surcroît.

5. Confession des péchés

Ces paroles du Seigneur nous révèlent notre cœur partagé. Humilions-nous donc devant Dieu et confessons-lui notre péché !

L’assemblée se lève.

Dieu tout-puissant, Père celeste, devant qui nous sommes assemblés en mémoire de l’ascension de notre Seigneur Jésus-Christ, nous nous humilions devant toi dans le sentiment de notre indignité, et nous implorons ta miséricorde. Tu as élevé ton Fils au-dessus de toutes choses, tu l’as couronné de gloire et tu nous appelles, nous ses rachetés, à chercher les choses qui sont en haut, où Christ est assis à ta droite, et à nous attacher à lui comme à notre seul Sauveur, à le servir et à le glorifier comme notre souverain Maître.

Mais tu le sais, ô Dieu, nous n’avons pas invoqué, ni aimé, ni servi comme nous le devions ce puissant et miséricordieux Rédempteur. Il est au ciel, et nous, nous sommes terrestres, attachés aux choses qui périssent. Il vit et règne auprès de toi, et nous, nous ne savons, le plus souvent, ni chercher auprès de lui le salut qu’il nous offre, ni obéir à sa sainte loi. Que deviendrons-nous, ô notre Dieu, si aujourd’hui même il apparaissait dans l’éclat de sa gloire, comme un jour il apparaîtra, et s’il mettait en évidence l’état de nos cœurs partagés ?

Aie donc pitié de nous, Seigneur Dieu, et inspire-nous toi-même, par l’action de ton Saint-Esprit, une repentance salutaire, un joyeux service et une entière obéissance. Fais-nous cette grâce que nous te cherchions pendant qu’on te trouve et que nous nous attachions à ton Fils comme â notre unique Sauveur, afin qu’au grand jour du jugement, tu puisses nous recevoir comme tiens dans tes demeures éternelles. Ainsi soit-il.

6. Répons

Seigneur, aie pitié de nous ;
Christ, aie pitié de nous ;
Seigneur, aie pitié de nous !

7. Annonce de la grâce

Dieu tout-puissant, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, pardonne à tous ceux qui se repentent et qui se convertissent a lui.

Nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ, le Juste. C’est lui qui est la victime de propitiation pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

Jésus peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. Alléluia !

8. Répons

À Celui qui nous a sauvés
Et dont le sang nous a lavés,
Soient empire et magnificence !
D’esclaves il nous a fait rois ;
Rendons à ses divines lois
Une parfaite obéissance.

*

Célébrons tous la charité
De ce Sauveur ressuscité,
Et disons avec les saints anges :
« Digne est l’Agneau de recevoir
Hommage, honneur, force et pouvoir,
Gloire, richesses et louanges ! »

L’assemblée s’assied.

9. Lecture de la Bible

Écoutez le récit de l’ascension de notre Seigneur Jésus-Christ, tel qu’il est rapporté dans le livre des Actes (1,3-11).

Lecture du texte. On pourra aussi lire Matthieu 26,57-64 ; Marc 16,14-20 ; Jean 17,1-26 ; Colossiens 3,1-4.

L’officiant pourra conclure les lectures ainsi :

À Celui qui est assis sur le trône et à l’Agneau soient la louange, l’honneur, la gloire et la force, aux siècles des siècles.

10. Confession de la foi ou prière

Levons-nous et unissons-nous dans l’amour fraternel, en confessant d’un seul cœur la foi de l’Église universelle :

L’assemblée se lève.

(Récitation du Symbole des apôtres ou de Nicée-Constantinople.)

(un temps)

Ô Dieu, qui règnes dans les cieux et qui as souverainement élevé ton Fils à ta droite, accorde-nous cette grâce de suivre par la foi ce Sauveur qui est notre vie et notre espérance. Que malgré notre exil temporel et nos labeurs terrestres, nous puissions vivre dès maintenant dans la paix et la félicité de ton Royaume d’en haut, par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen.

L’assemblée s’assied.

11. Cantique

Venez, chrétiens, et contemplons la gloire
Du Roi des rois, du Monarque des cieux,
Qui va jouir des fruits de sa victoire.
Que ce spectacle est grand et glorieux !

*

Il monte au ciel porté sur un nue,
Et tout en lui nous marque sa grandeur ;
Satan soumis, la mort même vaincue,
Sont les captifs qui suivent ce vainqueur.

*

Son char pompeux est précédé des anges,
Qui, publiant ses merveilleux exploits,
Font retentir dans les airs ses louanges,
Et vers le ciel poussent ainsi leurs voix.

12. Prédication

[Quelques exemples de prédications à lire sur le site Ressources chrétiennes. Voir aussi les articles disponibles à ce sujet sur Par la foi.]

13. Intercession

Ô Christ, Sauveur du monde, Roi de la création nouvelle, vient régner, sur cœurs, et diriger nos pensées vers les choses d’en haut, où tu es à la droite du Père.

Toi, le Seigneur de l’Église, demeure toujours présent en elle, jusqu’à la fin du monde, et que ton Saint-Esprit la conduise dans toute la vérité.

Toi à qui toute puissance a été donnée au ciel et sur la terre, étends en tous lieux ta main secourable sur ceux qui sont exposés aux dangers de l’âme et du corps.

Garde des tentations, Seigneur tout-puissant, ceux qui sont menacés d’y succomber ; élève leur cœur au-dessus de ce qui est terrestre et charnel.

Donne aussi l’apaisement de la foi à ceux qui sont inquiets et tourmentés.

Soutiens le courage des opprimés, des prisonniers et des persécutés. Manifeste à leur foi ton pouvoir souverain, en les délivrant de leur affliction. Révèle ta présence glorieuse aux malades, aux infirmes et aux mourants, afin qu’ils soient consolés et fortifiés.

Garde-nous tous dans la charité fraternelle et dans le service de ton règne. Daigne faire pour nous, Seigneur, ce que nous demandons en ton nom, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Amen.

14. Cantique

Sur ton Église universelle,
Objet constant de ton amour,
Oh ! que ta grâce paternelle,
Seigneur, se répande en ce jour.
Tes enfants, avec confiance,
Partout fléchissent les genoux ;
Ne confonds pas leur espérance
Jésus, sois au milieu de nous.

*

Des promesses de ta Parole
Daigne, Seigneur, te souvenir :
Que ton Esprit saint nous console
Et nous apprenne à te bénir !
Ouvre nos yeux à ta lumière,
Change et maîtrise notre cœur,
Et que ton Église en prière
Obtienne une ère de bonheur.

[La liturgie eucharistique commence. Rappelons que la Cène ne doit pas être consacrée à domicile et sans ministre ordonné. Pour un « culte de maison », aller directement au n°20, puis au n°23.]

15. Invitation à la communion

Bien-aimés, la sainte Cène va être célébrée. Le Seigneur lui-même nous invite aujourd’hui à sa Table sainte. À cette grâce du Seigneur, à cette communion avec vos frères, nous vous appelons tous à participer.

Que ceux d’entre vous, toutefois, qui ne peuvent ou ne veulent pas prendre part à ce saint repas, se retirent avec ordre et en silence, et que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec eux et les accompagne sur toutes leurs voies. Amen.

Sortie des non-communiants, pendant un bref jeu d’orgue.

[Notons ici que cette liturgie prescrit encore le renvoi des catéchumènes dont la pratique est attestée depuis l’Antiquité.]

16. Souhait de paix

Que la paix du Seigneur soit avec nous tous !

Soyons aussi en paix les uns avec les autres.

17. Introduction

Si vous êtes ressuscités avec le Christ, cherchez les choses qui sont en haut où le Christ est assis à la droite de Dieu. Attachez-vous aux choses qui sont en haut, et non à celles qui sont sur la terre.

Amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni les vers ni la rouille ne rongent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

18. Cantique de Sainte Cène

Jésus, Sauveur adorable,
Tu m’invites à ta table.
Plein d’amour, plein de tendresse,
Tu veux calmer ma détresse.
Pour me relever, toi-même.
Divin Fils du Dieu suprême,
Tu m’offres dans ta clémence
Le pardon de mon offense.

*

Seigneur, je me sais indigne
D’une bonté si insigne ;
Ton corps est la nourriture
Qu’en raison de ma souillure,
Tu m’offres à cette table,
Ô Rédempteur charitable,
Fais-moi grâce et me pardonne !
À toi seul je m’abandonne.

Pendant le chant de ce cantique, l’officiant découvre le pain et remplit la coupe.

19. Prière eucharistique

a. Préface

En haut les cœurs !

Rendons grâces au Seigneur, notre Dieu !

L’assemblée se lève.

Il est vraiment digne et juste, c’est notre joie et notre salut de te rendre grâces, de te bénir et de t adorer en tous temps et en tous lieux, Père saint, Dieu étemel, auteur de toutes choses et source de tout bien, par Jésus-Christ, ton Fils bien-aimé.

S’étant abaissé jusqu’à nous, il est devenu notre frère, et c’est à travers beaucoup de souffrances qu’il est entré dans sa gloire. [En un jour semblable,] tu l’as souverainement élevé en présence de ses disciples, et tu l’as fait asseoir à ta droite, afin qu’au ciel et sur la terre tout genou fléchisse devant lui, et que toute langue confesse qu’il est le Roi et le Seigneur.

Tu l’as donné pour chef suprême à l’Église, et tu l’as reçu dans les demeures éternelles comme notre Médiateur et notre Intercesseur, afin qu’il nous prépare une place, et que là où il est, nous soyons aussi, pour y régner avec lui.

C’est pourquoi, avec les anges et toutes les puissances des cieux, avec les trônes et les dominations, avec les saints et les bienheureux, nous célébrons sa victoire, et nous joignons nos voix aux leurs pour chanter avec allégresse le cantique triomphal, disant sans fin :

Saint, saint, saint est le Seigneur, le Dieu des armées, les cieux et la terre sont remplis de sa gloire.

L’assemblée chante spontanément le cantique suivant, entonné par l’orgue, puis s’assied.

Saint, saint, saint est l’Éternel,
Le Seigneur, Dieu des armées !
Son pouvoir est immortel ;
Ses œuvres, partout semées,
Font éclater sa grandeur,
Sa majesté, sa splendeur.

*

Les saints et les bienheureux,
Les trônes et les puissances,
Toutes les vertus des cieux
Disent ses magnificences,
Proclamant dans leurs concerts
Le grand Dieu de l’univers.

*

L’illustre et glorieux chœur
Des apôtres, des prophètes
Célèbre le Dieu Sauveur
Dont ils sont les interprètes ;
Tous les martyrs couronnés
Chantent ses fidélités.

*

Sauve ton peuple, Seigneur,
Et bénis ton héritage !
Que ta gloire et ta splendeur
Soient à jamais son partage.
Conduis-le par ton amour
Jusqu’au céleste séjour.

b. Institution et consécration

L’officiant dit :

Que chacun fasse silence devant le Seigneur !

Adoration silencieuse. Après un temps de silence suffisant, l’officiant reprend :

[Toute gloire et toutes grâces te soient rendues. Dieu tout-puissant, notre Père céleste, pour l’offrande que ton Fils Jésus-Christ a faite sur la croix, en propitiation et en réparation pleinement suffisante pour les péchés du monde entier.

C’est lui-même qui a institué un mémorial perpétuel de sa mort, cn nous ordonnant, dans son saint Évangile, de le célébrer jusqu’à ce qu’il vienne.]

Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et après avoir rendu grâces, le rompit, le donna à ses disciples et dit :

Prenez, mangez. Ceci est mon corps qui est donné pour vous. Faites ceci en mémoire de moi.

De même, après le souper, il prit la coupe, et après avoir rendu grâces, la leur donna et dit :

Buvez-en tous. Ceci est mon sang, le sang de l’alliance nouvelle, répandu pour vous en rémission des péchés. Faites ceci en mémoire de moi.

Toutes les fois que vous mangez de ce pain et que vous buvez de cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

Bref silence, puis l’officiant continue.

Nous souvenant donc. Père saint et juste, de |a vie et de l’œuuvre de ton Fils bien-aimé, de sa passion et de sa mort en croix, de sa résurrection et de son ascension à ta droite nous attendons, fondés sur la promesse de son retour, le jour où il viendra dans sa puissance et dans sa gloire.

Et dans l’attente de sa venue glorieuse, nous accomplissons maintenant son ordre : nous plaçons, ô Dieu, en présence de ta divine Majesté ce pain et ce vin que nous tenons de toi, nous te rendons grâces pour l’œuvre salutaire accomplie par ton Fils, et nous te bénissons pour le sacrifice qu’il a fait de son corps et de son sang, une fois pour toutes, sur la croix.

En communion avec ton Christ, notre grand-prêtre et notre intercesseur, nous te présentons, ô Dieu, notre sacrifice de louanges et l’hommage de nos cœurs, et nous nous consacrons ensemble, nous et nos biens, à ton service, en offrande vivante et sainte.

Envoie d’en haut ton Saint-Esprit sur nous pour qu’il nous sanctifie, et qu’en recevant ce pain et ce vin, nous puissions communier au corps et au sang de ton Fils.

Qu’ainsi, ô Dieu, nous tous qui avons part à cette même nourriture et à ce même breuvage, nous soyons enrichis de ta grâce et de tes bénédictions, pour être unis en un seul corps et croître en Celui qui est la tête de l’Église, Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen.

20. Oraison dominicale

Enchaînant immédiatement, l’officiant dit :

Ô Dieu, c’est au nom de ton Fils qu’autour de cette table nous osons dire, d’un seul cœur et d’une même voix, la prière de tes enfants :

L’assemblée se joint à l’officiant et dit à haute voix :

Notre Père qui es aux cieux !
Que ton nom soit sanctifié ;
que ton règne vienne ;
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel.

*

Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ;
pardonne-nous nos offenses,
comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ;
et ne nous soumets pas à la tentation,
mais délivre-nous du mal.

*

Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire
pour les siècles des siècles. Amen !

21. Fraction et élévation

L’officiant rompt le pain et dit :

Le pain que nous rompons est communion au corps de notre Seigneur Jésus-Christ.

L’officiant élève la coupe et dit :

La coupe de bénédiction, pour laquelle nous rendons grâces, est la communion au sang de notre Seigneur Jésus-Christ.

22. Communion

Père saint, qui par le sang de ton Fils bien-aimé as frayé pour nous un chemin nouveau et vivant jusqu’au trône de ta grâce, répands dans nos cœurs la certitude du pardon et sanctifie-nous. Qu’ainsi nous nous approchions de toi avec une foi entière et un cœur pur, par Jésus-Christ, ton Fils.

Après avoir dit cela, l’officiant communie, puis donne la communion à ses aides, et prononce enfin cette invitation :

Jésus dit : Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés.

Venez, car tout est prêt.

(Communion des fidèles. Après quoi l’officiant recouvre le pain et met en ordre la Table sainte.)

23. Prière finale

L’officiant dit ici une prière libre d’actions de grâces ou lit l’une des prières finales données dans la liturgie de sainte Cène des dimanches ordinaires.

24. Cantique

Que tout en nous glorifie
Jésus, le Prince de la vie ;
Que tout proclame son amour !
Sa paix, sa grâce éternelle
Sur Son peuple se renouvelle
Et se répand de jour en jour.

*

Louange, empire, honneur
Soient à notre Sauveur ! Alléluia !
Gloire à Jésus, au Roi des rois,
Qui pour nous mourut sur la Croix ! (refrain)

*

Seigneur, reçois nos hommages :
Tu seras seul, dans tous les âges,
Le cantique des rachetés.
Que, sauvés par tes blessures
Et guéris par tes meurtrissures,
Tous nos cœurs te soient consacrés !

Après ce cantique, l’officiant dit :

Que la paix de Dieu qui surpasse toute compréhension garde vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.

25. Bénédiction

L’officiant étend les mains et dit :

Le Seigneur soit avec vous !

Que la bénédiction de Dieu tout-puissant, Père, Fils et Saint-Esprit, soit sur vous et demeure toujours avec vous. Amen.

L’Amen final peut être chanté par l’assemblée, au lieu d’être dit par l’officiant.


Illustration : la main de Dieu dans l’Ascension, enluminure du Sacramentaire de Drogon, IXe siècle (Paris, Bibliothèque nationale).

Arthur Laisis

Enseignant en linguistique à l'université, étudiant en théologie à la faculté Jean Calvin et lecteur dans les Églises réformées évangéliques de Lituanie. Principaux centres d'intérêts : ecclésiologie, christologie, histoire de la Réforme en Europe continentale. Responsable de la relecture des articles du site.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.