Cantique de Marie — Bénédict Pictet
29 novembre 2021

Lorsque la mère de notre Seigneur et Dieu Jésus-Christ apprit la grâce qui lui fut faite d’accueillir en son sein l’espérance d’Israël, saisie par l’Esprit, elle proclama à Élisabeth ce qu’on appela ensuite le Magnificat ou Cantique de Marie. En voici une versification par Bénédict Pictet (1655-1724), pasteur et théologien réformé.


Mon cœur, rempli des biens que Dieu m’envoie,
Ne peut cacher les transports de sa joie ;
Mon âme loue et bénit le Seigneur,
Et mon esprit s’égaie en mon Sauveur.

Le Dieu vivant, malgré ma petitesse,
Ma pauvreté, mon néant, ma bassesse,
A bien voulu sur moi jeter les yeux,
Et rend mon sort à jamais glorieux.

Heureux celui qui le craint et l’adore,
Qui, son secours, avec ardeur implore !
Tous ceux qui font sa sainte volonté,
De siècle en siècle, éprouvent sa bonté.

Les orgueilleux poursuivent leurs pensées,
Mais Dieu les a bien vite renversées.
Il humilie et dompte leur fierté,
Et les punit de leur impiété.

Il enrichit les pauvres qui le craignent,
Il les entend aussitôt qu’ils se plaignent,
Il les nourrit quand ils sont affamés,
Il les soutient lorsqu’ils sont opprimés.

Son peuple élu, qu’il aime avec tendresse,
Voit du Seigneur s’accomplir la promesse ;
Dieu le défend contre ses ennemis,
Et donne enfin le Rédempteur promis.


Illustration : Rembrandt, La Sainte Famille, détail, 1645.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.