Illustres réformés (7) : Samuel Bochart (1599-1667)
10 janvier 2019

Samuel Bochart peut-être considéré comme le père de l’étude des langues orientales, mais son érudition s’étendait bien au-delà de ce domaine, comme nous le verrons.

Les langues et l’Orient

Que diriez-vous d’une personne qui connait non seulement le grec et le latin mais aussi l’hébreu, l’arabe, le syriaque, le chaldéen, le guèze, le copte, le persan et le gaulois ? Eh bien, Samuel Bochart était de ces personnes-là. À quatorze ans déjà, il écrivait un poème de 44 strophes en grec ancien en l’honneur de son professeur de grec et de latin.

Ses apports à l’étude des langues orientales sont innombrables, mais l’on ne peut se passer de mentionner son dictionnaire de la langue arabe de plus de 30 000 mots. Ses études linguistiques l’amenèrent à mieux connaître l’histoire et la culture des pays concernés. Au point qu’il était capable de corriger le livre Histoire des anciens Gaulois de Antoine Gosselin, preuve de son érudition dans le domaine encore naissant des antiquités gauloises.

L’origine des peuples

Mais sa renommée s’étendit véritablement à toute l’Europe quand il publia sa Geographia Sacra. Ce livre, constitué de deux parties (Phaleg et Canaan) cherche à tracer l’origine et la descendance des peuples mentionnés dans le livre de la Genèse. La deuxième partie se concentre sur les Phéniciens, sur leur langue et leurs colonies. L’admiration de l’Europe savante et ses éloges parvinrent jusqu’aux oreilles de la reine Christine de Suède qui le fit venir à Stockholm où il put étudier dans la bibliothèque du palais royal.

De retour en France, il découvrit qu’une Académie des sciences, arts et belles-lettres avait été fondée et qu’il avait été inscrit sur la première liste des membres.

Hiérozoïcon

Le Hiérozoïcon est un autre de ses ouvrage majeurs consacré à l’identification de tous les animaux mentionnés dans la Bible. Il travailla aussi à l’identification des plantes et des minéraux mentionnés dans le Livre sacré.

Son contemporain Pierre Daniel Huet dira à son propos :

« Son siècle, et même les siècles passés, ont eu peu de personnes dont le savoir pût être comparé au sien »


Un véritable réformé

Comme on le constate, les langues qu’il étudie, ses études sur l’origine des peuples et les animaux sont toutes lié à la Bible. La raison en est simple : il était réformé et la foi réformée a pour coeur la Bible, considérée comme révélation divine.

Samuel Bochart était en effet pasteur réformé à Caen. On peut remarquer sa participation au Synode de Loudun en tant que représentant de la Normandie, dernier synode du XVIIème (1659). Il est aussi connu pour ses sermons sur le livre de Genèse dont il exposa tous les chapitres à l’exception du dernier qu’il allait entamer lorsqu’il mourut.

Ses travaux furent ralentis par les persécutions et en particulier par le harcèlement judiciaire des protestants dans le but de détruire leurs temples.

>> Pour en savoir plus sur la Réforme protestante cliquez ICI <<

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

1 Commentaire

  1. MishiMisha

    Merci beaucoup pour cette excellente série.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *