Le pédobaptême : 14 questions et leurs réponses dans le Nouveau Testament
27 août 2018

Le pasteur Alexandre Sarran a listé 14 questions intéressantes pour simplifier le raisonnement réformé, je les reproduis ici :

  • Qui est le « père » des croyants ? Abraham (Ga 3.29).
  • À qui « l’Évangile » a-t-il été annoncé d’avance ? À Abraham (Ga 3.8).
  • Qu’est-ce qu’Abraham a obtenu par le moyen de la foi ? La justice (Rm 4.3).
  • Sur quelle base Dieu a-t-il justifié Abraham ? Sur la base de l’œuvre de Jésus (Ga 3.18).
  • Quel signe Dieu a-t-il donné à Abraham pour sceller cette justice ? La circoncision (Rm 4.11).
  • À qui ce signe était-il destiné ? À Abraham et à sa maison (Gn 17.12-13).
  • Qui a donc porté le signe de l’alliance de grâce depuis Abraham jusqu’à Jésus ? Tous les membres masculins du peuple de Dieu y compris les enfants.
  • Quelle est la réalité spirituelle signifiée par la circoncision dans l’Ancien Testament ? La purification des péchés et la vie nouvelle rendues possible par Jésus (Col 2.11).
  • Quel est le rite qui signifie ces choses dans le NT ? Le baptême (Col 2.12).
  • L’œuvre de Jésus inaugure-t-elle un élargissement ou un étrécissement de l’alliance de grâce ? Un élargissement (Ga 3.27-28).
  • Qui est le peuple de Dieu depuis le Nouveau Testament ? L’Église chrétienne (1 Pi 2.10).
  • Jésus exclut-il les enfants du royaume de Dieu ? Au contraire (Mc 10.14).
  • Les apôtres annulent-ils le principe de la solidarité familiale dans le Nouveau Testament ? Pas du tout (1 Co 7.14).
  • Les enfants de croyants sont-ils considérés, dans le Nouveau Testament, comme des chrétiens ? Oui (Ép 6.1-4).

Ces quelques questions résument le raisonnement réformé et soulignent la continuité entre la composition du peuple de Dieu dans les deux Testaments.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

1 Commentaire

  1. Maxime Georgel

    Calaghan, comment te répondre si tu persistes à dire que nous soutenons des choses que nous ne soutenons pas ? Nous ne disons pas qu’il y a absolue continuité. En fait, Alexandre souligne précisément qu’il y a élargissement dans la discontinuité

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quatre raisons de penser que les pères établissaient un parallèle entre circoncision et baptême – Par la foi - […] Par le fait que la circoncision de la chair soit, comme le baptême, un rite unique, initial et marquant…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.