Conclusion : Le don des langues dans 1 Corinthiens 13.8-14.40 (16/16)
14 mai 2018

Article de Calvinyps, auteur invité.


Partie 16 : Conclusion – 1 Corinthiens 14.36-40

Voici la seizième et dernière étude sur le don des langues en 1 Corinthiens 13.8-14.40.

I. L’importance secondaire du parler en langue (v.1-19).

II. La finalité du don des langues : être un signe (v.20-25).

III. Comment faire usage du don des langues (v.26-40).

1. La louange dans l’Eglise de Corinthe (v.26).

2. Les principes d’édification que l’Eglise de Corinthe aurait dû suivre (v.27-35).

3. Conclusion sarcastique de Paul pour provoquer l’adhésion des Corinthiens (v.36).

Paul vient de donner des principes précis et contraignants concernant la place des femmes et l’exercice de la prophétie et des langues dans l’Eglise. Mais Paul savait aussi, comme nous le voyons au v.36, que les Corinthiens essairaient de refuser la mise en application de ses instructions. C’est pourquoi il ajoute : “Est-ce de chez vous que la parole de Dieu est sortie ? ou est-ce à vous seuls qu’elle est parvenue ?”. Autrement dit, il leur rappelle que s’ils veulent contester avec Paul, ils doivent savoir que ce n’est pas eux qui ont été envoyés par Dieu pour définir la doctrine apostolique et qu’ils ne peuvent s’affranchir de son autorité. Je pense que Paul fait ici montre de sarcasme afin de provoquer leur adhésion à ce qu’il vient de dire, et que puisque la Parole de Dieu n’est pas sorti de chez eux mais qu’au contraire Paul est l’un de ceux qui définissent la nouvelle doctrine, ils n’ont pas d’autre choix que de lui obéir. Avec une pleine autorité, Paul exige que les Corinthiens cessent leurs activités égocentrique et qu’ils ne fassent que ce qui édifie.

4. Le résumé de l’exhortation de Paul (v.37-40)

a. Que l’on reconnaisse qu’il s’agit d’un commandement de Dieu (v.37).

“Si quelqu’un croit être prophète ou inspiré [ce qui fait à mon avis référence au don des langues puisque Paul conclut ici le développement qu’il vient de faire au chapitre 14], qu’il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur”.

Voilà une belle façon de conclure. Paul affirme que ceux qui ont des véritables dons reconnaîtront que ce qu’il dit est Parole de Dieu ; et que s’ils reconnaissent que ce qu’il dit est Parole de Dieu, alors ils utiliseront leurs dons en respectant les principes qu’il vient d’énoncer ; qu’au contraire, s’ils ne les respectent pas, c’est qu’ils ne possèdent pas de don véritable et que ce qu’ils font n’est pas une manifestation authentique du Saint-Esprit. Paul essaie ici d’obliger les Corinthiens à voir que si les dons de langues et de prophétie ne sont utilisés selon les principes qu’il a énoncé au v.27-33, alors c’est que ces personnes qui violent ces principes n’ont en fait pas reçu de dons.

Une des plus grandes affirmations que Paul fit sour l’inspiration de Dieu se trouve au v.37 : “ce que je vous écris est un commandement du Seigneur”. Il y a des personnes qui ne reçoivent comme Parole de Dieu que les paroles que Jésus-Christ a dit dans les évangiles. Ce passage nous montre que les paroles de Paul sont aussi importantes que celles de Jésus, car ce qu’il a écrit “est un commandement du Seigneur”.

Nous ne devrions jamais essayer de relativiser l’enseignement de Paul comme quelque chose de culturel ou d’optionel. Certains disent au contraire de Paul que les femmes n’ont pas à demeurer silencieuses dans l’Eglise et qu’elles peuvent prêcher si elles le veulent, que les paroles de Paul en 1 Corinthiens 14 ne sont que culturelles. Et d’autres disent que l’exercice des dons aujourd’hui ne doit pas se faire selon les principes qui étaient donnés en 1 Corinthiens 14 sous prétexte que ces principes ne concernaient que l’église de Corinthe. Eh bien non ! Nous trouvons dans ce texte le commandement de Dieu.

b. Que l’on rejette ceux qui ignorent ce commandement (v.38)

Au v.38, Paul admet qu’il y aura malgré tout des personnes qui ignoreront ses commandements : “Et si quelqu’un l’ignore, qu’il l’ignore”. Littéralement cependant, on peut aussi lire “Si quelqu’un ignore ces coses, ignorez-le”. Autrement dit, si une personne ne reconnait pas que les instructions de Paul sont les paroles mêmes de Dieu, alors on ne doit pas non plus reconnaître que cette personne possède un vrai don. Une telle personne sera donc ostracisée et forcée de se taire vu que plus personne ne l’écoutera. Si elle n’obéit pas à ces principes et ne les reconnaît pas comme commandements de Dieu, alors elle doit être rejetée de la communauté.

3. Que l’on désire la prophétie dans l’église (v.39).

Au v.39, Paul résume tout ce qu’il a dit jusqu’ici : “Ainsi donc, frères, aspirez au don de prophétie, et n’empêchez pas de parler en langues”. Autrement dit, vu tout ce qu’il a dit, il fut ardemment désirer prophétiser. Pourquoi donc ? Parce que comme nous l’avons vu au v.3, “celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console”.

Mais ensuite Paul déclare : “et n’empêchez pas de parler en langues”, car à cette époque le véritable don des langues n’avait pas encore cessé, et même si c’était le don de prophétie qui était le plus important dans l’église, Paul n’allait certainement pas interdire l’utilisation du véritable don ! Mais cela ne peut s’appliquer aujourd’hui parce que le véritable don des langues à cessé.

d. Que le culte de l’église manifeste le caractère de Dieu (v.40).

En conclusion, Paul dit enfin : “Mais que tout se fasse avec bienséance et avec ordre”. Le mot “bienséance” fait référence à l’harmonie et à la beauté, et le mot “ordre” renvoie à des choses faites à la suite. Puisque Dieu est un Dieu d’harmonie, de beauté et d’ordre, Paul termine en disant que le rassemblement de l’église doit manifester ces caractéristiques de Dieu. Et lorsque l’Eglise manifeste Dieu et qu’elle est édifiée par sa Parole, elle croîtra. Telle est la promesse de Dieu.

Adapté de John MacArthur dans son guide d’étude “The Truth about Tongues“.

Téléchargez gratuitement notre livre sur les dons de l’Esprit en cliquant ICI

Image Cessation

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.