Nul ne peut échapper à la colère de Dieu. [Heidelberg Q12]
22 février 2019

12. Puisque, par le juste jugement de Dieu, nous méritons un châtiment temporel et éternel, comment pouvons-nous échapper à ce châtiment et être à nouveau reçus en faveur ?

A. Dieu veut que Sa justice soit satisfaite ; c’est pourquoi nous devons lui donner pleine satisfaction, soit par nous-mêmes, soit par un autre.

EXPOSITION :

Après avoir montré, dans la première partie du Catéchisme, que tous les hommes sont dans un état de condamnation éternelle, parce qu’ils n’ont pas rendu l’obéissance que la loi de Dieu exige, nous sommes ensuite amenés à nous demander s’il y a, ou peut y avoir, un moyen d’échapper ou de se délivrer de cet état de misère et de mort. A cette question, le catéchisme répond que la délivrance peut être accordée, si la loi et la justice de Dieu sont satisfaites, par un châtiment suffisant pour le péché commis.  La loi lie tout, soit à l’obéissance, soit, si cela n’est pas rendu, au châtiment ; et l’accomplissement ou le paiement de l’une ou l’autre est la justice parfaite, que Dieu approuve en qui qu’elle se trouve.

Il y a deux façons de se satisfaire par la punition. L’un est par nous-mêmes. C’est celle que la loi enseigne et que la justice de Dieu exige. « Maudit soit quiconque ne persiste pas dans tout ce qui est écrit dans la loi pour les faire. » (Gal. 3:10) C’est légal.

L’autre façon d’obtenir satisfaction, c’est par un autre. C’est la méthode que l’évangile révèle, et la miséricorde de Dieu le permet. « Ce que la loi ne pouvait pas faire, en ce qu’elle était faible par la chair, Dieu, envoyant son propre Fils, « Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, etc. (Rom. 8:3 ; Jean 3:16) Ceci est évangélique. Elle n’est pas, en effet, enseignée dans la loi ; mais elle n’est pas là où elle est condamnée, ou exclue. Elle n’est pas non plus répugnante à la justice de Dieu ; car si seulement l’homme se fait une satisfaction par un châtiment suffisant pour sa désobéissance, la loi est satisfaite et la justice de Dieu permet que la partie coupable soit libérée et reçue dans la faveur. C’est la somme et la substance. En outre, deux choses sont enseignées dans cette question : la possibilité de cette délivrance et la manière dont elle s’effectue. Afin que ces choses soient mieux comprises, nous allons maintenant nous pencher sur la question :

1. Ce qu’est la délivrance de l’homme

2. Si une telle délivrance est possible

3. Si elle est nécessaire et certaine

4. Si l’on peut s’attendre à une délivrance parfaite

5. Comment cela s’accomplit

1. CE QU’EST LA DÉLIVRANCE DE L’HOMME

Le mot délivrance est relatif, car toute délivrance est de quelque chose à quelque chose, comme de la captivité à la liberté. Comme maintenant tous les hommes, par nature, sont esclaves du péché, de Satan et de la mort, nous ne pouvons mieux et plus correctement comprendre ce qu’est la délivrance de l’homme, que par une considération de ce en quoi consiste sa misère.

La misère de l’homme consiste, premièrement, dans la perte de la justice, et dans la corruption endogène, ou péché ; et deuxièmement, dans le châtiment du péché. Sa délivrance de cette misère exige donc, premièrement, le pardon et l’abolition du péché, et une restauration de la justice perdue ; et deuxièmement, une libération de toute punition et misère. Comme donc, la misère de l’homme consiste en deux parties – le péché et la mort – ainsi sa délivrance consiste en deux parties – une délivrance du péché et de la mort. La délivrance du péché inclut le pardon du péché, afin qu’il ne nous soit pas imputé, et l’abolition du péché par le renouvellement de notre nature, afin qu’il ne règne pas en nous. La délivrance de la mort, c’est la délivrance du désespoir et du sens de la colère de Dieu, des calamités et des misères de cette vie, ainsi que de la mort, tant temporelle que spirituelle.

De ces choses, il est facile de percevoir ce que nous devons comprendre par la délivrance de l’homme. Elle consiste en une délivrance parfaite de toutes les misères du péché et de la mort, que la chute a entraîné sur l’homme, et en une restauration complète de la justice, de la sainteté, de la vie et de la félicité éternelle, par le Christ, qui commence chez tous les fidèles dans cette vie, et qui sera pleinement parfaite dans la vie à venir.

2. DE SI UNE TELLE DÉLIVRANCE EST POSSIBLE

Que cette délivrance de l’homme des ruines de la chute fût possible, peut être déduite de cette considération :

1. De l’immense bonté et de la miséricorde de Dieu, qui ne laisseraient pas toute la race humaine périr à jamais.

2. La sagesse infinie de Dieu nous amènerait naturellement à nous attendre qu’il soit capable de trouver un moyen par lequel il pourrait montrer sa miséricorde envers le genre humain, sans violer sa justice.

3. Une considération de la puissance de Dieu pourrait nous conduire à la conclusion que celui qui peut créer l’homme à partir de rien selon sa propre image, peut aussi le relever des ruines de la chute, et le délivrer du péché et de la mort. Nier la possibilité de la délivrance de l’homme, c’est donc nier la bonté, la sagesse et la puissance de Dieu. Mais en Dieu il n’y a ni sagesse, ni bonté, ni puissance qui manque, car « l’Éternel fait descendre au tombeau et fait monter ». « A Dieu, le Seigneur, appartiennent les problèmes de la mort. » « La main du Seigneur n’est pas raccourcie, qu’elle ne peut sauver. » (1 Sam. 2:6 ; Ps. 68:20 ; Es. 59:1) […]

3. DE LA NÉCESSITÉ ET DE LA CERTITUDE D’UNE DÉLIVRANCE

Bien que Dieu n’ait pas eu la moindre obligation de délivrer l’homme de la misère du péché, mais qu’il ait été libre de laisser tous les hommes dans la mort, et de n’en laisser aucun, car « Qui lui a donné le premier, et il lui sera rendu en retour » (Rom. 11:35), il est vrai que la délivrance de l’homme était et est nécessaire – la compréhension de ce terme, non comme une nécessité absolue, mais comme il est appelé.

C’est prouvé :

1. Parce que Dieu l’a décrété et fourni de la manière la plus libre et la plus immuable ; et il est impossible qu’il mente, ou qu’il soit trompé. « Comme je vis, je n’ai aucun plaisir à la mort des méchants, mais cela, » etc. (Ezéchiel. 18:23)

2. Parce que Dieu désire être loué et glorifié à jamais par l’homme. « Il nous a fait louer la gloire de sa grâce. » « Pourquoi avez-vous rendu tous les hommes vains. » (Eph. 1:6 ; Ps. 89:47)

3. Parce que Dieu n’a pas envoyé en vain son Fils dans le monde, ni Christ n’est mort en vain. « Je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Et c’est la volonté du Père qui m’a envoyé, celle de tout ce qu’il m’a donné, je ne dois rien perdre, » etc. « Je suis venu appeler les pécheurs à la repentance. » « Qui a été livré pour nos offenses, et a été ressuscité pour notre justification. » « Si la justice vient par la loi, alors Christ est mort en vain. » (Jean 6:38, 39 ; Mt 9:13 ; Rom. 4:25 ; Gal. 2:21)

4. Parce que Dieu est plus enclin à la miséricorde qu’à la colère. Mais dans le châtiment des méchants se manifeste sa colère ; c’est pourquoi il manifestera beaucoup plus encore sa miséricorde dans le salut des justes.

4. DE SAVOIR SI UNE DÉLIVRANCE PARFAITE PEUT ÊTRE ATTENDUE

Cette délivrance de l’homme est parfaite dans cette vie, en ce qui concerne son commencement ; mais dans la vie à venir, elle sera parfaite aussi en ce qui concerne sa consommation. Maintenant, elle est parfaite dans toutes ses parties, étant une délivrance du mal, de la culpabilité et de la punition ; alors, elle sera parfaite aussi dans ses degrés, quand toutes les larmes seront essuyées de nos yeux, quand l’image parfaite de Dieu sera restaurée en nous, et Dieu sera tout, et en tous. C’est prouvé :

1. Parce que Dieu ne nous délivre pas seulement en partie, mais sauve et aime parfaitement tous ceux qu’il sauve. « Le sang de Jésus-Christ nous purifie de tout péché. » (1 Jean 1:7)

2. Parce que Dieu punira les méchants le plus sévèrement, afin qu’ils satisfassent pleinement à sa justice par ces châtiments. Il délivrera donc aussi parfaitement le pieux, puisqu’il est plus enclin à la miséricorde qu’à la colère. Le bénéfice du Christ n’est pas non plus plus plus imparfait, ou de moins de force que le péché d’Adam. Ce serait le cas, s’il ne nous délivrait pas parfaitement, parce que nous avons perdu toute justice et tout salut en Adam. Il faut donc s’attendre à une délivrance parfaite, mais par degrés, comme cela a été démontré. Dans cette vie, elle est parfaite ; dans la résurrection, elle sera plus parfaite ; et dans la glorification, elle sera la plus parfaite.

5. DE LA FAÇON DONT CETTE DÉLIVRANCE EST ACCOMPLIE

La délivrance dont nous venons de parler est accomplie :

1. Par une satisfaction pleine et suffisante pour le péché. Il y a une telle satisfaction, quand la punition qui est infligée à cause du péché est équivalente à celle qui est éternelle.

2. En abolissant le péché et en renouvelant notre nature, ce qui se fait en restaurant en nous la justice et l’image de Dieu que nous avons perdues, ou par la régénération parfaite de notre nature. Ces deux éléments sont nécessaires à notre délivrance.

La satisfaction est nécessaire, parce que la miséricorde de Dieu, comme on l’a vu, ne viole pas sa justice, qui exige la satisfaction. La loi lie soit à l’obéissance, soit à la punition. Mais la satisfaction ne peut se faire par l’obéissance, parce que notre obéissance passée est déjà altérée, et ce qui suit ne peut se faire par l’obéissance passée. Nous sommes tenus de rendre l’obéissance exacte à chaque instant à la loi, comme une dette présente. Ainsi, l’obéissance ayant été altérée une fois, il n’y a pas d’autre moyen de s’en satisfaire que par la punition, selon la menace « Le jour où tu en mangeras, tu mourras sûrement ». (Gen. 2:17) Si un châtiment suffisant est enduré pour satisfaire la loi, Dieu est réconcilié et la délivrance devient possible. De même, l’abolition du péché et le renouvellement de notre nature sont nécessaires : car ce n’est qu’à la condition que nous cessions d’offenser Dieu par nos péchés, et que nous lui soyons reconnaissants pour notre réconciliation, qu’il est prêt à accepter cette satisfaction. Être disposé à ce que Dieu nous accueille en sa faveur, et pourtant ne pas être disposé à abandonner le péché, c’est se moquer de Dieu. Mais il ne nous est pas possible de laisser tomber et d’abandonner le péché, à moins que notre nature ne soit renouvelée. C’est donc ainsi que la délivrance de l’homme est rendue possible.

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Pourquoi notre Sauveur doit être Homme ET Dieu [Q16-17 Heidelberg] - Par la foi - […] Ursinus est en train de décrire comment nous pouvons être sauvés. Il a déjà prouvé que nous ne pouvions…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.