Notre Libre Arbitre (Q8 Heidelberg)
25 janvier 2019

Mais sommes-nous à ce point corrompus que nous sommes totalement incapable de tout bien et enclins à tout mal ?

A. Oui, à moins que nous ne soyons nés de nouveau par l’ Esprit de Dieu.

Après avoir copieusement décrit ce qu’était le péché, ses causes et ses effets, on explore encore un peu ses effets sur notre jugement et notre volonté: pouvons nous encore connaître et vouloir Dieu après la Chute? La Tradition Réformée affirme que c’est impossible, que nous ne POUVONS PAS aimer Dieu par nos propres forces, selon notre nature. D’où cette question 8 et son commentaire. Ce qui suit est la traduction de Ursinus

Qu’est ce que le libre-arbitre?

Le libre pouvoir de choix est donc la faculté ou le pouvoir de vouloir ou de ne pas vouloir, de choisir ou de rejeter un objet présenté par l’entendement, de son propre gré et sans aucune contrainte ; cette faculté s’appelle »arbitre » par rapport à l’intellect, qui présente des objets à la volonté, à choisir ou à rejeter ; et elle est appelée libre par rapport à la volonté suivant volontairement et de son propre gré, sans aucune contrainte, le jugement du mental.

C’est ce qu’on appelle le libre qui est volontaire, et qui s’oppose à ce qui est involontaire et contraint, mais pas à ce qui est nécessaire ; car ce qui est volontaire peut convenir et s’harmoniser avec ce qui est nécessaire, mais pas avec ce qui est involontaire, car Dieu et les saints anges sont nécessairement bons, mais pas de manière involontaire ou contraignante ; mais très librement, parce que c’est en eux-mêmes qui sont la cause et le commencement de leur bien, c’est leur volonté libre. On dit que c’est contraint ce qui n’a qu’un commencement et une cause extérieurs à son activité propre, et non, en même temps, un commencement et une cause internes, par lesquels il peut se déplacer pour agir de telle ou telle manière. Il y a donc une telle différence entre ce qui est nécessaire et ce qui est contraint, comme celle qui existe entre le général et le particulier. Tout ce qui est contraint est nécessaire, mais tout ce qui est nécessaire ne l’est pas. Il y a donc ce qu’on appelle une double nécessité, une nécessité d’immuabilité et de contrainte. Le premier peut exister avec ce qui est volontaire, mais le second ne le peut pas.

NdT – Et voici comment Dieu peut déterminer qu’il soit nécessaire que Judas trahisse Jésus et Judas décide librement de trahir Jésus.

Quels sont les points communs et les différences entre le libre-arbitre de l’homme et celui de Dieu?

Il y a deux choses communes à Dieu et aux créatures rationnelles qui respectent le libre-arbitre.

  • La première est que Dieu et les créatures intelligentes agissent sur délibération et conseil, c’est-à-dire qu’elles choisissent ou rejettent des objets par l’exercice de l’intelligence et de la volonté.
  • L’autre est qu’ils choisissent ou rejettent des objets par leur propre activité propre et intérieure, sans aucune contrainte, ce qui revient à dire que la volonté étant dans sa propre nature capable de vouloir le contraire de ce qu’elle veut, ou d’en différer l’action, s’incline de son plein gré à la voie qu’elle préfère. (Ps. 104:24 ; 115:3 ; Gen. 8:6 ; Esa. 1:19, 20 ; Matt. 23:37)

Il y a trois différences entre la liberté qui appartient à Dieu et celle qui appartient à ses créatures.

  • Le premier concerne la compréhension. Dieu voit et comprend de lui-même toutes choses de la manière la plus parfaite, de toute éternité, sans la moindre ignorance ou erreur de jugement. Les créatures, d’autre part, ne savent rien d’elles-mêmes, ni toutes choses, ni les mêmes choses en tout temps ; mais seulement tant de Dieu, avec ses œuvres et sa volonté, selon ce qui lui plaît, à des moments particuliers, de leur révéler. Ils ignorent donc beaucoup de choses et se trompent souvent. Les passages suivants de l’Écriture confirment cette distinction que nous avons faite en ce qui concerne la compréhension : « De ce jour et de cette heure, personne ne connaît personne, ni les anges du ciel, mais seulement mon Père. » « Il donne la sagesse aux sages, et la connaissance à ceux qui savent comprendre. » « Qui a dirigé l’Esprit du Seigneur ? » « Il n’y a pas non plus de créature qui ne se manifeste pas à ses yeux. » « Il éclaire tout homme qui vient dans le monde. » (Matt. 24:36 ; Dan. 2:21 ; Es. 40:13 ; Héb. 4.13 ; Jean 1:9)
  • La deuxième distinction se retrouve dans la volonté. La volonté de Dieu n’est ni gouvernée par, ni dépendante de quelque chose au-delà ou en dehors d’elle-même. Les volontés des anges et des hommes sont en effet les causes de leurs propres actions ; cependant, ils sont influencés et contrôlés par les conseils secrets et la providence de Dieu, dans le choix ou le rejet des objets, que ce soit immédiatement par Dieu ou par certains instruments, bons ou mauvais, que Dieu juge bon d’employer.[…] Que la volonté et les conseils des créatures dépendent de la permission et de la volonté de Dieu, peuvent être prouvés par les passages suivants et d’autres passages similaires de la sainte écriture : « Le Seigneur enverra son ange devant toi, » etc. « Allez et rassemblez les enfants d’Israël », etc. « Lui, délivré par le conseil déterminé et la prescience de Dieu, vous l’avez pris, et par des mains méchantes vous l’avez crucifié et tué. » « Mais Dieu a accompli ces choses, » etc. « Hérode et Ponce Pilate, avec les païens et le peuple d’Israël, étaient rassemblés pour faire ce que ta main et ton conseil avaient décidé d’accomplir. » « Je sais, Seigneur, que la voie de l’homme n’est pas en lui-même ; ce n’est pas dans l’homme qui marche pour diriger ses pas. » « Le cœur du roi est dans la main du Seigneur. » (Gen. 24:7 ; Ex. 3:16 ; Actes 2:23 ; 3:17 ; 4:27 ; Jérémie 10:23 ; Prov. 2l:1) La volonté des anges et des hommes, et toutes les autres causes secondaires, sont donc, comme elles le sont de lui, gouvernées par Dieu, comme leur première et principale cause. Mais la volonté de Dieu n’est gouvernée par aucune de ses créatures, car de même qu’il n’a pas de cause efficace hors de lui-même, de même il n’a pas de cause mobile ou inclinée ; autrement il ne serait pas Dieu, la cause première et grande de toutes ses oeuvres, et les créatures seraient substituées à la place de Dieu. Dieu ne contraint pas et ne force pas, mais il déplace et dirige la volonté de ses créatures ; en d’autres termes, il incline efficacement la volonté en présentant des objets à l’esprit, pour choisir ce que l’entendement juge à l’époque être bon, et pour rejeter ce qu’il conçoit être mauvais.
  • La troisième distinction tient à la fois à la compréhension et à la volonté. Dieu, comme il connaît toutes choses de manière immuable, les a aussi décrétées d’éternité, et il veut de manière immuable toutes les choses qui se font dans la mesure où elles sont bonnes, et il les permet dans la mesure où elles sont péchés. Mais comme les notions et les jugements des créatures qui forment les choses sont modifiables, ainsi leurs volontés le sont aussi. Ils font ce qu’avant ils ne voulaient pas, et refusent de choisir ce dont ils se réjouissaient autrefois. Et encore plus loin, comme tous les conseils de Dieu sont très bons, justes et sages, il ne les désapprouve jamais ; il ne les corrige ni ne les change, comme les hommes le font souvent, quand ils perçoivent qu’ils ont pris une décision imprudente sur quelque chose. Ces déclarations de l’Écriture sont ici au point : « Dieu n’est pas un homme, pour qu’il le soit, ni le Fils de l’homme, pour qu’il se repente ». « Je suis le Seigneur, je ne change pas. » « Et si Dieu, prêt à montrer sa colère et à faire connaître sa puissance, avait enduré beaucoup de choses, etc. (Nom. 23:19 ; Mal. 3:6 ; Rom. 9:22)

Les « quatre degrés » du libre arbitre

NdT – C’est une vieille notion qui a été formalisée par Augustin d’Hippone et qui est reprise abondamment dans la tradition réformée.

Premier degré: libre de pécher ou non

Le premier degré de liberté est celui qui appartenait à l’homme avant la chute. Il s’agissait d’un intellect éclairé par la parfaite connaissance de Dieu, et d’une volonté d’obéissance entière à Dieu par son propre acte volontaire et son inclination ; et pourtant non confirmée dans cette connaissance et cette obéissance, mais capable de tomber par son libre exercice, si l’apparition de tout bien était présentée dans le but de tromper et de faire tomber, c’est-à-dire si la volonté humaine était libre de choisir le bien et le mal, ou si elle pouvait librement choisir le bien mais aussi de la même manière, choisir le mal : elle pourrait continuer à se tenir dans le bien, étant préservée par Dieu, et elle pourrait aussi s’incliner et tomber dans le mal, si elle est abandonnée de Dieu. La première est confirmée par une considération de la perfection de l’image de Dieu dans laquelle l’homme a été créé. La seconde est évidente dans l’événement lui-même, et dans les témoignages suivants de l’Écriture : « Dieu a fait l’homme debout, mais ils ont cherché beaucoup de complications. » « Dieu les a toutes conclues par l’incrédulité, afin qu’il ait pitié de tous. » (Eccl. 7:29 ; Rom. 11:32).

Deuxième degré: libre uniquement pour le mal

Le second degré de libre pouvoir de choix est celui qui appartient à l’homme en tant qu’être déchu, né de parents corrompus, et non régénéré. Dans cet état, la volonté agit en effet librement, mais elle n’est disposée et inclinée qu’à ce qui est mal, et ne peut faire que pécher. Et la raison en est que la chute a été suivie d’une privation de la connaissance de Dieu et de toute inclination à l’obéissance ; et parce que cela a été suivi d’une ignorance et d’une aversion envers Dieu, dont l’homme ne peut être délivré que s’il est régénéré par l’Esprit Saint. Bref, il y a chez l’homme, depuis la chute, dans son état non régénéré, une tendance à ne choisir que ce qui est mal. Au vu de cette ignorance et de la corruption de la nature humaine depuis la chute, on dit :  » : « Chaque pensée du cœur de l’homme est toujours mauvaise. » « L’Éthiopien peut-il changer sa peau, et le léopard ses taches, » etc. « Tout homme, dès sa jeunesse, est donné au mal, et son cœur de pierre ne peut pas devenir chair. » « Nous étions morts en offenses et en péchés, et nous étions par nature les enfants de la colère. » « Un arbre corrompu ne peut porter de bons fruits. »(Gen. 6:5 ; Jer. 13:23 ; Syr. 17:13 ; Éph. 2:1, 3 ; Matt. 7:18 )

Troisième degré: libre de ne plus faire le mal

Le troisième degré du libre pouvoir de choix est celui qui appartient à l’homme comme régénéré, mais pas encore perfectionné et glorifié. Dans cet état, la volonté utilise sa liberté, non seulement pour faire ce qui est mal, comme c’est le cas de l’homme avant sa régénération, mais ici la volonté fait en partie le bien et le mal. Elle fait ce qui est bon, parce que l’Esprit Saint, par sa grâce spéciale, a renouvelé la nature de l’homme par la Parole de Dieu, a éveillé dans l’entendement une lumière et une connaissance nouvelles, et a éveillé dans le cœur et la volonté les nouveaux désirs et inclinations, en harmonie avec la loi divine, et parce que l’Esprit Saint a effectivement la volonté de faire ce qui est conforme à cette connaissance et à ces désirs et inclinations. C’est ainsi que la volonté récupère à la fois le pouvoir de vouloir ce qui est agréable à Dieu, et l’usage de ce pouvoir, afin qu’elle commence à obéir à Dieu selon ces déclarations de sa parole : « Le Seigneur ton Dieu circoncira ton cœur ». « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre chair le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. » « Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. » « Quiconque est né de Dieu ne commet pas de péché. » (Deut. 30:6 ; Ex. 36:26 ; 2 Cor. 3:17 ; 1 Jean 3:9)

Les raisons pour lesquelles la volonté de ce troisième degré choisit et fait en partie le bien et le mal sont les suivantes :

  1. Parce que l’esprit et la volonté de ceux qui sont régénérés, ne sont pas pleinement et parfaitement renouvelés dans cette vie. Il y a beaucoup de restes de dépravation qui s’attachent aux meilleurs des hommes, tant qu’ils continuent dans la chair, de sorte que les oeuvres qu’ils accomplissent sont imparfaites, et souillées par le péché. « Je sais qu’en moi, (c’est-à-dire dans ma chair) n’habite rien de bon. » (Rom. 7:18)
  2. Parce que ceux qui sont régénérés ne sont pas toujours gouvernés par le Saint-Esprit ; mais ils sont parfois abandonnés de Dieu pour un temps, afin qu’il puisse soit les essayer, soit les humilier. Pourtant, bien qu’ils soient ainsi laissés à eux-mêmes pendant un certain temps, ils ne périssent pas finalement, car Dieu, dans son temps et à sa manière, les appelle à la repentance. « Ne m’ôte pas ton Saint-Esprit. » « Seigneur, pourquoi nous as-tu fait errer loin de tes voies, et endurci notre cœur de ta crainte ? Reviens, pour le bien de ton serviteur. » (Ps. 51:13 ; Es. 63:17

En bref, une fois la régénération commencée chez l’homme, il y a une tendance à choisir en partie le bien et en partie le mal. Il y a une tendance au bien, parce que l’esprit et la volonté étant illuminés et changés, commencent, dans une certaine mesure, à se tourner vers le bien, et à commencer une nouvelle obéissance. Il y a une tendance au mal, parce que les saints ne sont qu’imparfaitement renouvelés dans cette vie – retiennent beaucoup d’infirmités et de désirs mauvais, à cause du péché originel, qui s’attache encore à eux. D’où les bonnes œuvres qu’ils accomplissent ne sont pas parfaitement bonnes.

Quatrième degré: libre de ne plus jamais faire le mal

Le quatrième degré de libre choix, c’est celui qui appartient à l’homme après cette vie, dans un état de glorification ; ou comme parfaitement régénéré. Dans cet état, la volonté de l’homme sera libre de ne choisir que le bien et non le mal. Ce sera le degré le plus élevé, ou la liberté parfaite de la volonté humaine, quand nous obéirons pleinement et pour toujours à Dieu. Dans cet état, non seulement nous ne pécherons pas, mais nous l’abhorrerons plus que toute autre chose ; alors nous ne pourrons plus pécher. A titre de preuve, nous pouvons invoquer les raisons suivantes :

  1. D’abord, la parfaite connaissance de Dieu brillera alors dans l’esprit, tandis qu’il y aura le désir le plus fort et le plus ardent de la volonté et du cœur d’obéir à Dieu ; de sorte qu’il n’y aura plus de place pour l’ignorance ou le doute, ou le moindre mépris de Dieu.
  2. Deuxièmement, dans la vie à venir, les saints ne seront jamais abandonnés, mais seront constamment et à jamais gouvernés par le Saint-Esprit, de sorte qu’il ne leur sera pas possible de dévier de ce qui est juste dans le moindre respect. C’est pourquoi il est dit : « Ils sont comme les anges de Dieu dans le ciel. » « Nous serons comme lui. » (Matt. 22:30 ; 1 Jean 3:3). […] Notre condition sera donc celle d’une excellence bien plus grande que celle d’Adam avant la chute. Adam était, en effet, parfaitement conforme à Dieu ; mais il avait le pouvoir de vouloir à la fois le bien et le mal ; et donc, avec tous ses dons, il avait une certaine infirmité, à savoir la possibilité de tomber de Dieu, et de perdre ses dons. Il était mutablement bon. Mais nous, nous ne pourrons rien faire d’autre que le bien. De même que les méchants sont enclins et amenés à faire le mal seulement parce qu’ils sont méchants, de même nous serons enclins à ce qui est bon, et nous aimerons et choisirons cela seuls, parce que nous serons invariablement bons. Nous serons alors si pleinement établis dans la justice et la conformité à Dieu, qu’il ne nous sera pas possible de tomber de lui ; il nous sera alors impossible de vouloir quoi que ce soit de mauvais, parce que nous serons préservés par la grâce divine dans cet état de parfaite liberté où la volonté ne choisira que le bien.

D’après ce que nous venons de dire au sujet de la liberté humaine, c’est manifestement une calomnie grossière que de dire que nous enlevons le libre arbitre. Et bien que ceux qui sont renouvelés et glorifiés ne pourront rien vouloir d’autre que le bien, après leur glorification, leur pouvoir de choix sera alors beaucoup plus libre qu’il ne l’est maintenant ; car Dieu, aussi, ne peut rien faire d’autre que le bien, et pourtant il possède une parfaite liberté de volonté. Ainsi, d’autre part, nous n’enlevons pas le pouvoir de choix aux impies, ou à ceux qui ne sont pas régénérés, quand nous affirmons qu’ils ne sont pas capables de vouloir autre chose que le mal ; car ils veulent et choisissent le mal – oui, librement, très librement. Leur volonté est inclinée et portée avec la plus grande impétuosité, au mal seulement ; parce qu’ils retiennent continuellement dans leur cœur, la haine de Dieu. Par conséquent, toutes les oeuvres qu’ils accomplissent d’un caractère moral extérieur, sont mauvaises aux yeux de Dieu, comme nous l’avons déjà montré dans nos remarques sur la doctrine du péché. Voilà pour le libre arbitre qui appartient à l’homme.

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.