Quand Dieu promet que nos enfants font partie de la Nouvelle Alliance
27 janvier 2022

S’il fallait donner deux lieux dans les Écritures où Dieu promet que nos enfants sont inclus dans la Nouvelle Alliance, où faudrait-il se tourner ? Certainement, mentionner Actes 2,38-39, 1 Corinthiens 7,14, Éphésiens 6,1, Matthieu 19,14, Joël 2,16 serait pertinent et nous aurons probablement l’occasion de revenir encore sur certains de ces textes. Mais j’aimerais aujourd’hui attirer l’attention de nos lecteurs sur deux textes tirés de l’Ancien Testament, qui annoncent la Nouvelle Alliance et qui me semblent particulièrement clairs quant à l’inclusion des enfants dans l’alliance.

Ces textes, en tant qu’annonces prophétiques, sont des promesses. Voici le premier :

« L’Éternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et le coeur de ta descendance, pour que tu aimes l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur et de toute ton âme afin que tu vives. »

Deutéronome 30.6.

Cette promesse n’apparaît pas n’importe où : elle intervient précisément dans une section où Dieu parle de la situation où Israël aura désobéi et se retrouvera en exil (30,1). Dieu annonce alors le retour d’exil suite à la repentance du peuple (30,2-5) et promet de circoncire leur cœur et celui de leur descendance (30,6). Or, comme nous l’avions observé dans un autre article, la Nouvelle Alliance est aussi annoncée par les prophètes dans ce même contexte de retour d’exil. Autrement dit, il semble que Deutéronome nous parle de la façon dont Dieu va bénir son peuple et ses enfants, par la régénération, en particulier par l’établissement d’une nouvelle alliance. Dès Deutéronome 30, la Nouvelle Alliance est annoncée avec la formule en οἶκος (c’est-à-dire « toi et ta maison » ). Il s’agit donc d’une des premières annonces faites à Israël d’une Nouvelle Alliance après leur exil alors qu’ils auront brisé la première alliance (et celle-ci comprend les enfants).

Le deuxième texte sur lequel j’aimerais attirer votre attention est très similaire dans son contexte :

Voici, je les rassemblerai de tous les pays où je les ai chassés, Dans ma colère, dans ma fureur, et dans ma grande irritation; Je les ramènerai dans ce lieu, Et je les y ferai habiter en sécurité. Ils seront mon peuple, Et je serai leur Dieu. Je leur donnerai un même cœur et une même voie, Afin qu’ils me craignent toujours, Pour leur bonheur et celui de leurs enfants après eux. Je traiterai avec eux une alliance éternelle, Je ne me détournerai plus d’eux, Je leur ferai du bien, Et je mettrai ma crainte dans leur cœur, Afin qu’ils ne s’éloignent pas de moi.

Jérémie 32,37-40.

Les baptistes aiment à citer Jérémie 31, pensant à tort, comme nous l’avons montré ici et , en tirer un argument contre l’ecclésiologie réformée. Le chapitre suivant, qui élabore la promesse de la Nouvelle Alliance en réitérant la formule « Ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu », ainsi que la promesse d’un nouveau cœur qui poussera à la crainte pour toujours reprend encore la formule en οἶκος « pour leur bonheur et celui de leurs enfants après eux ». Il n’est donc pas naturel de comprendre Jérémie 31 comme excluant les enfants, puisque la même promesse est faite en incluant ceux-ci.

Nous suggérons que c’est avec cet arrière-plan en tête que Pierre annonça aux Juifs « Faites-vous baptiser… car la promesse est pour vous et vos enfants » en Actes 2.


Illustration en couverture : John Philipp, Baptême en Écosse, huile sur toile, 1850.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

sur le même sujet

Des baptêmes — Discipline des Églises réformées de France

Des baptêmes — Discipline des Églises réformées de France

Le baptême ne peut être administré que par un pasteur ou quelqu’un qui en a une commission. Dès le seizième siècle, le baptême administré par celui qui n’a aucune vocation ni commission est considéré comme nul. Dans le contexte d’alors, cela signifiait que l’on acceptait les baptêmes faits par des prêtres catholiques, mais qu’on rejetait ceux qui étaient faits par des moines, des proposants [élèves pasteurs] ou simples particuliers. Détail amusant : la plupart des gens au début du dix-septième siècle arrivaient jusqu’à la vieillesse sans autre baptême que celui qui était fait par les sages-femmes, considéré comme nul, ce qui a posé un problème particulier au synode de la Rochelle 1607. Par ailleurs, il ne suffit pas d’être docteur: c’est bien le statut de pasteur qui permet d’administrer les sacrements, et celui-là seul.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.