"Les protestants sont si divisés" – Clément d'Alexandrie
5 février 2018

Article de Etienne Omnès. Etienne est auteur pour le blog Phileo-sophia où il tâche de « trouver la pensée de Dieu pour l’amener dans celle de l’homme ». Nous recommandons vivement ce blog et en particulier les articles du Best-of. Etienne intervient aussi avec Timothée Davi dans le podcast Les Fils d’Issacar où ils analysent l’actualité à partir d’une vision du monde chrétienne.


Clément d’Alexandrie est un chrétien du IIe siècle, le deuxième « président » de la première « fac de théologie chrétienne » de toute l’histoire du christianisme. A ce titre, il a été le professeur d’Origène et le fondateur de ce que l’on appelle le christianisme alexandrin, qui a eu une influence énorme sur toute la doctrine chrétienne jusqu’à ce que l’Islam y mette fin au VIIe siècle.

Dans ses « Diverses choses » –Stromata– il a rassemblé des notes et des pensées qu’il souhaitait coucher sur papier. Dans ces notes, il décrit la vie chrétienne, et répond à plusieurs objections courantes contre le christianisme. L’une d’entre elles est étonnamment moderne : Le christianisme est faux parce qu’il est trop divisé pour être vrai. Considérant que les sectes gnostiques étaient souvent amalgamées avec les chrétiens à l’époque, et que les chrétiens eux-même n’étaient pas toujours des modèles d’unité, on pouvait comprendre.

Or, c’est amusant de voir qu’aujourd’hui, une des critiques les plus couramment adressées par les catholiques aux protestants est exactement la même : le protestantisme est faux parce que divisé. Ecoutons donc la réponse de celui qui vivait à une époque où l’église était une, unie, unique et universelle.

« Ils [les juifs et les philosophes grecs] nous font cette objection, disant qu’ils n’ont pas à nous croire considérant la discorde des sectes. Car la vérité est tordue quand l’un enseigne un certain ensemble de dogmes, et d’autres d’autres ensembles.

A eux nous leur disons, que parmi les juifs et parmi les plus fameux philosophes des grecs, un très grand nombre de sectes a aussi jailli. Et pourtant vous ne dîtes pas que l’on ne doit pas philosopher ou judaïser, à cause du manque d’accord entre les sectes de chez vous.

Ensuite, que les hérésies soit semées au milieu de la vérité, comme « l’ivraie au milieu du blé » a été prédit par le Seigneur ; et ce qui a été prédit ne peut pas faire autrement qu’arriver. Et à cause de cela, tout ce qui est bon est suivi d’une salve d’idioties.

Si donc quelqu’un viole ses engagements et s’écarte de la confession qu’il a faite devant nous, devons-nous ne pas nous accrocher à la vérité parce qu’il a fait mentir sa profession ? Mais comme l’homme de bien ne doit pas faire démentir ou manquer de ratifier ce qu’il a promis, bien que les autres violent leurs engagements ; de même nous sommes astreints de ne transgresser d’aucune façon le canon de notre Eglise. Et plus spécialement, nous devons garder notre profession [de foi] sur les points les plus importants, alors qu’ils les traversent. » – Clément d’Alexandrie, Stromata 6.15

Sur les pas donc de Clément d’Alexandrie, voici ce que je réponds aux catholiques qui critiquent notre désunion :

  1. Les catholiques aussi ont leurs divisions, et elles ne sont pas moins nombreuses que celles des protestants. Certes vous communiez tous autour de l’office du Saint Siège, mais cette union est très artificielle quand on regarde dans les faits.
  2. Il est normal qu’il y ait de tout dans notre milieu, c’est exactement ce qui est annoncé dans les Ecritures
  3. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de gens fidèles à la vérité parmi nous.

Si vous trouvez ces arguments insuffisants ou mauvais, alors vous réfutez aussi Clément d’Alexandrie, et c’est toute l’apologétique antique que vous remettez en cause.

Reste qu’il ne sert pas à grand-chose de savoir qu’il peut y avoir de la vérité même au milieu des sectes et divisions, toute la question est de savoir comment on la discerne. Dans un prochain article, j’exposerais comment Clément d’Alexandrie répond à ceci, immédiatement à la suite.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. La seule règle de foi - Tertullien - Par la foi - […] ne fournisse un nouveau prétexte de nous mettre sur le même pied que les philosophes, et de conclure de…
  2. Les Pères et le Sola Scriptura : Clément d'Alexandrie - Par la foi - […] Clément, les grecs ont tort d’avancer comme argument contre le christianisme la diversité de ses secte…. En effet, il…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.