La doctrine de Dieu (1) : le monothéisme – Zacharias Ursinus
19 avril 2018

Zacharias Ursinus est le rédacteur principal du catéchisme de Heidelberg dont nous avons rapporté l’histoire ici. Nous avons pensé utile de faire découvrir au public français comment celui-ci définissait la doctrine de Dieu et nous commençons aujourd’hui avec le monothéisme, tel qu’il le définit dans son commentaire du catéchisme de Heidelberg. Certains arguments sont philosophiques et ne pourront donc pas être compris par le lecteur qui n’est pas habitué à lire de la théologie dite naturelle ou de la philosophie. Notre blog se donne aussi pour mission de vulgariser à l’avenir de telles notions. Par exemple, la plupart des preuves sur l’unité de Dieu dérive de la définition de Anselme « Dieu est tel que rien de plus grand ne peut être conçu » et la définition des philosophes grecs « Dieu est la cause première de toutes choses » ou encore « Dieu est parfait » ou encore « Dieu est le bien suprême ». Ainsi, Dieu doit être compris comme synonyme de ces choses ici pour comprendre les arguments.

Nous avons commencé dans cet article à expliquer ce qu’est la simplicité de Dieu et à défendre le fait que Dieu soit tel que rien de plus grand ne peut être conçu.


D’OÙ SAVONS-NOUS QUE DIEU EST UN?

L’unité de Dieu est prouvée, en premier lieu, par le témoignage explicite de l’Écriture. « Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu, est un seul Dieu. » « Vois maintenant que moi aussi je suis, et qu’il n’y a pas de Dieu en dehors de moi. » « Je suis le Premier et le Dernier, et en dehors de moi il n’ y a pas de Dieu. » « Nous savons qu’une idole du monde n’est rien, et qu’il n’y a qu’un seul Dieu. » « Il y a un seul Dieu et un seul Médiateur entre Dieu et les hommes, l’homme Jésus-Christ. » (Dt. 6:4;32:39. Es 44:6.1 Cor. 8:4.1 Tim. 2:5.) Voir aussi Dt. 16:35, Ps. 18:31, Es. 37:16;45:21, Osée 13:4, Mal 2:10, Marc 12:32, Rom. 15:20, Gal. 3:20, etc.

Deuxièmement, l’unité de Dieu peut être prouvée par de nombreux arguments solides, tels que les suivants:

  1. Il n’ y a qu’un seul Dieu – le Dieu que l’Eglise vénère, qui a été révélé par des témoignages aussi incontestables et sûrs, comme des miracles, des prophéties et d’autres œuvres qui ne peuvent être accomplies que par un Être tout-puissant. « Et qui peut se prononcer comme moi ?  » « Parmi les dieux, il n’ y a personne comme toi, Seigneur, et il n’ y a aucune oeuvre semblable à tes oeuvres. » (Es 44,7. Ps 86,8)
  2. Celui qui seul règne sur tous, gouverne toutes choses et possède le pouvoir suprême et la majesté, ne peut être qu’un. Mais il n’y a personne, à part Dieu, qui soit si suprême et si grand, qu’aucun plus grand que Lui ne puisse exister ou être conçu. Par conséquent, il est le seul Dieu, et en dehors de lui, il ne peut y avoir aucun autre Dieu. « Je suis le Seigneur, c’est mon nom, je ne donnerai pas ma gloire à un autre. » « Au Roi éternel, immortel, invisible, l’unique Dieu sage… » « Tu es digne, Seigneur, de recevoir gloire, honneur et puissance, car tu as créé toutes choses. » (Es. 42:8, 1 Tim. 1:17, Apocalypse 4:11.)
  3. Celui qui est parfait au plus haut degré, ne peut être qu’un; car seul celui qui possède le tout et toutes les parties est absolument parfait. Ainsi Dieu, est donc parfait, parce qu’il est la cause de tout ce qui est bon dans la nature. Par conséquent, rien n’est plus absurde que de supposer que quelqu’un soit Dieu, qui n’est pas suprême et parfait, au plus haut degré. « Seigneur, qui te ressemble? » (Ps. 89:8.)
  4. Il ne peut y avoir plus d’un être omnipotent, car s’il y en avait plusieurs, ils s’entraveraient et s’opposeraient mutuellement, et ne seraient donc pas omnipotents. C’est par cet argument que la monarchie du monde est attribuée à un seul Dieu dans la prophétie de Daniel, où il est dit : « Nul ne peut rester la main ou résister à sa volonté ». (Dan. 4:35.)
  5. Si nous supposons que beaucoup de dieux existent, aucun d’entre eux ne serait capable de dominer seul et individuellement tout le reste, et ainsi tous seraient imparfaits, et non des dieux. Mais il est absurde de supposer que Dieu est un Dieu qui n’a pas la puissance suffisante pour gouverner toutes choses. Il n’y a donc nécessairement qu’un seul Dieu, qui seul est suffisant pour toutes choses.
  6. Il ne peut y avoir plus d’un être qui est infini, ou immense; car s’il y en avait plus d’un, personne ne serait omniprésent. Par conséquent, il ne peut pas y avoir plusieurs Dieux, mais seulement un seul Dieu, qui seul est infini.
  7. Il ne peut y avoir qu’une seule cause première de tout. Dieu est la cause première. Il est donc un seul Dieu, excluant tous les autres.
  8. Le bien le plus élevé ne peut être qu’un; car s’il y avait en outre un autre bien le plus élevé, il serait soit supérieur ou inférieur, soit égal au premier. Mais s’il était plus grand, le premier ne serait pas le plus élevé, et pourtant ce serait Dieu, ce qui revient à rendre imparfaite la Déité; s’il était inférieur, ce ne serait pas le plus grand bien, et ainsi ne serait pas Dieu; et s’il était égal, alors il ne serait ni le plus grand bien, ni Dieu (note : car ces 2 choses égales existeraient au sein de quelque chose de plus grand qu’elles).

L’utilité de cette question, c’est qu’en voyant qu’il n’y a qu’un seul Dieu, nous ne devons pas adorer quelqu’un en dehors de lui; nous ne devons regarder nulle part ailleurs qu’à ce Dieu unique pour toutes les bonnes choses; et lui être reconnaissants seul pour ce que nous avons reçu.

Objection. Mais les Écritures déclarent qu’il y a plusieurs dieux : « J’ai dit, vous êtes des dieux. » « Il y a beaucoup de dieux et de seigneurs. » (Ps. 82:6,1 Corinthiens 8:5.) Moïse aurait aussi été fait dieu à Pharaon. (Ex. 7:1.) Le diable est appelé le dieu de ce monde. (2 Corinthiens 4:4.)

Réponse. Le mot Dieu est utilisé dans un double sens. Parfois, il désigne celui qui est Dieu par nature, et qui tient son être de personne, mais de lui-même. Un tel être est le Dieu vivant et vrai. Mais d’autres fois il désigne ceux qui ont une certaine ressemblance avec le vrai Dieu dans leur dignité ou leur fonction, etc. Ces personnes sont,

  1. Les magistrats et les juges, qui sont appelés dieux en raison de leur dignité, et de la fonction qu’ils exercent au nom de Dieu, comme il est dit: « Par moi règnent les rois. » (Prov. 8:15.) Ainsi donc, puisque Dieu administre son gouvernement par l’intermédiaire des magistrats et des juges, de même que ses vice-régents et ses serviteurs sur la terre, de même il leur accorde l’honneur de son propre nom en les appelant dieux, afin que ceux qui sont sous leur domination sachent qu’ils ont affaire à Dieu lui-même, quand ils obéissent ou résistent au magistrat, selon ce qu’il est dit : « Quiconque résiste au magistrat, résiste à l’ordre de Dieu.” (Rom. 13:2.)
  2. Les anges sont aussi appelés dieux, en raison de la dignité et de l’excellence de leur nature, de leur pouvoir et de leur sagesse, dans lesquels ils dépassent grandement les autres créatures; et en raison de la fonction qu’ils exercent par décret divin pour défendre les pieux et punir les méchants. « Tu l’as rendu un peu inférieur aux dieux », c’est-à-dire aux anges. « Ne sont-ils pas tous des esprits serviteurs? » (Ps. 8:5. Héb. 1:14.)
  3. Le diable est appelé le dieu de ce monde, à cause de la grande puissance qu’il a sur les hommes et les autres créatures, selon le juste jugement de Dieu.
  4. Il y a beaucoup de choses qui sont appelées dieux par les hommes, qui considèrent et adorent certaines choses et créatures pour des dieux. Les idoles sont donc appelées dieux, par imitation. « Les dieux qui n’ont pas fait les cieux et la terre, ils périront de la terre et de sous ces cieux. » « Ceux dont le dieu est leur ventre. » (Jér. 10:11. Phil. 3:19.)

Mais la question que nous nous posions ici est en référence au vrai Dieu – à celui qui est Dieu par nature, tenant sa puissance de personne d’autre, mais de et par lui-même. Un tel être est unique.

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

2 Commentaires

  1. ladangvu

    Cool ts ces arguments contre le polythéisme. Très souvent les dieux sont des super humains soumis soit au hasard ou au destin, et les dieux ne peuvent pas résoudre le problème de l’un et du multiple (ils ne donnent que la pluralité et pas d’unicité)

    Réponse
    • Maxime Georgel

      Je n’ai pas encore beaucoup lu sur ce problème de l’un et du multiple.

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. La doctrine de Dieu (2) : Les catégories trinitaires – Zacharias Ursinus – PAR LA FOI - […] doctrine de Dieu et nous poursuivons aujourd’hui avec la Trinité. Comme nous le disions dans le premier article de…
  2. Du Dieu Unique [Q24-25 Heidelberg] – Par la foi - […] aussi : 1) le monothéisme – Ursinus2) Les catégories trinitaires – […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.