"L'Éternel circoncira ton coeur et celui de ta descendance"
11 avril 2020

Dans ma lecture quotidienne de la Bible, je suis arrivé hier à la section magistrale où l’alliance mosaïque est réaffirmée pour la deuxième génération. En effet, en Deutéronome, la génération qui est sortie d’Égypte a péri dans le désert par incrédulité. Il convient donc que la nouvelle génération, celle qui entrera dans le pays promis, soit raffermie dans l’alliance et en entende à nouveau les termes, les bénédictions et les malédictions.

Au milieu des bénédictions de l’alliance se trouve cette merveilleuse promesse :

“L’Éternel, ton Dieu, circoncira ton coeur et le coeur de ta descendance, pour que tu aimes l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur et de toute ton âme afin que tu vives.” (Deutéronome 30:6).

Ce passage est instructif à deux égards, et les lecteurs habitués du blog voient surement où je veux en venir.

  1. Ce passage permet d’affirmer sans ambiguïté la nature spirituelle de l’Ancienne Alliance. En effet, elle ne comporte pas que des bénédictions physiques et Dieu ne cesse de répéter que la circoncision de la chair ne prend sens qu’en tant qu’elle signifie la circoncision du coeur (Jérémie 4:4). Par ailleurs, si quelqu’un doutait encore de ce que peut être cette circoncision du coeur, le texte précise que celle-ci a pour but l’amour pour Dieu. L’amour pour Dieu est le résumé de toute la loi. Que promet la Nouvelle Alliance en Jérémie 31 si ce n’est d’écrire cette loi dans nos coeurs pour que nous ne nous en éloignons pas ? La continuité de substance (c’est-à-dire de contenu des promesses) n’est-elle pas évidente ?
  2. Le passage affirme aussi clairement que les enfants sont concernés par cette promesse spirituelle. Bien sûr, ces promesses sont conditionnelles aux termes de l’alliance. Et, ainsi, tous les fils d’Israël n’ont pas été circoncis de cœur bien qu’ils le soient de chair, d’où les reproches prophétiques (Jérémie 4:4). Mais questionnons-nous : serait-il possible que Dieu soit moins généreux avec nos enfants dans la Nouvelle Alliance que dans l’Ancienne ? Avons-nous des raisons de le penser ? Où Dieu a-t-il indiqué que désormais cette promesse prenait fin ? Si les Juifs devaient appliquer la circoncision de la chair à leurs enfants en signe de cette promesse concernant la circoncision du cœur, qu’est-ce qui symbolise aujourd’hui la promesse de la circoncision du cœur, la régénération, la conversion et la repentance ?

Il me semble qu’on doit faire beaucoup de gymnastique intellectuelle pour éviter l’évidente conclusion que l’Ancienne Alliance était très préoccupée par les choses spirituelles et que la circoncision avait un sens spirituel (Romains 4:11, Jérémie 4:4). Plus encore, nous voyons que c’est dans le cadre de cette alliance que ces bénédictions spirituelles étaient promises. Toute théologie des alliances qui prétend que l’Ancienne Alliance était avant tout terrestre semble avoir un sérieux biais.

J’ai suggéré plus haut que cette promesse devait être encore valide sous la Nouvelle Alliance. C’est en réalité ce que le texte de Deutéronome 30 semble indiquer. En effet, cette promesse ne vient pas n’importe où : elle intervient précisément dans une section où Dieu parle de la situation où Israël aura désobéi et se retrouvera en exil (30:1). Dieu annonce alors le retour d’exil suite à la repentance du peuple (30:2-5) et promet de circoncire leur cœur et celui de leur descendance (30:6). Or, comme nous l’avions observé dans un autre article, la Nouvelle Alliance est aussi annoncée par les prophètes dans ce même contexte de retour d’exil. Autrement dit, il semble que l’Ancienne Alliance nous parle de la façon dont Dieu va bénir son peuple et ses enfants, par la régénération, en particulier par l’établissement d’une Nouvelle Alliance. Dès Deutéronome 30, la Nouvelle Alliance est annoncée avec la formule en oïkos (c’est-à-dire “toi et ta maison“). Comment, dès lors, prétendre que les enfants ne sont pas concernés par les promesses de la Nouvelle Alliance ?

>> Cet article peut vous intéresser : Baptême et circoncision.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine en 4ème année (FASM1) à la Faculté de Médecine et Maïeutique de l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas D'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde avec laquelle il vit sur Lille.

sur le même sujet

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Toutes choses nouvelles - Par la foi - […] qui viennent d’avoir ou vont prochainement accueillir un enfant. Confiants dans les promesses que nous avons reçues, nous rendons…
  2. Que faire des enfants qui font du bruit au culte ? Le principe communautaire - Par la foi - […] nous considérons que les enfants sont dans l’Église en vertu des promesses de Dieu et que le culte public,…
  3. "Vos enfants sont saints", c'est-à-dire ? - Par la foi - […] NdE : Prions aussi en se fondant sur la promesse de Deutéronome 30:6.[↩] […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *