J'ai changé de position sur le baptême, que faire ?
20 février 2019

Peut-être qu’après avoir étudié la question, vous vous retrouvez dans la même situation que moi : réformé dans un milieu baptiste. Que faire ?

Il ne faut pas chercher à révolutionner et insister pour une transition à ce sujet. Il faut respecter les anciens que Dieu a établi sur ses églises, même s’ils sont baptistes ! Et puis, il faut comprendre que certains ne veulent pas étudier tout de suite la question. Il faut en remuer certains, mais pour d’autres il faut patienter.

Priez, patientez, soyez prêt à répondre aux questions, faites tout dans la paix et cherchez à répondre calmement. Encouragez et faites connaître les œuvres réformés, cassez les mythes sur la foi réformée. Comprenez ceux qui sont dans un premier temps choqués par votre nouvelle position, puisque la plupart ne la comprennent pas. Ne voyez pas cela comme un rejet de votre personne mais comme une occasion de clarifier la question.

Cherchez à répandre les conséquences logiques du pédobaptême dans la vie de vos églises. Je vais détailler ces conséquences dans les articles qui viennent. Ce que je veux dire ici, c’est que les gens sont en général plus ouverts à accepter les conséquences du pédobaptême que le pédobaptême lui-même. Profitez de cela pour être une source de bénédiction, même si vos églises restent incohérentes en refusent de baptiser les enfants, au moins elles ne se priveront pas de la totalité des bénéfices.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.