"Il faut baptiser par immersion"
10 octobre 2018

J’avoue là encore que je ne comprenne pas pourquoi cela est avancé comme un argument contre le pédobaptême. En effet, il est tout-à-fait possible de baptiser un enfant par immersion ou un adulte par affusion ou aspersion. Pourtant, cet argument a été utilisé régulièrement par des personnes respectables comme John Gill, Charles Spurgeon ou John Piper. À l’inverse, nous avons des réformés (la Presbyterian Church of America par exemple[1]), qui considèrent qu’il est irrégulier de baptiser par immersion. Je ne vois aucune bonne raison dans un sens comme dans l’autre. Heureusement, nous avons d’heureuses exceptions comme Martyn Lloyd-Jones qui était contre le baptême des enfants mais non pas pour l’immersion. À l’inverse, Meredith Kline chez les réformés a argumenté en faveur de la régularité de l’immersion[2].

Je ne traiterai donc pas en détail ici cette objection puisque j’ai commencé à la traiter sur d’autres articles. Je résumerai ici les principales remarques que l’on peut faire à ce sujet.

Premièrement, le mot traduit par baptême ne signifie pas immerger, comme je l’ai montré sur mon blog, mais laver. Nous avons des exemples où le mot grec est utilisé pour parler d’autre chose que d’une immersion. Par exemple le roi Nébucadnestsar a été littéralement « baptisé » par la rosée du ciel, selon l’Ancien Testament grec (Dan. 4 :33).

Deuxièmement, les passages qui parlent du fait que nous avons été ensevelis par le baptême n’ont pas pour but de décrire le mode du baptême mais son sens. Considérons aussi que les ensevelissements à l’époque ne se faisaient pas par une « immersion » sous terre mais par le dépôt du corps dans un tombeau taillé dans le roc. Ajoutons à cela que la Bible utilise un vocabulaire qui ne se limite pas à l’ensevelissement. Il est question d’être revêtu du Christ, de faire une seule plante avec lui, etc. par le baptême et il est clair ici que Paul ne nous dit pas qu’il faille représenter toute cette imagerie lors de nos cérémonies mais qu’il nous parle du sens spirituel du baptême.

Troisièmement, comme le dit Donald Cobb :

On fait souvent appel à ce texte[3](comme aussi à Romains 6.1ss), pour affirmer que le baptême – compris comme baptême par immersion – représenterait, par la descente sous l’eau, « l’ensevelissement » du « vieil homme » et, par la remontée hors de l’eau, « la résurrection » de l’homme nouveau. Certes, il n’est impossible que ce soit un sens qui s’attache à la forme du baptême – même si le commentateur D. Moo, bien que baptiste lui-même, souligne que, dans le Nouveau Testament, la signification du baptême n’est jamais liée à la forme de ce dernier. En Romains 6, comme en Colossiens 2, le baptême atteste plutôt notre rattachement au Christ. En d’autres termes, le propre du baptême n’est pas de représenter notre « ensevelissement ». C’est de signifier notre union avec le Christ, lui qui a été crucifié, qui a été enseveli, et qui est ressuscité.[4]

Quatrièmement, il faut distinguer la régularité et la validité d’un baptême. Même si nous admettons que l’immersion est le mode régulier du baptême (ce que je ne crois pas), il faut distinguer un baptême irrégulier et un baptême invalide. Je vais ici donner un exemple. Lorsque le fils de Moïse a été circoncis en Exode 4, il l’a été par une femme, non pas le 8èmejour, non pas par un membre d’Israël. Cette circoncision était totalement irrégulière si l’on considère les prescriptions de Dieu en Genèse 17. Néanmoins, Dieu est satisfait et ne menace plus Moïse. J’en déduis que nous ne devons pas être plus dur que Dieu ici. Surtout quand celui-ci ne nous a pas dit combien de litres devaient être utilisés pour un baptême ! Tant que de l’eau est appliquée sur le corps au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, il s’agit d’un baptême.

[1]Cf. PCA, Minority Report on Validity of Catholic Baptism, 15th General Assembly, 1987, Appendix P, p. 425-428.

[2]Cf. For You and Your Children– Westminster Theological Journal, p. 141.

[3]Col 2 :10-12

[4]La Revue Réformée, numéro 277, pp.42-43

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

1 Commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. 10 bonnes raisons d’être pédobaptiste ! – PAR LA FOI - […] baptême doit se pratiquer par immersion : – Réponse courte – Sens du mot […]
  2. Le mot baptême signifie-t-il immersion ? - Par la foi - […] Nous allons donc répondre ici à deux principales erreurs quand cette question est considérée : (1) que Baptismô (le…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.