Catéchisme de Heildelberg

Le triple office de Christ: Prêtre, Prophète et Roi [Q31-32 Heidelberg]

31. Pourquoi l’appelle-t-on « Christ », c’est-à-dire oint ?

A. Parce qu’il est ordonné par Dieu le Père, et oint du Saint-Esprit, pour être notre prophète et enseignant en chef, qui nous révèle pleinement le conseil et la volonté secrets de Dieu concernant notre rédemption ; et notre seul souverain sacrificateur, qui par le seul sacrifice de son corps nous a rachetés et vit toujours pour faire intercession pour nous avec le Père ; et notre roi éternel, qui nous gouverne par sa Parole et Esprit, nous protège et nous protège par la rédemption obtenue pour nous.

Jésus est le nom propre du médiateur ; le Christ est, pour ainsi dire, une appellation supplémentaire ; car il est Jésus de telle manière qu’il est aussi le Christ, le Sauveur et le Messie promis. […] C’est pourquoi nous concluons : Celui qui doit être prophète, prêtre et roi, et qui est appelé l’oint, il est ainsi appelé à cause de ces trois fonctions. Le Christ devait être prophète, prêtre et roi, et il est appelé l’oint. C’est pourquoi on l’appelle l’oint, ou Christ, à cause de ces trois éléments, de sorte que ces parties de l’office du médiateur sont exprimées dans le titre unique du Messie, le Christ, l’Oint. En discutant de cette question du Catéchisme, nous devons nous interroger :

  1. Que signifie l’onction du Christ, vu que les Écritures ne parlent pas de son onction ?
  2. Qu’est-ce que l’office prophétique du Christ ?
  3. Qu’est-ce que la charge sacerdotale du Christ ?
  4. Qu’est-ce que l’office royal du Christ ?

1. QU’EST-CE QUE L’ONCTION DU CHRIST ?

L’onction était une cérémonie par laquelle les prophètes, les prêtres et les rois étaient confirmés dans leur office en étant oints soit avec une huile commune, soit avec une huile particulière. Cette onction signifiait : 1. Une ordination, ou un appel à la fonction pour laquelle ils ont été ainsi mis à part. 2. Elle signifiait la promesse et l’octroi des dons nécessaires pour soutenir ceux à qui le fardeau de l’une ou l’autre de ces fonctions était imposé. […]

Objection : Mais nous n’avons lu nulle part l’onction du Christ dans les Saintes Écritures. Réponse : Il est vrai, en effet, qu’il n’est pas dit que le Christ a été oint par une cérémonie ; mais il a été oint vraiment et spirituellement, c’est-à-dire, il a reçu ce que cette chose signifiait, qui était l’Esprit Saint. « C’est pourquoi Dieu, ton Dieu t’a oint de l’huile de joie au-dessus de tes semblables. » « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce que le Seigneur m’a oint. » (Ps. 45:7 ; Héb. 1:9 ; Is. 61:1). L’onction du Christ est donc mentionnée à la fois dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Il était nécessaire que le Christ soit, non pas un prophète, un prêtre et un roi typique, mais celui qui était signifié et vrai, de qui tous les autres n’étaient que des ombres. Par conséquent, il était nécessaire qu’il soit oint, pas typiquement, mais vraiment ; car il était nécessaire qu’il y ait une analogie entre l’office et l’onction, et, en conséquence, il devint nécessaire que son onction ne soit pas sacramentelle, mais spirituelle ; non typique, mais réelle.

Le Christ a donc été oint,

  1. Parce qu’il a été ordonné médiateur par la volonté de son Père céleste. « Je ne suis pas venu de moi-même, mais le Père m’a envoyé. » « Dieu nous a parlé par son Fils, qu’il a désigné héritier de toutes choses. » (Jean 7:28 ; Hébreux 1:1)
  2. Parce que sa nature humaine était dotée sans mesure des dons de l’Esprit Saint, afin qu’il ait tous les dons et grâces nécessaires pour restaurer, diriger et préserver son Église, et pour administrer le gouvernement du monde entier, et le diriger vers la gloire de Dieu, et le salut de son peuple. « Car celui que Dieu a envoyé prononce les paroles de Dieu, car Dieu ne lui donne pas l’Esprit par mesure. » (Jean 8:34). Ces deux parties de l’onction du Christ diffèrent l’une de l’autre de cette manière : l’attribution des dons ne concerne que la nature humaine, tandis que son ordination au poste de médiateur concerne les deux natures.[…]

Irénée dit, à ce sujet, que cette onction doit être comprise comme comprenant les trois personnes de la Divinité : le Père, comme celui qui oint, le Fils, comme celui qui est oint, et le Saint Esprit, comme l’onction ou celui qui est onction.

2. QU’EST-CE QUE L’OFFICE PROPHÉTIQUE DU CHRIST ?

Après avoir considéré ce que nous devons comprendre par l’onction du Christ, nous devons maintenant parler brièvement de la triple fonction, ou des trois parties de la fonction du médiateur pour laquelle Christ fut oint. Et afin que nous puissions avoir une bonne compréhension de ce sujet, nous devons définir ce que signifient les termes prophète, prêtre et roi, qui peuvent être rassemblés à partir des parties de l’office, que ces personnes ont individuellement remplies. Le mot prophète vient du grec profhmi, qui signifie publier les choses à venir. En général, un prophète est une personne appelée par Dieu, pour déclarer et expliquer aux hommes sa volonté concernant des choses présentes ou futures, qui autrement seraient restées inconnues, dans la mesure où les vérités qu’il révèle sont d’une nature telle que les hommes, d’eux-mêmes, ne pourraient jamais les connaître. Un prophète est soit un ministre, soit le dirigeant et le chef des prophètes, qui est Christ. […]

Un prophète du Nouveau Testament spécialement ainsi appelé, était une personne immédiatement appelée de Dieu, et dotée du don de prophétie dans le but de prévoir, et de prédire les choses à venir ; tels étaient Paul, Pierre, Agabus, etc. Quiconque a le don de comprendre, d’expliquer et d’appliquer les Saintes Écritures à l’édification de l’Église et des individus est un prophète, généralement appelé ainsi. C’est dans ce sens que le terme est utilisé dans l Cor. 14:3, 4, 5, 29.

Christ est le plus grand et le principal prophète, et il a été immédiatement ordonné par Dieu, et envoyé par lui dès le tout début de l’Eglise au Paradis, dans le but de révéler la volonté de Dieu au genre humain ; instituant le ministère de la parole et des sacrements, et se manifestant au final dans la chair, et prouvant par son enseignement et ses œuvres divines qu’il est le Fils éternel et consubstantiel du Père, l’auteur de la doctrine de l’évangile, donnant par lui l’Esprit Saint, allumant la foi dans le cœur des hommes, envoyant des apôtres et recueillant en lui-même une église dans la famille humaine, où il peut être obéi, appelé et adoré.[…]

Pour résumer le tout en quelques mots, l’office prophétique du Christ se compose de trois parties : Révéler la volonté du Père ; instituer un ministère, et enseigner à l’intérieur, ou efficacement par le ministère. Ces trois choses le Christ les a accomplies depuis le tout début de l’Eglise, et il les accomplira jusqu’à la fin du monde, et cela par son autorité, son pouvoir et son efficacité.[…]

D’après ce qui vient d’être dit, quelle est la différence entre le Christ et les autres prophètes, et pourquoi il est appelé le plus grand maître, et prophète, et donc le chef de tous les prophètes.

  1. Le Christ est le Fils de Dieu et le Seigneur de tous ; les autres prophètes n’étaient que des hommes et des serviteurs du Christ.
  2. Le Christ a immédiatement fait venir et prononcer la parole du Père aux hommes ; d’autres prophètes et apôtres sont appelés et envoyés par le Christ.
  3. La sagesse prophétique du Christ est infinie, car même selon son humanité, il a surpassé tous les autres en tous dons.
  4. Le Christ est la source de toute vérité et l’auteur du ministère : les autres prophètes ne font que proclamer et révéler ce qu’ils reçoivent du Christ. C’est pourquoi on dit que le Christ a parlé par l’intermédiaire des prophètes. Il ne révèle pas non plus sa doctrine aux seuls prophètes, mais à tous les pieux. C’est pourquoi il est dit : « De sa plénitude, nous avons tous reçu », etc. (Jean 1:16)
  5. Le Christ prêche efficacement par son propre ministère extérieur et celui de ceux qu’il appelle à son service, en vertu de l’Esprit Saint qui agit sur le cœur des hommes : d’autres prophètes sont les instruments que le Christ emploie, et sont ses collaborateurs avec lui.
  6. La doctrine du Christ est plus claire et plus complète que celle de Moïse et de tous les autres prophètes.
  7. Christ avait autorité sur lui-même ; les autres ont leur autorité du Christ. Nous croyons le Christ quand il parle à cause de lui-même, mais nous croyons les autres parce que le Christ parle en eux.

3. QU’EST CE QUE L’OFFICE SACERDOTAL DE CHRIST?

En général, un prêtre est une personne appointé par Dieu, dans le but d’offrir des oblations et des sacrifices, pour intercéder et enseigner les autres. Nous pouvons faire une distinction parmi ceux qui servent dans la capacité de prêtre, en parlant d’eux comme typiques ou réels. Un prêtre typique est une personne ordonnée par Dieu pour offrir des sacrifices typiques, pour faire intercession pour lui-même ou les autres, et enseigner au peuple la volonté de Dieu et le Messie à venir. Tels étaient les prêtres de l’Ancien Testament, parmis lequel il y en avait un plus grand que les autre, appelé, Grand Prêtre ; les autres lui étaient inférieurs. Il appartenait en propre au Grand Prêtre. 1. Que lui seul entre une fois par an dans le sanctuaire, ou le saint des saints, et que par le sang il offre pour lui-même, et le peuple de l’encens brûlant et faisant une intercession. 2. Il avait un apparat plus splendide et magnifique que les autres. 3. Il était placé au dessus des autres. 4. Il offrait des sacrifices, et faisait intercession pour lui-même et le peuple. 5. Il était consulté dans les matières et les questions confuses, pesantes et obscures et donnait au peuple la réponse que Dieu lui donnait de dire. Tous les autres lui étaient inférieurs, dont l’office était d’offrir des sacrifices, d’enseigner la doctrine de la loi, et les promesses qui concernaient le Messie, et d’intercéder pour eux-même et les autres. D’où, bien que tous les prêtres de l’Ancien Testament étaient types du Christ, le personnage typique était pourtant le Grand Prêtre, le plus notable d’entre eux, parce qu’en lui il y avait beaucoup de choses qui représentaient Christ, le Grand Prêtre véritable et élevé.[…]

Le prêtre signifié et vrai est le Christ, le Fils de Dieu, qui a été immédiatement ordonné par le Père et oint par le Saint-Esprit à cette fonction. Ayant assumé la nature humaine, il nous révèle la volonté et le conseil secrets de Dieu et s’offre pour nous un sacrifice propitiatoire, intercédant en notre faveur et appliquant son sacrifice à nous. Nous avons la promesse que tous ceux pour qui il intercède seront certainement entendus, et qu’il obtient toujours le pardon des péchés ; enfin par les ministres de la Parole et du Saint-Esprit, il recueille, illumine et sanctifie son église.

Il y a donc quatre parties principales de la charge sacerdotale du Christ :

  1. Enseigner les hommes, et cela d’une manière différente de toutes les autres, qui sont appelés à agir comme prêtres ; car il ne se contente pas de parler à l’oreille par sa parole, mais incline efficacement le cœur par son Esprit Saint.
  2. Offrir un sacrifice pour les péchés du monde.
  3. Prier et intercéder continuellement pour nous auprès du Père, afin qu’il nous reçoive en sa faveur par son intercession et sa volonté, par l’efficacité perpétuelle de son sacrifice, et qu’il ait la promesse d’être entendu par rapport à ce qu’il demande.
  4. Appliquer son sacrifice à ceux pour qui il intercède, c’est-à-dire recevoir en faveur de ceux qui croient, et le faire passer afin que le Père les reçoive, et que la foi soit faite dans leurs cœurs, par laquelle les mérites du Christ leur soient rendus, afin qu’ils soient régénérés par le Saint Esprit pour la vie éternelle.

D’après ce qui a été dit, nous pouvons facilement percevoir la différence entre le Christ et les autres prêtres.

  1. Ces derniers n’enseignent qu’avec la voix extérieure ; le Christ enseigne aussi par l’action intérieure et efficace de l’Esprit Saint.
  2. D’autres prêtres ne font pas d’intercession continuelle et n’obtiennent pas toujours ce pour quoi ils prient.
  3. Ils n’appliquent pas leurs propres avantages aux autres.
  4. Ils ne s’offrent pas eux-mêmes un sacrifice pour les autres ; toutes choses qui appartiennent au Christ seul.

4. QU’EST-CE QUE LE ROYAUME OU L’OFFICE ROYAL DU CHRIST ?

Un roi est une personne ordonnée de Dieu, pour régner sur un peuple déterminé, selon des lois justes, pour avoir le pouvoir de récompenser le bien et de punir le mal, et pour défendre ses sujets, n’ayant aucun supérieur ou personne au dessus de lui. Le Roi des Rois est le Christ, qui a été immédiatement ordonné par Dieu, pour gouverner, par sa parole et son Esprit, l’église qu’il a achetée de son propre sang, et la défendre contre tous ses ennemis, qu’il jettera dans un châtiment éternel, tandis qu’il récompensera son peuple par la vie éternelle.

L’office royal du Christ est donc :

  1. de gouverner l’Eglise par sa parole et son Esprit, ce qu’il fait de telle manière qu’il nous montre non seulement ce qu’il aurait accompli en nous, mais aussi qu’il incline et affecte le cœur par son Esprit, que nous sommes conduits à faire de même.
  2. Il nous préserve et nous défend contre nos ennemis, extérieurs et intérieurs, ce qu’il fait en nous protégeant par sa toute-puissance, en nous armant contre nos ennemis, afin que par son Esprit, nous soyons dotés de toutes les armes nécessaires pour résister et les vaincre.
  3. Pour distribuer les dons et la gloire de son église ; et finalement, pour la libérer de tous les maux ; pour contrôler et vaincre tous ses ennemis par sa puissance, et enfin, après les avoir pleinement soumis, pour les jeter dans une misère et une malédiction inconcevable.

QUESTION 32

32. Mais pourquoi vous appelle-t-on chrétien ?

A. Parce que par la foi, je suis membre du Christ, et donc participant de son onction, afin de confesser aussi son nom, de me présenter à Lui comme un sacrifice vivant de reconnaissance, et de lutter en toute conscience contre le péché et le diable dans cette vie ; au-delà dans l’éternité, régner avec Lui sur toute créature.

Dans cette question, nous devons considérer la dignité et la communion des chrétiens avec le Christ comme leur tête, ainsi que les fonctions qu’ils exercent en tant que membres du Christ. Le nom de chrétien a été donné pour la première fois aux disciples du Christ à Antioche, au temps des Apôtres. Avant cela, on les appelait Frères et Disciples. Le nom chrétien est dérivé du Christ, et désigne celui qui est disciple du Christ, qui suit sa doctrine et sa vie, et qui, greffé dans le Christ, a communion avec lui. Il y a deux sortes de chrétiens ; certains ne le sont qu’en apparence, et d’autres le sont vraiment et réellement. Ceux qui ne sont chrétiens qu’en apparence sont ceux qui ont été baptisés, et qui sont en compagnie de ceux qui sont appelés, et qui professent la foi chrétienne ; mais qui sont sans conversion, n’étant rien de plus que des hypocrites et des dissemblants, dont il est dit : « Beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. » « Tous ceux qui disent : Seigneur, Seigneur, Seigneur, n’entreront pas dans le royaume des cieux », etc. (Matt. 20:16 ; 7:22). Ce sont de vrais chrétiens qui sont non seulement baptisés et professent la doctrine du Christ, mais qui possèdent aussi une vraie foi, et qui la déclarent par les fruits de la repentance ; ou bien, ce sont ceux qui sont membres du Christ par une vraie foi, et sont rendus participants de son onction. Tous les vrais chrétiens le sont aussi en apparence, parce qu’il est dit : « Que votre lumière brille tellement devant les hommes qu’ils voient votre bonne œuvre, et glorifient votre Père qui est dans les cieux ». « Montrez-moi votre foi par vos œuvres. » (Matt. 5:16 ; Jacques 2:18) Mais ce n’est pas vrai, d’autre part, que tous ceux qui sont apparemment chrétiens le sont aussi en réalité ; parce qu’il sera dit de beaucoup de gens : « Je ne t’ai jamais connu ». (Matt. 7:23) […]

La relation qui existe entre la tête et les membres d’un même corps est une illustration frappante de l’union étroite et indissoluble entre Christ et nous. Car:

  • Tout d’abord, tout comme les membres du corps ont une seule et même tête, au moyen de laquelle ils sont reliés entre eux par des tendons et des ligaments charnus, et de laquelle la vie et le mouvement sont communiqués à travers tout le corps ;
  • et tout comme tous les sens extérieurs et intérieurs sont assis dans la tête, dont le corps entier et chaque membre tire sa propre vie ;
  • et dès lors que de la tête seule la vie est communiquée à chaque membre, et non d’un membre à l’autre, tant qu’ils sont restés unis à la tête et entre eux…

Ainsi le Christ est la tête vivante de laquelle l’Esprit Saint est fait pour passer dans chaque membre, et non d’un membre à l’autre. Depuis la tête, tous les membres sont appelés à tirer leur vie, et par qui ils sont gouvernés tant qu’ils demeurent unis à lui par l’Esprit qui demeure en lui et nous, et celle par laquelle, dans la foi nous devenons membres du Christ, car c’est par la foi que nous recevons l’Esprit, par lequel se réalise cette union. Or les membres sont unis les uns aux autres et entre eux par l’amour mutuel, qui ne peut manquer si nous sommes unis à la tête ; car la connexion de la tête avec le corps est la cause de l’union qui existe entre les membres eux-mêmes.

Deuxièmement, de même que dans le corps humain il y a divers dons, et de même que les membres accomplissent différentes fonctions, et pourtant une seule vie les anime et les déplace tous, de même dans l’église, qui n’est qu’un seul corps, il y a divers dons et fonctions, et un seul Esprit, par le bénéfice et l’aide duquel chaque membre individuel accomplit sa fonction appropriée.

Troisièmement, de même que la tête est placée plus haut, et mérite donc le plus grand honneur, et est la source de toute vie, de même le Christ a la plus haute place dans l’Eglise, parce qu’en lui l’Esprit est sans mesure, et de sa plénitude nous recevons tous les bons dons dont nous jouissons ; mais dans les chrétiens qui sont membres du Christ il y a seulement une certaine mesure des dons, qui leur est faite par Christ leur tête unique. C’est pourquoi il est clair que le Pape de Rome ment lorsqu’il se déclare chef de l’Eglise.

Le Christ est notre tête, à trois égards :

  1. Par rapport à la perfection de sa personne, parce qu’il est Dieu et homme, excellant toutes les créatures en dons, même en ce qui concerne sa nature humaine. « En lui habite toute la plénitude du corps de la divinité, et tu es complet en lui. » (Col. 2:9) Lui seul donne le Saint-Esprit, comme il est dit, « c’est lui qui vous baptisera du Saint-Esprit ». (Matt. 3:11)
  2. Dans la dignité et l’ordre, la gloire et la majesté avec lesquelles il se déclare roi, Seigneur et héritier de toutes choses. Car, de même que Dieu a créé toutes choses par lui, de même il l’a fait héritier de toutes choses, et chef de sa maison.
  3. En ce qui concerne son office. Il est le rédempteur et le sanctificateur de l’Église – il est présent avec chaque membre de l’Église -, il gouverne, il vivifie, il nourrit et il les confirme pour qu’ils restent unis à lui et au reste des membres, tout comme le chef gouverne et anime le corps entier.

Nous sommes aussi membres du Christ, à trois égards :

  1. Parce que, par la foi et l’Esprit Saint, nous sommes unis à lui, et aussi unis entre nous comme les membres sont reliés entre eux et avec la tête. L’union des membres du Christ entre eux et entre eux n’est pas moins nécessaire pour la sécurité de l’Église que l’union de tout le corps avec le Christ tête ; car si vous séparez la main du bras, vous la séparez aussi du corps, afin qu’elle ne puisse plus avoir aucune vie : « Que le Christ demeure dans vos cœurs par la foi ». (Eph. 3:17)
  2. Parce que nous sommes vivifiés et gouvernés par le Christ, et que nous puisons en lui, comme la fontaine, toutes les bonnes choses, afin que si nous ne continuons pas en lui, nous n’ayons aucune vie en nous, comme les membres coupés du corps ne peuvent retenir aucune vie en eux-mêmes. « Si un homme ne demeure pas en moi, il est jeté comme un rameau, et se dessèche. » (Jean 15:6)
  3. Parce que, comme dans le corps, il y a différents pouvoirs et fonctions appartenant aux membres, ainsi il y a différents dons et fonctions appartenant aux membres de l’église du Christ ; et comme toutes les actions des différentes parties du corps contribuent à sa préservation, ainsi tous les membres du Christ doivent se référer quoi qu’ils fassent à la préservation et au bien de l’église, qui est le corps du Christ. « De même que nous avons beaucoup de membres dans un seul corps, et que tous les membres n’ont pas la même fonction, ainsi nous sommes nombreux, nous sommes un seul corps en Christ, et tous les membres les uns des autres. » « Mais la manifestation de l’Esprit est donnée à chacun pour qu’il en profite. » (Rom. 12:4 ; 1 Cor. 12:7)

Après avoir expliqué ce que c’est que d’être membre du Christ, et de quelle manière nous sommes ses membres, on verra plus clairement ce que c’est que d’être un participant de l’onction du Christ. L’onction signifie une communion des dons et de l’office du Christ ; ou c’est une participation à tous les dons du Christ, et consiste en la participation de son office royal, sacerdotal et prophétique.

Participer à l’onction du Christ, c’est donc

  1. Participer à l’Esprit Saint et à ses dons, car l’Esprit du Christ n’est pas oisif ou inactif en nous, mais il agit de la même manière en nous qu’en Christ, sauf si ce Christ seul a plus de dons que nous tous, et ceux-ci aussi à un degré plus ou plus élevé.
  2. Que le Christ nous communique son office prophétique, sacerdotal et royal.  La dignité prophétique qui est dans le chrétien est la compréhension, la reconnaissance et la confession de la vraie doctrine de Dieu nécessaire à notre salut.

Notre office prophétique est,:

  1. De connaître Dieu et sa volonté.
  2. Que chacun à sa place et à son degré professe la même chose, en étant correctement compris, fidèlement, avec audace et constamment, afin que Dieu soit ainsi célébré, et que sa vérité soit révélée dans sa force et sa puissance vivantes. « Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est aux cieux. » (Matt. 10:32).

L’office d’un prêtre est d’enseigner, d’intercéder et d’offrir un sacrifice. Notre sacerdoce est donc :

  1. D’enseigner aux autres, c’est-à-dire de leur montrer et de leur communiquer la connaissance du vrai Dieu. « Quand tu seras converti, fortifie tes frères. » (Luc 22:32)
  2. Faire appel à Dieu, en ayant une connaissance correcte de lui.
  3. Rendre une gratitude, une adoration et une obéissance appropriées à Dieu, ou offrir des sacrifices d’action de grâce, agréables et acceptables pour Dieu, en étant sanctifiés par le sacrifice du Christ, qui inclut :
    1. Que nous nous offrions en mortifiant notre vieil homme et en donnant nos membres comme instruments de justice à Dieu.
    2. Nos prières. « Offrons continuellement le sacrifice de louange à Dieu, c’est-à-dire le fruit de nos lèvres, en rendant grâce à son nom. » (Héb. 13:15)
    3. Notre aumône. « Vos prières et vos aumônes sont élevées pour un mémorial devant Dieu. » (Actes 10:4)
    4. Confession de l’évangile. « Le ministère de l’évangile de Dieu, afin que l’offrande des Gentils soit acceptable. » (Rom. 15:16)
    5. Endurance joyeuse et patiente de la croix, et de toutes les diverses calamités que Dieu nous envoie. « Oui, et si je suis offert pour le sacrifice et le service de votre foi, je me réjouis et me réjouis avec vous tous. » « Car je suis maintenant prêt à être offert, et l’heure de mon départ est proche. » (Phil. 2:17 ; 2 Tim. 4:6)[…]

L’office royal des chrétiens, c’est,

  1. De s’opposer et de vaincre, par la foi, le diable, le monde, et tous les ennemis.
  2. Ayant soumis tous nos ennemis, pour obtenir obtenir par la même foi, la vie éternelle et la gloire. « Venez bénis de mon Père, héritez le royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. » (Matt. 25:34)

Nous sommes donc des rois.

  1. Parce que nous sommes les seigneurs de toutes les créatures en Christ ; car, dit l’apôtre, « toutes choses sont à toi ». (Cor. 3:21)
  2. Parce que nous conquérons tous nos ennemis par la foi en Christ, « qui nous donne la victoire. » « C’est la victoire qui subjugue le monde, et même notre foi. » (1 Cor. 15:57 ; 1 Jean, 5:4)

La royauté de Christ, cependant, diffère de celle des chrétiens, en ceci :

  1. Le royaume du Christ est héréditaire, car il est le Fils naturel de Dieu, tandis que nous sommes fils de Dieu par adoption. « Mais le Christ comme un Fils sur sa propre maison. » « Dieu nous a parlé par le Christ, qu’il a désigné héritier de toutes choses. (Hébreux 3:6 ; 1:2)
  2. Lui seul est roi sur toutes les créatures, et spécialement sur l’église ; mais nous sommes rois et seigneurs, non des anges et de l’église, mais seulement des autres créatures. Le ciel, la terre, et donc toutes choses nous serviront, car nous serons couronnés de gloire, de majesté et la plus grande excellence des dons, afin que nous condamnions les démons et les méchants, en nous soumettant et en cédant joyeusement au jugement de Dieu en prononçant une sentence de condamnation contre eux. C’est pourquoi nous sommes rois, non pas sur l’église, mais sur toutes les créatures restantes ; mais Christ règne de plein droit, non seulement sur l’église entière, mais aussi sur toutes les créatures. « Tu t’assiéras sur douze trônes, jugeant les douze tribus d’Israël. » « Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ? » (Matt. 19:28 ; 1 Cor. 6:2)
  3. Le Christ conquiert ses ennemis par sa propre puissance, mais nous vaincrons nos ennemis en lui et à travers lui par sa grâce et son assistance. « Réconforte-toi, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16:33)
  4. Le Christ gouverne le monde par le sceptre de sa parole et de son Esprit, agitant nos cœurs et restaurant en nous son image perdue. Ceci est propre au Christ seul, car nous ne pouvons pas donner le Saint-Esprit, n’étant rien d’autre que des ministres et des administrateurs de la parole extérieure et des rites, comme Jean-Baptiste l’a dit : « Je vous baptise d’eau pour vous repentir, mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et vous baptisera du Saint-Esprit et de feu ». « Qui donc est Paul, et qui est Apollos, mais les ministres par qui vous avez cru, comme le Seigneur l’a donné à chacun. » (Matt. 3:11 ; 1 Cor. 3:5)

L’utilisation et l’importance de cette doctrine est grande.

  1. Pour nous consoler, parce que nous sommes par la foi greffés dans le Christ comme membres de la tête, afin que nous soyons continuellement soutenus, gouvernés et vivifiés par lui ; et parce qu’il nous rend prophètes, prêtres et rois à Dieu et à son Père, en nous rendant participants de son onction. C’est vraiment une dignité indicible conférée aux chrétiens.
  2. Pour l’admonition et l’exhortation ; car puisque nous sommes tous prophètes et maîtres de Dieu, nous devons continuellement le célébrer et le louer ; puisque nous sommes prêtres, nous devons nous offrir entièrement à Dieu, comme sacrifices vivants de louange et d’action de grâce ; et puisque nous sommes rois, nous devons combattre avec violence le péché, le monde et le démon, pour régner avec Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *