Une foi, des arguments. Apologétique pour tous – Recension
25 septembre 2021

Pour rappel, l’apologétique est la discipline qui cherche à défendre la foi chrétienne (le fait qu’elle est raisonnable), ses différentes vérités comme l’existence de Dieu, ses attributs, la Trinité, le péché originel, Jésus et les différentes étapes de sa vie, sa résurrection, les miracles, etc. Vous trouverez ici une liste de toutes les ressources gratuites et en français sur internet.


Une foi, des arguments est un dictionnaire d’apologétique assez général, complet et accessible. Il parle non seulement les sujets classiques que je viens de mentionner mais aussi les différentes méthodes d’apologétique, des thèmes plus culturels, sociologiques, psychologiques, des questions concrètes. Voici la liste des thématiques qu’on peut trouver dans la description de l’ouvrage :

  • les différentes sortes d’écoles apologétiques
  • les preuves de l’existence de Dieu
  • les arguments présentés par les athées
  • la fiabilité de la Bible
  • les affirmations bibliques qui posent problème
  • l’aspect culpabilisant du christianisme
  • la science et la foi
  • le problème du mal et de la souffrance
  • le christianisme face aux autres croyances

Il reprend le même format accessible et ludique que Pour une foi réfléchie (une vulgarisation de théologie systématique, l’étude des thèmes importants de la foi chrétienne) et Vivre en chrétien aujourd’hui (une vulgarisation d’éthique chrétienne). Pour le contenu, je ferai surtout des remarques sur les sujets philosophiques comme c’est ce que je connais le mieux et ce que je suis en train d’étudier.

Les prises de position

Voici les différentes prises de position que j’ai retenues dans le livre.

  1. Les auteurs des parties philosophies (Yannick Imbert et Lydia Jaeger) sont sympathiques au présuppositionnalisme mais utilisent quand même des arguments de l’apologétique classique (voir cet article qui résume ces différentes approches).
  2. Dans la partie science et foi sur la théorie de l’évolution, sans grande surprise1, Jaeger défend l’interprétation littéraire (aussi appelée théorie du cadre aussi soutenue par Henri Blocher et Matthieu Richelle) de Genèse 1 et 2. Dans la partie sur le péché où Alain Nisus explique cette notion souvent très étrange pour nous amis non croyants, celui-ci reste ouvert au polygénisme. C’est-à-dire qu’Adam ne serait pas forcément l’unique ancêtre biologique de l’humanité mais qu’il y en aurait peut-être d’autres aussi (cela cause un problème au niveau de la doctrine traditionnelle du péché originel comme je l’ai soulevé ici).
  3. Toujours dans la partie sur la science, dans le chapitre sur la cosmologie, l’auteur opte pour le modèle du Big Bang après avoir en avoir présenté et évalué plusieurs. Ce qui est souvent le cas pour la plupart des apologètes comme William Lane Craig, Frédéric Guillaud.
  4. Face au problème du mal, Jaeger rejette deux solutions traditionnelles : 1) celle du plus grand bien (“Dieu permet le mal pour un plus grand bien”) et 2) celle du libre-arbitre (“Dieu permet le mal car il est nécessaire pour que les créatures puissent exercer leur libre-arbitre”). Elle privilégie à la place la solution de l’incompréhensibilité de Dieu : “Dieu permet le mal, même si nous ne comprenons pas pourquoi (ce qui est normal comme sa sagesse et son intelligence nous dépassent), il reste quand même bon”. Elle qualifie cette défense d’apophatique en reprenant les termes de la théologie négative de Pseudo-Denis l’Aréopagite (“On ne peut pas savoir ce que Dieu, mais seulement ce qu’il n’est pas.”).

Les points positifs

  1. C’est une contribution importante en apologétique dans le monde francophone. Nous avons enfin un dictionnaire d’apologétique en français, en plus accessible à tous et qui n’est pas juste une traduction de l’anglais. Les bases de l’apologétique sont enfin présentées quelque part en français (les différentes approches, les sujets principaux, les principaux arguments et objections etc.). Nous avons aussi la chance d’avoir une introduction plus holistique (complète) que la plupart de celles en anglais. Souvent les anglophones se concentrent sur la philosophie, l’histoire et la science. Mais ici l’aspect culturel est beaucoup pris en compte.
  2. Le livre est volumineux (presque mille pages) et coûte 36.5 € (pour l’instant 29.9 € comme prix de sortie) : ce qui est raisonnable et même une bonne affaire. C’est un bon investissement comme c’est le genre de livre (un dictionnaire) qu’on consultera plusieurs fois. Par exemple, si un ami me pose une question sur le bouddhisme, je regarderai la partie qui y est consacrée.
  3. C’est un travail qui prend en compte le contexte philosophique, culturel et sociologique de la France. Ce qui le rend vraiment pertinent pour nos discussions avec les français (notre famille, nos amis, etc.). Je vais donner trois exemples m’ont agréablement surpris. 1) Dans la liste des types d’agnosticisme (“Je ne sais pas si Dieu existe ou pas.”), on trouve “l’apathéisme”. En gros, c’est la position de celui qui “s’en fout” de Dieu, qui ne s’est jamais posé ou ne se pose même pas ce genre de questions. C’est vraiment un genre de personnes qu’on connaît. 2) Le chapitre sur les religions orientales est très pertinent (et correct) comme les occidentaux les déforment souvent énormément. Par exemple, ils se servent du yoga pour se sentir mieux (développement personnel) alors qu’à la base il sert à avancer dans le nirvana, c’est-à-dire à avancer dans le chemin pour arrêter d’exister, pour arriver au néant et enfin échapper au cycle de la souffrance et des réincarnations. Ce dont la plupart de ceux qui se disent bouddhistes en France n’auraient pas trop envie je pense. 3) Nisus mentionne les moqueries des scientifiques face aux croyances en l’existence des démons.
  4. Il répond à des questions vraiment terre à terre et concrètes, pas seulement à des questions théoriques (qui n’intéressent pas tout le monde). Soit on les entend souvent quand on discute avec nos amis ou dans la société. Soit on se les ai déjà posées en tant que croyants. Par exemple : “Pourquoi Dieu ne m’aide pas dans mes souffrances ?”, “Pourquoi il ne répond pas à mes prières ?”.
  5. Il ne contient pas juste du texte brut mais aussi des images comiques, des citations de gens connus et des tableaux assez visuels pour résumer les choses.
  6. Nous avons enfin un livre en français d’apologétique (en tout cas je n’en ai pas vu beaucoup) qui offre des définitions simples de mots compliqués : théisme ouvert, compatibilisme, kabbale, etc.
  7. Il explique très bien des notions de philosophie vraiment pas faciles à comprendre ou même à expliquer aux autres : la philosophie d’Alvin Plantinga, de Richard Swinburne, la pensée de Cornelius Van Til, la théorie de la connaissance de Kant, la psychanalyse de Freud, les nihilisme de Nietzsche, Sartre et Onfray etc.
  8. Les auteurs respectent les non croyants : ils écrivent Muhammad au lieu de Mahomet, Kong Zi au lieu de Confucius ou Lao Zi au lieu de Lao-Tseu. Ce sont des détails. Mais ils permettent de ne pas choquer inutilement des lecteurs qui croient qu’on insulte leurs “chefs spirituels”.
  9. On y trouve une bonne synthèse assez complète des différentes preuves de l’existence de Dieu : arguments cosmologiques, téléologiques, ontologiques, de raison, épistémologie réformée lancée par Alvin Plantinga, etc. Jaeger approfondit surtout les arguments liés aux découvertes récentes de la science et à la philosophie moderne (le fine-tuning, le kalam, l’argument moral, l’argument évolutionniste contre le naturalisme, etc.) au détriment des arguments classiques (arguments de la philosophie classique : Platon, Aristote, les philosophes du Moyen-Âge). J’ai apprécié la défense de l’argument téléologique de William Paley (l’analogie de Dieu avec l’horloger derrière l’existence de la montre) face à l’objection de l’évolution. Même si l’évolution explique comment une structure complexe est apparue, elle n’explique pas pourquoi, pourquoi les choses sont allées dans ce sens-là (vers une finalité, un but précis qui est par exemple la vue pour l’œil), Dieu peut très bien avoir dirigé l’évolution comme un processus, un instrument pour créer ce qu’il a voulu créer. Ce qui explique pourquoi on se retrouve avec quelque chose de “fonctionnel” au bout d’un certain temps. Un exemple d’approfondissement ici et ici.
  10. Sur le contenu, je n’ai rien à redire de la partie historique sur la fiabilité de la Bible, la vie et la résurrection de Jésus, je la trouve complète.

Points perfectibles

  1. C’est un point très précis mais j’en parle comme je suis un ancien présuppositionnaliste. La présentation de l’argument de l’un et du multiple pour prouver la Trinité est incomplète. Elle s’arrête à Platon et au aurait pu aller plus loin sans forcément demander trop de travail. Je songe à une évaluation des solutions d’Aristote, de Plotin et de Thomas d’Aquin (et pourquoi pas d’autres scolastiques aussi). Pour compléter, on peut donc lire Bosserman et ce site. Geisler aussi donne dans son Introduction to philosophy une présentation plus complète même s’il critique Van Til pour promouvoir Thomas d’Aquin.
  2. Dans la partie sur les arguments pour l’existence de Dieu, il est dommage de ne pas avoir présenté les arguments basés sur la contingence des choses. Par exemple l’argument de la contingence de Leibniz basé sur le principe de raison suffisante. En effet, c’est ce type d’argument qui a convaincu beaucoup de sceptiques (par exemple les youtuber Elephant Philosophy et Capturing Christianity) et l’un des plus puissants (difficile de rejeter de manière cohérente le principe de raison suffisante ou que des choses contingentes demandent un fondement nécessaire).
  3. Il aurait été utile d’indiquer les sources à chaque information importantes. Par exemple il est dommage qu’il n’y ait pas de sources précises indiquées pour des affirmations factuelles comme “il y a 5000 copies du Nouveau Testament”. Cela aurait permis au lecteur de vérifier car il va naturellement douter de ce nombre s’il n’a aucun endroit pour le vérifier.
  4. Un glossaire (liste de définitions des mots compliqués) aurait été utile et pratique, comme celui dans le livre Pour une foi réfléchie. Je me dis que c’est probablement du à un manque de temps à cause du virus.
  1. Etant que les deux éditeurs en chef, Jaeger et Nisus enseignent à l’Institut biblique de Nogent et la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine qui sont tout deux évolutionnistes théistes. Ils croient que la théorie de l’évolution est compatible avec les deux premiers chapitres de la Genèse, et plus généralement avec la foi chrétienne.[]

Laurent Dang-Vu

Etudiant en maths/info, passionné par la théologie biblique qui me permet d'admirer la beauté et la cohérence de la Bible comme une seule grande histoire, par l'apologétique culturelle (l'analyse d'oeuvres culturelles, films/jeux/anime/littérature à la lumière de la foi) et par la philosophie thomiste pour ses riches apports en apologétique.

2 Commentaires

  1. Romuald

    Re
    bon ben 2ème remerciement Laurent aujourd’hui 🙂
    Merci pour cette recension super utile. On ne trouvera pas une analyse aussi partiale chez les distributeurs officiels 🙁
    J’ai pas mal d’achats de bouquins en vue et j’avais repéré celui-ci, mais mon porte monnaie n’ est pas extensible. Mieux vaut donc ne pas se tromper.
    Je note pas mal de points positifs et les précisions sur les prises de position, notamment des directeurs de l ‘ouvrage est très importante (je connais un peu celles de Lydia. Excellente prof au demeurant …).
    Après, difficile sur un tel ouvrage de n’avoir que des positions qui nous conviennent.
    En conclusion : je l’embarque dans mon panier.
    Bien à toi.

    Réponse
    • Laurent Dang-Vu

      Lol je t’en prie, après c’est normal je pense, ils n’ont peut-être pas le recul ou la même sensibilité/précision que moi, c’est compréhensible.
      Oui je connais pas mal de gens qui l’ont eu en cours dont un ami.
      C’est sûr, surtout qu’en français ça fait quand même quelque chose en plus, autant être très content vu ce qu’il y a (ou plutôt ce qu’il n’y a pas) en France en apologétique.
      Cool, bonne lecture :p
      Laurent

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *