Comment Dieu endurcit-il les coeurs ? – Thomas D'Aquin
12 février 2018

“Cependant il me semble qu’il faut ici comprendre quelque chose de plus, à savoir que par une sorte de stimulation intérieure les hommes sont mus par Dieu vers le bien ou vers le mal. C’est ainsi qu’Augustin dit, dans son livre De la grâce et du libre arbitre, que Dieu opère dans le cœur des hommes pour incliner leur volonté selon ce qu’il veut, soit au bien en vertu de sa miséricorde, soit au mal à cause de leurs mérites. […]
Mais différente est sa manière de susciter en vue du bien et en vue du mal. Car, en vue du bien, Dieu incline la volonté des hommes directement et par lui-même, en tant qu’acteur du bien; mais en vue du mal, on dit que Dieu incline ou suscite les hommes occasionnellement, c’est-à-dire en tant qu’il propose à l’homme, soit intérieurement, soit extérieurement, quelque chose qui, dans la mesure où cela dépend de Dieu, le porte au bien; mais l’homme à cause de sa malice en use avec perversité en vue du mal. […]
De même aussi, Dieu, dans la mesure où cela dépend de lui, stimule l’homme au bien : par exemple, un roi à défendre les intérêts de son royaume, ou à punir les rebelles. Mais l’homme mauvais abuse de cette bonne stimulation selon la malice de son cœur.”
Commentaire de Thomas d’Aquin sur Romains 9

Thomas dit en d’autres termes ce que nous disions dans cet article. À savoir que quand Dieu veut incliner un homme au bien, il doit intervenir directement par une activité créatrice en lui. Car dans l’homme naturel ne se trouve naturellement aucun bien, si ce n’est celui que Dieu vient y mettre. Par contre, quand Dieu veut incliner un homme au mal, l’endurcir, il n’a pas besoin de créer du mal dans le coeur de cet homme, il a simplement à lui proposer “une bonne stimulation” comme dit D’Aquin, et la dépravation du coeur de l’homme va nécessairement abuser de cela “avec perversité en vue du mal”.

Ainsi, pour endurcir Pharaon, Dieu n’avait qu’à demander à celui-ci d’obéir à sa voix et à laisser Pharaon à son propre coeur. Car le coeur humain laissé à lui-même s’endurcit nécessairement. Dieu le livre à lui-même (Rom 1:28), selon ce qu’il a décidé (“j’endurcirai le coeur de Pharaon”).

C’est en raison de cette dépravation et inclinaison naturelle du coeur que Dieu doit régénérer un homme pour le rendre capable de croire et d’obéir à l’Evangile. D’Aquin s’accorde ici avec la tradition réformée :

1. De toute éternité et selon le très sage et saint conseil de sa propre volonté, Dieu a librement et immuablement ordonné tout ce qui arrive (Ep 1.11; Rm 11.33; Hé 6.17; Rm 9.15,18); de telle manière, cependant, que Dieu n’est pas l’auteur du péché (Jc 1.13,17; 1 Jn 1.5), qu’il ne fait pas violence à la volonté des créatures, et que leur liberté ou la contingence des causes secondes sont bien plutôt établies qu’exclues (Ac 2.23; Mt 17.12; Ac 4.27,28; Jn 19.11; Pr 16.33).

Confession de foi de Westminster

Ces articles peuvent vous intéresser :
La prédestination selon Thomas D’Aquin

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à l'Université Catholique de Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leur petit Thomas.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. L’endurcissement de Pharaon selon Augustin. – PAR LA FOI - […] Cet article peut vous intéresser : Comment Dieu endurcit-il les coeurs ? – Thomas D’Aquin […]
  2. Comment Dieu endurcit-il les pécheurs ? – Pierre Lombard – PAR LA FOI - […] > Lisez : Comment Dieu endurcit-il les coeurs ? – Thomas D’Aquin […]
  3. Le De Patientia de saint Augustin – Par la foi - […] 21., cf. aussi Augustin, Thomas d’Aquin, Pierre Lombard sur […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *