"Baptiser un enfant, c'est lui imposer quelque chose qu'il n'a pas choisi"
12 septembre 2018

J’avoue n’avoir jamais pleinement compris cette objection. Évidemment que l’enfant ne l’a pas choisi. Mais un enfant ne choisit pas non plus sa famille, ce qu’on lui donne à manger, les exemples de vie qu’on placera devant lui ; bref, son éducation. Ainsi, la raison elle-même nous enseigne que ce n’est pas parce qu’un enfant ne choisit pas quelque chose que cela n’est pas bon. Mais la Bible a-t-elle quelque chose à nous apprendre ici ? Je le pense.

En effet, quoi que nous pensions au sujet du lien entre circoncision et baptême, nous devons tous au moins être d’accord sur le fait que des enfants étaient circoncis sans avoir donné leur accord. Et pourtant cela était voulu par Dieu. Ainsi, le débat ne peut pas se résumer à cela. La circoncision est la preuve que quelque chose peut être fait sans la volonté d’un enfant sans que cela soit mauvais. La vraie question n’est pas « l’enfant est-il d’accord ? » mais « cela est-il voulu par Dieu ? » et c’est précisément ce que nous avons défendu en avançant une quinzaine de raisons que nous développerons à l’avenir.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. 10 bonnes raisons d’être pédobaptiste ! – PAR LA FOI - […] Baptiser un enfant, c’est lui imposer quelque chose qu’il n’a pas choisi […]
  2. Que faudrait-il pour vous convaincre du pédobaptisme ? - Par la foi - […] En fait, il s’exprime lorsque nous estimons que notre réflexion ne doit pas aller bien loin. Dans ces cas-là,…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.