Comment comprendre l’Ancien Testament ? (Partie 5)
19 avril 2021

Cet article, qui est le cinquième d’une série de quatre autres articles publiés en 2018 (le dernier ici), continue la recension du livre Le royaume révélé de l’Ancien Testament à l’Évangile (Excelsis, 2005 pour la traduction française) de Graeme Goldsworthy. Il traite des livres prophétiques de l’Ancien Testament.


Chapitre 8 : La révélation du Royaume dans la prophétie

Pour commencer, voici la définition d’un prophète : quelqu’un appelé à communiquer la révélation de Dieu aux humains. Il existe deux grands groupes de prophètes :

        I.   Les prophètes de l’époque du royaume révélé par l’histoire d’Israël (d’Abraham à Salomon) :

On retrouve parmi eux Moïse, Samuel, Nathan, Gad, Ahiya, Shemaya, Élie et Élisée. Ces derniers se préoccupent de la situation de leur temps : l’établissement, l’apogée ou la décadence du royaume d’Israël. Leurs paroles, un mélange de jugement et de grâce font référence au terme de l’alliance faite au mont Sinaï (Ex 20-24) et au maintien du règne de Dieu tel qu’il est censé se manifester dans l’histoire d’Israël. Ils tentent de ramener le peuple désobéissant à l’obéissance de l’alliance.

      II.   Les prophètes de l’époque du royaume révélé par les prophètes (d’Amos à Malachie).

Cette nouvelle période prolonge certaines caractéristiques de l’ordre ancien. Mais elle introduit aussi de nouveaux éléments. En particulier, les prophètes de cette époque insistent de plus en plus sur la vision eschatologique, c’est-à-dire de la fin des temps. On peut encore ranger ces prophètes dans deux sous-groupes :

A.   Les prophètes pré-exiliques (d’Amos à Jérémie)

Leur prédication recouvre plusieurs thèmes :

  1. Ils rappellent à Israël sa transgression de la loi de Dieu.
  2. Ils avertissement d’un jugement à venir :
    1. Un jugement local quasi-imminent contre Israël. Les prophètes se basent sur des événements passés qui servent d’avertissements.
    2. Un jugement universel se produisant à l’échelle cosmique contre le monde entier, y compris les non-Juifs.
  3. Ils annoncent le salut : Dieu est fidèle à son alliance et sauvera donc un reste fidèle de son peuple dont il fera vraiment son peuple. Il rétablira le peuple de l’alliance dans son héritage et l’univers tout entier dans un état glorieux jamais connu depuis la chute.
  4. Ils portent un message aux nations : Dieu prononce de nombreuses critiques contre elles. Dieu annonce qu’il rendra justice en jugeant les nations. Parallèlement, pour établir son Royaume, il écrasera toute rébellion et les peuples qui se seront opposés à son peuple.

Le rôle de ces prophètes, c’est d’interpréter l’échec d’Israël et de projeter l’espérance de la réalisation du royaume de Dieu.

B.   Les prophètes de l’exil et de la restauration, pendant et après l’exil (d’Ézéchiel à Malachie)

Le rôle de ces prophètes est d’interpréter l’impossibilité du rétablissement du royaume de Dieu lors du retour d’exil et d’annoncer l’intervention de Dieu qui établira lui-même son Royaume.

Ezéchiel et Daniel sont exilés à Babylone. Aggée, Zacharie et Malachie font partie de la communauté reconstituée et revenue de Babylone. Le contenu de leur message, c’est l’ensemble des actions universelles et définitives que Dieu va accomplir : son salut et son jugement.

Ils développent ce qu’on appelle l’apocalyptique, une nouvelle façon d’exprimer l’espérance à venir à l’aide de symboles énigmatiques et d’images étonnantes. Le grand thème de l’apocalyptique, c’est l’achèvement des temps actuels en même temps que l’inauguration d’une nouvelle période : l’établissement définitif du Royaume de Dieu. Celui-ci se fera non pas par une réforme politique mais par un bouleversement radical de l’ordre de la Création toute entière.

Dans cette étape du Royaume, les prophètes reprennent les éléments et les structures du royaume révélé de l’histoire d’Israël avant l’exil sans aucune de ses faiblesses pour proclamer et décrire le royaume de Dieu à venir.

Ils annoncent une nouvelle vision du Royaume (sans déclin) qui comportera tous les éléments et structures du royaume historique (avant l’exil) qui seront renouvelés dans les derniers jours quand Dieu agira :

  1. Il est question d’une nouvelle captivité (babylonienne) à cause du péché d’Israël, de sa transgression de l’alliance.
  2. Qui dit nouvelle captivité, dit nouvel exode, une nouvelle délivrance.
  3. Il y aura aussi une nouvelle alliance différente de toutes les autres. Elle sera inconditionnelle et l’alliance de grâce.
  4. Il y aura également une nouvelle nation grâce au retour auprès de Dieu d’un peuple renouvelé, un reste fidèle avec un cœur changé qui sera établi dans le pays promis. Sion sera reconstruite sous le signe du nouveau David et les nations seront bénies.
  5. Il y aura une nouvelle Création : des nouveaux cieux et une nouvelle terre (És 65,17-21) et une nouvelle Jérusalem. Ce nouveau royaume sera bâti sur le modèle du royaume d’Éden et du royaume de Canaan. Là où il n’y avait auparavant que ruine et désolation, il y aura un nouvel Éden (És 51,3, Éz 36,33-36).

La restauration du royaume de Juda en 538 avant J.-C. est un accomplissement partiel de ces prophéties. C’est un pâle aperçu de l’espérance à venir. Les ingrédients essentiels sont présents mais ils n’arrivent à pas à la cheville de la gloire ancienne d’Israël. En effet, il n’y a plus de roi puissant semblable à David ou Salomon, plus de temple aussi majestueux que le temple de Salomon ni de prospérité ou de richesse semblables à celles du royaume sous les règnes de David et Salomon. De plus, peu après, Israël vivra constamment sous l’oppression de nations étrangères (la Grèce, Rome).

On en conclut que le grand jour espéré n’est pas encore arrivé lors du retour d’exil de Babylone et qu’il viendra donc dans l’avenir. À ce stade de l’histoire, Israël attend encore la consolation à venir.


Illustration de couverture : Willem Drost, La vision de Daniel, huile sur toile, 1650 (Berlin, Gemäldegalerie).

Laurent Dang-Vu

Etudiant en maths/info, passionné par la théologie biblique qui me permet d'admirer la beauté et la cohérence de la Bible comme une seule grande histoire, par l'apologétique culturelle (l'analyse d'oeuvres culturelles, films/jeux/anime/littérature à la lumière de la foi) et par la philosophie thomiste pour ses riches apports en apologétique.

sur le même sujet

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *