Théologie

Hors de l’Église, point de salut – Jean Calvin

Mon intention, maintenant, est de parler de l’Église visible. Apprenons du seul titre de« mère» combien la connaître nous est utile, voire indispensable. Il est impossible d’entrer dans la vie éternelle, sans avoir été conçus dans le sein de cette mère, mis au monde, allaité et, enfin, sans avoir été guidé et gouverné par elle jusqu’à ce qu’ayant dépouillé notre chair mortelle, nous soyons semblables aux anges (Matthieu 22.30). À cause de notre faiblesse, nous devons rester à son école et être des disciples tout au long de notre vie.

Il faut remarquer aussi qu’en dehors du giron de cette Église, on ne peut pas espérer la rémission des péchés, ni le salut, comme en témoignent Ésaïe et Joël (Ésaïe 37.32; Joël2.32), avec lesquels Ézéchiel s’accorde pour dire que ceux que Dieu veut écarter de la vie céleste « ne seront pas inscrits sur les listes de la maison d’Israël» (Ézéchiel 13.9). À l’inverse, il est dit que ceux qui se convertiront pour servir Dieu et la vraie foi viendront s’enrôler parmi les citoyens de Jérusalem (Ésaïe 56.5; Psaumes 87.5-6) Pour la même raison, il est dit dans un autre psaume:« Éternel! souviens-toi de moi dans ta faveur pour ton peuple! Interviens pour moi par ton salut, afin que j’arrête ma vue sur le bonheur de tes élus, que je me réjouisse de la joie de ta nation, et que je me félicite avec ton héritage! » (Psaumes 106.4-5). Par ces mots, la faveur paternelle de Dieu et le témoignage spécial de la vie spirituelle sont limités au troupeau de Dieu, afin que nous soyons avertis qu’il est catastrophique et même mortel de s’écarter ou de se séparer de l’Église.

IRC, IV, I, 4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *