La raison est pour Dieu – résumé (4/12) : L’Église est responsable de nombreuses injustices
24 mars 2021

Cette série d’articles propose un résumé des arguments donnés par Timothy Keller en faveur du christianisme et contre les objections courantes contre la foi chrétienne dans son livre La raison est pour Dieu. C’est un très bon livre, assez généraliste dans ses réponses, dans le sens où il n’entre pas dans les détails philosophiquement et ne se base pas sur une tradition philosophique particulière (thomiste par exemple).

Mais il reste très bon comme première lecture d’apologétique et ouvrage de référence accessible à tous (croyants et non-croyants). Keller sait attirer l’attention du lecteur, présenter des arguments, tout en restant toujours humble et sympathique. Il est agréable à lire et très bien traduit.

Le but de cet article est de résumer et regrouper les arguments de Keller, mais aussi de les rendre plus compréhensibles. C’est pour ça que je les complèterai ou les expliquerai parfois un peu plus en détails. De plus, il est question de rendre accessible gratuitement ce que présente Keller, mais aussi de vous donner envie de le lire quand vous en aurez les moyens.


Pour commencer, nulle part la Bible ne dit que les chrétiens sont parfaits. Ils restent pécheurs, imparfaits. Au contraire, on peut même trouver des personnes plus vertueuses que des croyants (Gandhi était bien plus vertueux que bien des croyants) en vertu de ce qu’on appelle la « grâce commune » de Dieu (le fait qu’il n’abandonne pas complètement les hommes au mal).

Il est intéressant de remarquer que l’on retrouve aussi beaucoup d’injustices chez des partisans de l’athéisme et du sécularisme. Par exemple, il suffit de considérer les régimes totalitaires comme les Khmers rouges, l’Allemagne nazie et l’URSS de Staline (en réalité, les guerres les plus meurtrières ont été celles commises au nom de l’athéisme). Ce qui ne nous empêche pourtant pas d’apprécier des athées : notre meilleur ami athée avec qui l’on rigole bien ou notre médecin athée qui est pourtant très sympathique.

Les soi-disant fanatiques chrétiens ne sont pas des vrais chrétiens. Par leurs actes odieux (violences, meurtres, assassinats, etc.), ils montrent qu’ils ne connaissent pas vraiment Jésus.

La Bible condamne elle-même la religion (Matthieu 13.1-12), dans le sens d’une pratique hypocrite qui se réduit seulement aux apparences pour plaire aux gens.

À l’inverse, on a beaucoup d’exemples de chrétiens qui ont fait beaucoup de bien. Par exemple, dans les domaines des droits sociaux et de la justice avec William Wilberforce (l’abolition de l’esclavage) et Martin Luther King (droits des afro-américains).

Laurent Dang-Vu

Etudiant en maths/info, passionné par la théologie biblique qui me permet d'admirer la beauté et la cohérence de la Bible comme une seule grande histoire, par l'apologétique culturelle (l'analyse d'oeuvres culturelles, films/jeux/anime/littérature à la lumière de la foi) et par la philosophie thomiste pour ses riches apports en apologétique.

sur le même sujet

Dieu est unique — Turretin (3.3)

Dieu est unique — Turretin (3.3)

C’est ce qu’enseigne notre raison: il est contradictoire qu’il y ait plus d’un infini, un tout-puissant, un éternel, car les qualités de l’autre annuleraient le premier: il serait tout-puissant sauf sur le deuxième, ce qui annule la toute-puissance etc. C’est ainsi que Tertullien disait Si Dieu n’est pas un, il n’est pas du tout (Contre Marcion 1.3).

De l’athéisme – Turretin (3.2)

De l’athéisme – Turretin (3.2)

La question ne concerne pas ceux qui suppriment une connaissance de Dieu qui est en eux: ce genre d’athées est non seulement possible, mais c’est le cas courant. La question est de savoir si l’on peut vraiment n’avoir aucune connaissance de Dieu, même instinctive et basique. Cela nous le considérons comme impossible.

L’existence de Dieu — Turretin (3.1)

L’existence de Dieu — Turretin (3.1)

Bien que l’existence de Dieu est un premier principe indubitable de la religion, qui doit être tenu pour acquis et non prouvé, si bien que ceux qui en doutent sont dignes de punitions et non de discussion dit Aristote ; pourtant l’exécrable folie des athées modernes, dont cette époque très corrompue est beaucoup trop fertile et qui ne rougissent pas de nier en toute impiété cette vérité très claire, rend la question nécessaire

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.