Catholicisme Romain,  Pères de l'Église,  The Calvinist International

La Gouvernance de l’Église catholique (9) : l’Église primitive

Nous poursuivons notre série sur l’identité et le gouvernement de l’Église chrétienne et ses liens avec les revendications de l’Église catholique romaine. Mon premier post expliquait pourquoi cette question est tout à fait pertinente et urgente pour les catholiques romains, et il exposait les revendications catholiques romaines sur la façon dont l’Église chrétienne a été fondée et ce que cette fondation implique sur l’identité et l’appartenance de l’Église aujourd’hui. Le deuxième volet comparait ces revendications aux éléments de preuve que l’on trouve dans le Nouveau Testament. Maintenant, nous allons regarder les siècles qui suivent le Nouveau Testament pour voir s’il peut ajouter de la clarté à nos découvertes.

L’étendue de notre question est étroite. Nous n’essayons pas d’expliquer en détail à quoi ressemblait le gouvernement de l’Église primitive. Ces articles ne sont pas un argument en faveur d’une forme particulière de gouvernement, et aucune dénomination n’est promue. La question est plutôt la suivante : Les affirmations de Rome sont-elles vraies ?

Trouvons-nous une organisation religieuse monoépiscopale universelle ? Voyons-nous un évêque revendiquer une autorité universelle et immédiate sur toutes les autres Églises, indépendamment du consentement des autres membres du clergé ou du consentement des laïcs ? Et si oui, cet évêque est-il l’évêque de Rome qui fait appel à Pierre et une juridiction unique de Pierre qui est donnée à Rome ? Le Nouveau Testament n’apporte aucun soutien à de telles affirmations et, comme nous le verrons, il n’en va pas de même dans les décennies qui suivent immédiatement. En effet, l’église primitive a une structure organisationnelle qualitativement différente.

L’ÉGLISE PRIMITIVE

Les appels à l’Église primitive ont tendance à dissimuler certaines hypothèses, et il est donc important de clarifier quelques points. La première « Église primitive » est en fait l’église du Nouveau Testament, le récit de première main des actions de Jésus et de ses apôtres. Les sources postérieures ne doivent pas être supposées être nécessairement plus claires, et il ne faut certainement pas leur donner plus d’autorité que le Nouveau Testament. Cependant, des sources ultérieures peuvent nous aider à comprendre comment ceux qui ont suivi les apôtres se sont compris eux-mêmes et comment ils ont lu les Écritures. Si un consensus devait émerger au cours du prochain siècle environ, ce serait une preuve solide en faveur d’une certaine lecture des Écritures.

En outre, il convient de souligner que le terme « primitive » est un terme relatif. De notre point de vue contemporain, le milieu du Ve siècle semble très « primitif ». Mais les chrétiens qui écrivaient à cette époque pouvaient déjà parler eux-mêmes de positions « anciennes », ainsi que d’une histoire de controverse et peut-être même de développement. Il peut se passer beaucoup de choses en quelques centaines d’années. Considérez à quel point les différences sont importantes entre un Américain vivant aujourd’hui et le monde de ses propres grands-parents. Maintenant, comparez ces grands-parents à Jamestown.

Nous ne devrions donc pas commencer notre recherche de « l’Eglise primitive » au IVe ou Ve siècle. Au lieu de cela, nous devrions porter une attention particulière au matériel post-biblique le plus ancien que nous ayons. Il s’agit là d’un défi en soi. Par rapport à l’abondante littérature chrétienne du IVe siècle après J.-C., il y a relativement peu de documents dans les premières années. Mais nous possédons de la littérature importante de la fin du premier siècle et du deuxième siècle. Le troisième siècle est également important, bien que des questions substantielles de diversité et de controverse soient déjà présentes à l’époque.

Pourtant, malgré toute cette diversité, il y a encore d’importants éléments de preuve qui nous renseignent sur la façon dont l’Église a été gouvernée au cours de ces premiers siècles, et il y a plusieurs points de continuité avec le paysage du Nouveau Testament. Dans ces articles, nous aborderons la littérature post-biblique de la fin du premier et du début du second siècle.

Maxime est étudiant en médecine en 4ème année (FASM1) à la Faculté de Médecine et Maïeutique de l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde avec laquelle il vit sur Lille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *