Chrétiens, vous ne passerez pas l'éternité au ciel !
16 juillet 2018

“Un jour, je mourrai et je m’envolerai loin de cette terre pour vivre au ciel pendant l’éternité”. Quoi ? C’est tout ?!

Fichu Platon

Platon était un philosophe grec fantastique, mais il a défendu une idée radicalement opposée au message biblique : le monde créé, matériel, serait mauvais. Notre corps serait mauvais et nous devons attendre la mort pour que notre âme soit enfin libérée de cette prison.

Ainsi, pour Platon, la mort est quelque chose de positif. Par contre, pour les Juifs, la mort était quelque chose de très négatif : Dieu a créé la vie, il est le Dieu vivant. La mort, est un “ennemi” selon Paul. Même à la lumière de la croix, surtout à la lumière de la croix.

Chrétien, quelle est ton espérance ?

L’espérance du chrétien influence toute sa vie, il vaut donc la peine de se demander, avec un peu plus d’attention “Qu’y a-t-il après la mort ?”. S’il est vrai que les chrétiens qui sont morts sont aujourd’hui avec Christ, au ciel, il est tout aussi vrai que cela n’est pas la fin de l’histoire. Ces gens ne sont pas encore arrivés à l’étape finale, il y a encore “une vie après la vie après la mort” (pour reprendre l’expression de N.T. Wright).

En effet, “je crois à la résurrection des morts” dit une vieille confession de foi chrétienne. Nous attendons un jour où nous retrouverons notre corps, glorifié et restauré. Mieux, nous dit Paul en Romains 8, toute la création, “cette même création” dans laquelle nous vivons aura part à notre libération et notre gloire.

Vivre éternellement… sur terre !

Chrétiens, vous ne vivrez pas éternellement au ciel car vous vivrez sur terre. Sur cette terre que vous connaissez ? Oui et non. Oui car c’est bien elle qui sera rachetée et renouvelée, c’est “cette même création”, dit Paul. Mais non car elle aura connu de telles transformations qu’elle sera aussi très différente. Plus de mort, plus de péché et surtout elle sera unie aux cieux, Dieu habitera au milieu d’elle. En ce sens, elle sera une nouvelle terre.

Tout comme notre corps va passer par la mort pour ressusciter ensuite, de même la terre va passer par le feu pour être restaurée ensuite. Ou, pour reprendre les 2 images de Paul en 1 Corinthiens 15 et Romains 8, le lien entre la terre d’aujourd’hui et la nouvelle terre n’est pas celui d’une discontinuité absolue mais celui d’une graine et d’une plante ou d’une femme et de son enfant.

Partir d’ici ou attendre le retour du Roi ?

L’eschatologie (ou l’espérance) chrétienne est double : d’un côté nous attendons de partir d’ici pour être avec Christ au ciel, de l’autre nous attendons que Christ revienne ici, dans ce monde, pour y régner. Il n’y a pas d’opposition entre ces deux choses, elles sont simplement subséquentes chronologiquement : ceux qui meurent aujourd’hui dans la foi vont avec le Christ qui reviendra avec eux sur terre plus tard.

Mais au final, notre espérance ne se situe pas “dans un autre monde” mais bien ici. C’est Dieu qui a créé ce monde et il n’est pas passé à un plan B, il va racheter ce qu’il a créé.

Le monde romain utilisait un mot grec particulier pour décrire le retour d’un roi victorieux dans sa ville : parousie. Ce mot est utilisé pour décrire le retour du Christ. Lors du retour du roi, le peuple sortait de la ville pour l’acclamer et rentrait ensuite dans un cortège triomphal avec le roi dans la ville. C’est ce qu’il se passera pour Christ quand il reviendra dans ce monde pour le transformer par l’éclat de sa puissance et y régner éternellement en renouvelant la terre et en l’unissant aux cieux. Nous serons enlevés dans les airs, non pas pour échapper à quoi que ce soit, ni pour partir vivre sur des nuages, mais pour participer à sa victoire. J’ai déjà développé cette question ICI.

Conclusion : ce monde compte

Les conséquences de cette vision biblique de la fin des temps sont immenses, mais il est aussi tentant d’aller trop loin (quelles conséquences sur notre conception de l’écologie, de la santé et du corps ?). Quoi qu’il en soit, le chrétien ne doit pas mépriser ce monde physique ni mépriser son corps, sachant que le Dieu qui a créé ce monde le rachètera. Aussi, le chrétien peut savoir que ce qu’il fait ici-bas aura une conséquence plus tard, puisque “plus tard” sera “ici-bas”. Enfin, le chrétien peut être émerveillé en pensant au monde à venir qui ne sera pas un monde dans les nuages mais un monde remplit des beautés que nous voyons déjà sur terre, tout en étant glorifié et purifié.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

1 Commentaire

  1. Olivier Rossi

    Donc vie éternelle sur terre?

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *