Le pédobaptême : les incohérences du baptisme
25 août 2018

Une des raisons pour lesquelles je suis devenu pédobaptiste est que je n’étais pas satisfait avec certaines explications avancées par les baptistes sur les baptêmes de maison, sur Romains 4 :11, sur le lien entre les alliances, etc. Mais j’ai aussi remarqué plusieurs incohérences dans la pratique baptiste.

L’incohérence principale est leur pratique du rebaptême. Historiquement, les réformés baptistes (que je considère comme les meilleurs défenseurs du baptisme), ne rebaptisaient pas quelqu’un qui avait confessé la foi, avait été baptisé puis qui se détournait de la foi et revenait quelques années plus tard en disant qu’il n’était pas converti par le passé mais qu’il l’était désormais.

Il y a une incohérence à ne pas rebaptiser une telle personne si l’on considère que c’est sur la base de la régénération qu’il faut baptiser. En effet, cette personne déclare ouvertement qu’elle n’était pas convertie.

D’un côté, rebaptiser cette personne, en plus des problèmes que j’ai déjà souligné avec le rebaptême, transforme le baptême en quelque chose de subjectif : quand la personne se « sent » convertie elle peut être baptisé. Et cela peut mener à des situations grotesques avec des personnes baptisées 2, 3 voire 4 fois !

Il semble que le plus raisonnable soit d’admettre que nous baptisons, non pas sur la base d’une réalité intérieure qui est l’œuvre de Dieu, mais sur la base des promesses de Dieu. Le débat serait alors réorienté avec, d’un côté les baptistes qui soutiendraient que les promesses ne s’adressent qu’aux confessants, de l’autre les réformés qui soutiendraient qu’elles s’adressent aux confessants et leurs enfants.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

8 Commentaires

  1. Maxime Georgel

    La critique n’est mouvante que dans la mesure où le baptisme est divers.
    Je pense que Bunyan est incohérent : comment prendre la cène avec quelqu’un que l’on juge ne pas être baptisé de façon valide (note que je ne parle pas d’un pédobaptiste mais d’un « pédobaptisé ».

    Réponse
  2. Maxime Georgel

    Les réformés ne rebaptisent pas car le baptême c’est Dieu lui-même qui promet. Ce serait remettre en doute sa Parole et sa promesse, d’où le fait que Zwingle dise, non sans excès, qu’il s’agisse de « recrucifier » le Fils.

    Réponse
    • Maxime Georgel

      Il ne s’agit pas d’une promesse « future », il s’agit de la promesse du pardon des péchés. La Bible en parle quand elle dit que nous sommes baptisés pour le pardon des péchés ou quand Pierre, en Actes 2:38-39 met côte à côte la promesse et le baptême.

      Réponse
      • Maxime Georgel

        1) Je n’ai pas lu Bunyan à ce sujet
        2) Tu condonds bénéfices de l’alliance et entrée dans l’alliance. Mon article sur Jérémie 31 répond précisément à ta question sur le pardon : oui, on peut être dans l’alliance sans jouir de ses bénéfices par la foi, pardon compris.
        3) Comme je te l’ai dit, je préfère répondre par article, sachant qu’une quarantaine d’articles sont prévus et répondent peut-être à plusieurs questions. Je te suggère de me dire plutôt à la fin (quand ils seront tous publiés) ce qu’il demeure comme interrogations.

        Réponse
        • Maxime Georgel

          Si cela te semble bon, tu es libre de ne pas me considérer comme un ancien baptiste, ça ne change en rien mon argumentation.

          Réponse
          • Maxime Georgel

            Justement, elle ne dit pas que tous ceux qui sont dans la communauté de l’alliance, qui sont dans le peuple de Dieu, dans l’église visible jouissent de ces bénéfices. On tourne en rond.

          • Maxime Georgel

            Non « Tous me connaitront » signifie « tous me connaitront » quand la nouvelle alliance sera pleinement là. C’est-à-dire sur la nouvelle terre.

          • Maxime Georgel

            « Tous me connaîtront » signifie que tous connaîtront l’Eternel quand la nouvelle alliance sera parachevée.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un héritage réformé baptiste - Taylor DeSoto – Par la foi - […] j’ai pu l’expliquer ailleurs sur le blog, je pense que le fédéralisme baptiste ou baptisme confessant la Confession de…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.