Dieu est-il juste s'il aime plus certains hommes ?
30 janvier 2018

La prédestination et en particulier l’élection nous enseignent que Dieu aime d’une façon particulière certaines personnes appelées enfants de Dieu, élus, brebis, amis du Christ, sanctifiés, saints, etc.

Mais si Dieu aime plus ces personnes avant même qu’elles soient nées et aient fait le bien ou le mal, n’est-il pas injuste ?

La vraie justice

Ce qui est présupposé par cette question, c’est que la justice serait que Dieu aime tout homme de façon égale et donc ne choisisse personne. Mais ce présupposé est totalement faux. Il confond être juste et être équitable. Et, surtout, il oublie qui Dieu est et qui nous sommes.

Nous sommes créatures de Dieu, en tant que propriétaire, il a tout droit sur notre vie. Cela est plus dur à concevoir pour nous qui ne vivons plus en monarchie puissante, avec un roi qui a droit de vie ou de mort sur ses sujets. Mais Dieu a tous les droits sur nous.

Deuxièmement, nous ne sommes pas seulement des créatures devant un Créateur infini, nous sommes des pécheurs devant un Juge saint. En raison de la gravité de notre péché, Dieu peut nous condamner éternellement aux plus dures souffrances. Si vous faites appel à la justice, reconnaissez ceci : la justice serait que vous mouriez à l’instant et alliez en enfer. Dieu ne vous doit rien. Si vous êtes encore en vie, c’est que Dieu est patient et si un pécheur est sauvé, ce n’est pas par justice ou équité mais uniquement par grâce. La condamnation de l’alliance brisée étant tombée sur le Serviteur Souffrant, Jésus le Christ.

Un amour universel

Poursuivons en rappelant que les réformés, qui confessent leur foi en l’élection, ne disent pas que Dieu n’a aucun amour envers les autres hommes (ceux qui ne sont pas élus). Il leur donne la vie, la nourriture, les joies (Actes 17:28, 14:17). Il fait pleuvoir sur eux autant que sur les élus et fait lever son soleil sur eux (Matthieu 5:45). Il les retient de pécher contre lui par une action spécifique (Genèse 19) ou par les magistrats par lesquels il permet que le chaos ne règne pas sur la terre (Romains 13). Il leur a donné une raison et des capacités pour faire des découvertes magnifiques, il leur proclame sa gloire par la nature  (Psaume 19, Romains 1). Enfin, il envoie ses serviteurs par toute la terre pour annoncer l’Evangile.

Si les hommes utilisent constamment ces dons d’une mauvaise façon en raison de leur coeur dépravé et orienté constamment vers le mal (Genèse 6:5, 8:21), les rendant incapables de toutes les oeuvres bonnes (Tite 1:16) et de la foi (Jean 12:39), cela ne doit pas être blâmé sur Dieu mais sur la dureté de leur coeur en se souvenant que Dieu n’est pas obligé de leur donner la foi (Eph 2:8), ni la repentance (2 Tim 2:25) mais qu’il fait ce qu’il veut de ses dons (Matthieu 20:15).

Un amour particulier

En plus de cet amour général qui est déjà immérité, Dieu manifeste sa bonté en aimant de façon toute particulière des hommes qu’il prédestine à être conforme à Jésus Christ (Romains 8:29), à célébrer éternellement sa gloire (Eph 1:11,12), ayant fait d’eux des vases de miséricorde préparés d’avance pour la gloire par ce Divin Potier (Romains 9:23).

Qui dira que cet amour est injuste ? Dieu ne doit rien à personne ! N’est il pas “libre de faire de sa grâce ce qu’il veut ?” (Matthieu 20:15). N’est-il pas libre de “faire un vase destiné à l’honneur et un autre destiné au mépris” (Romains 9:21) ? N’est-il pas libre de “faire miséricorde à qui il veut et d’endurcir qui il veut” (Romains 9:18) ? Va-t-on blâmer le mari qui aime sa femme plus que les autres femmes ? Et pourtant, Dieu s’est choisi un peuple, une épouse, qu’il aime de façon tout aussi particulière qu’un homme aime sa femme. C’est un amour allianciel, éternel, infini, immérité et particulier.

Conclusion

Cessons donc de questionner Dieu sur sa justice alors que nous méritons la mort et qu’il nous donne la grâce ! “Voyons le miracle et louons son Nom, au lieu de prendre sa grâce pour vaine” (Shai Linne, Election, Lyrical Theology Part 1 : Theology). Méditons sur cette vérité plutôt que de la rejeter là où elle est si clairement exprimée dans la Parole. Méditons sur qui Dieu est, tel qu’il s’est révélé dans sa Parole et ne nous imaginons pas un Dieu tel que nous voudrions qu’il soit. Après tout, l’idolâtrie n’est-elle pas exactement cela ? Se faire un dieu selon notre imagination. Il est normal que le Dieu biblique nous impressionne, nous questionne et finalement renverse les idées que nous avions pour renouveler notre intelligence. Il s’agit du vrai Dieu, qui doit être connu par sa Parole et non par les conceptions modernes de la justice. Souvenons-nous de qui Dieu est et de qui nous sommes. “Notre Dieu est au ciel, il fait tout ce qu’il veut” (Psaume 115:3).

Cet article peut vous intéresser : Dieu aime-t-il tout le monde de la même manière ?

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

2 Commentaires

  1. fernand montplaisir

    Le problème avec la théologie de l’élection arbitraire de Dieu qui choisit un et ne choisit pas l’autre, n’est pas que Dieu n’aurait pas le droit de faire cela, c’est qu’Il a dit clairement que ce n’est pas cela qu’il a voulu faire. Et Il le dit de façon on ne peut plus claire en disant qu’Il veut que tout les hommes soient sauvés et que tous arrivent à la repentance. Qu’il était mort pour tous en disant si Christ est mort pour tous, tous donc sont mort. Le tous qui affirme ici que tous sont mort sans exception, et je ne vois pas comment le tous pour lesquels il dit être mort ne serait pas aussi tous sans exception. 1 Jean 2:2 Il est lui–même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. Dieu a choisit d’élire tous ceux qui accepteraient de croire en son fils. Il pouvait le faire car les ayant connu d’avance il pouvait savoir qui croiraient et il en a fait ses élus. Selon ce que dit aussi les écritures, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi.
    La question n’est donc pas de savoir si Dieu est juste ou pas en choisissant certains pour le salut et en refusant ce salut à d’autres. La question c’est que Dieu dit clairement qu’il veut le salut de tous et il ne peut se contredire en disant je veux le salut de quelques élus seulement et aussi le salut de tous. C’est un principe de base de l’interprétation de la bible. C’est à dire Dieu ne se contredit pas, vérifions plutôt notre interprétation de l’élection lorsque nous avons une théologie qui fait Dieu se contredire.

    Réponse
    • Maxime Georgel

      Bonjour,
      Oui, Dieu a dit ces choses, mais il a aussi dit sans aucune ambiguïté que Dieu élisait des gens. Si vous trouvez cela contradictoire, ce n’est pas une raison pour changer le sens de la Bible.
      Christ est-il mort pour tous ? Oui. Et pourtant la Bible nous parle aussi de sa mort “pour ses brebis, etc.”; voilà ce que j’en conclut : Christ est mort dans le but de sauver ses élus et uniquement eux mais pour ce faire il a du prendre les péchés du monde.
      Dieu veut-il que tous les hommes soient sauvés ? Oui certes, il ne prend pas plaisir à la perdition d’une personne. Ce qui n’empêche pas qu’il ne donne pas la repentance à tous, selon ce qui est écrit : “dans l’espoir que Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité” (2 Tim 2:23).
      Pour ce qui est du verset qui dit « tous donc sont morts » il est question d’être mort au péché « afin de vivre pour Dieu » dans le contexte, donc il ne peut évidemment pas s’agir de tout le monde.
      Autre chose, beaucoup de textes sur la mort de Christ sont mal compris, j’y reviendrai dans un article. On oublie souvent que quand il est dit « non pour nous mais pour le monde » il est question de « non des juifs mais aussi des païens ».
      Pour ce qui est de votre théorie de l’élection “inutile” (car à quoi bon choisir quelqu’un qui allait déjà choisir ? C’est faire dépendre le choix de Dieu de celui de l’homme), j’ai déjà répondu ici : https://parlafoiblog.wordpress.com/2018/01/25/dieu-a-t-il-predestine-sur-la-base-de-ce-quil-a-vu-davance/
      Finalement, il est injuste de dire que l’élection est arbitraire. Ce n’est pas parce qu’elle ne dépend pas de l’homme qu’elle est arbitraire. Dieu a ses raisons et il est plus sage que nous, cessons de vouloir le faire rentrer dans nos esprits limités.
      Je vous laisse avec ce témoignage de Timothée qui, lui aussi pendant un temps voulait faire rentrer Dieu dans sa tête en changeant le sens des versets quand il croyait y voir une contradiction :
      http://leboncombat.fr/confessions-ex-arminien/

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *