Les pères de l'Église et la papauté (6) : Augustin
19 décembre 2017

st-augustin.jpg
Cet article est le sixième de notre série sur les pères et la papauté, adaptation de l’article de William Webster à ce sujet.


Augustin est considéré par beaucoup comme le théologien le plus important de l’histoire de l’Eglise. Aucun autre père de l’Église n’a eu une influence comparable à la sienne. Son autorité durant la période patristique et médiévale est sans égale. Il était l’évêque d’Hippo au Nord de l’Afrique de la fin du IVème siècle au début du Vème jusqu’à sa mort en 430.

Il fut un auteur prolifique et a fait divers commentaires qui sont reliés directement à l’interprétation de la pierre de Matthieu 16:18. En fait, Augustin a fait plus de commentaires sur ce passage que n’importe quel autre père. À la fin de sa vie, Augustin a écrit ses Rétractations où il corrige certaines affirmations de ses premiers écrits qu’ils considèrent désormais comme inexact ou faux. Une de ses rétractations est liée à l’interprétation de la pierre de Matthieu 16. Au début de son ministère, Augustin disait que la pierre était Pierre. Toutefois, assez rapidement il changea sa position et affirma que la pierre n’était pas Pierre mais Christ ou la confession de Pierre qui pointait vers Christ. Les affirmations suivantes sont tirées de ses Rétractations où il fait référence à son interprétation de Matthieu 16 :

Dans un passage de ce livre, j’ai dit au sujet de l’apôtre Pierre : “Sur lui, comme sur une pierre, fut bâtie l’Eglise”… Mais je sais que fréquemment, plus tard, j’ai expliqué ainsi les paroles du Seigneur : Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église, cela doit être compris comme “sur Lui de qui Pierre a fait cette confession : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Et donc, Pierre, appelé du nom de la pierre, représente la personne de l’Église bâtie sur la pierre et qui a reçue les clés du royaume des cieux. Car il lui est dit “Tu es Pierre” et non “tu es la pierre”. Mais “la pierre était Christ” (1 Cor 10:4) et en le confessant, comme le fait toute l’Église, Simon fut appelé Pierre. Que le lecteur décide laquelle de ces deux opinions est la plus probable !

Chapitre 20.1

William Webster relève dans la suite de l’article les nombreuses citations où Augustin exprime cette seconde opinion et les commente. Une chose est claire : Augustin laisse au lecteur le soin de déterminer l’opinion la plus probable mais, pour lui, il défend dans ses écrits la seconde sans ambiguïté. Nous ne traduisons pas la suite de cette longue section sur Augustin puisque la citation des Rétractations est déjà très claire.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les pères de l’Église et la papauté (8) : Chrysostome – PAR LA FOI - […] à Antioche, évêque de Constantinople et contemporain de plusieurs pères majeurs comme Ambroise, Augustin et Jérôme. Il fut l’écrivain…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *