Les Écritures comme Source du Dogme – Saint Augustin
2 avril 2018

A la fin du Livre II Du Mérite et du Pardon des péchés, et du Baptême des enfants, Augustin (354-430) se questionne sur le péché originel et le baptême des enfants : en effet, si nous donnons à l’enfant le signe de la purification des péchés, ne sommes-nous pas en train de dire que l’enfant aurait été créé mauvais par Dieu et ne rendrait-on pas Dieu coupable de créer le mal ? Ce qui nous intéresse ici n’est pas tellement la question qu’Augustin se pose ni la réponse qu’il développera mais ce qu’il dit sur l’autorité qui lui permet d’affirmer quoi que ce soit :

La question se pose également: comment Dieu (même s’il ne crée pas d’âmes par propagation naturelle) ne peut-il pas encore être l’auteur de cette culpabilité même, à cause de laquelle la rédemption par le sacrement est nécessaire à l’âme du nourrisson? Le sujet est vaste et important et nécessiterait un autre traité. La discussion, cependant, pour autant que je puisse en juger, devrait être conduite avec modération, de manière à mériter les louanges d’une enquête prudente, plutôt que la censure d’une affirmation entêtée. Car chaque fois qu’une question se pose sur un sujet inhabituellement obscur, sur lequel aucune aide ne peut être apportée par des preuves claires et certaines des Saintes Écritures, la présomption de l’homme ne doit pas s’élever ni tenter quoi que ce soit de défini dans un sens ou dans l’autre. Mais, si je dois en effet être ignorant sur tous les points de ce genre, sur la façon dont ils peuvent être expliqués et prouvés, je dois encore croire que même dans ce cas, les Saintes Écritures possèdent une autorité très claire, chaque fois qu’un point surgit que nul ne peut ignorer, sans mettre en péril le salut qui lui a été promis. (2.59)

 

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

sur le même sujet

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *