Pourquoi ai-je quitté le catholicisme ?
5 juillet 2018

Je n’ai jamais été catholique romain, ce n’est donc pas de moi qu’il s’agit dans cet article. Par contre, j’ai rencontré un homme que j’admire beaucoup pour son érudition, en particulier en philosophie (thomisme) et en histoire de l’Église. Ce fut une belle surprise quand j’ai appris qu’il avait été catholique romain. Cet homme est Peter J. Escalante, auteur sur The Calvinist International, un forum dont il est le co-fondateur. Il a obtenu son Master en philosophie de l’école dominicaine de philosophie et de théologie de Berkley. Il est le directeur de Wenden House qui enseigne la rhétorique et l’histoire de l’architecture et de l’art. Il est aussi impliqué dans l’Institut Davenant, membre des thomistes réformés et co-auteur d’un livre sur l’Église en Orient et d’un essai sur la création, la rédemption et le néo-calvinisme. (Il est, par ailleurs, porteur d’une magnifique moustache.)

Apprenant donc cela, je lui ai demandé dans un conversation privée les raisons principales qui l’ont poussé à quitter le catholicisme, puisque, comme je l’ai dit ailleurs, c’est une question qui me préoccupait beaucoup. Mr Escalante n’est pas tellement fan des témoignages de conversion, il ne s’agit donc pas d’un tel témoignage. Et, puisque nous avions peu de temps, il n’a pas détaillé les raisons mais s’est contenté de les lister, je me suis dit qu’elles pouvaient intéresser plus d’un lecteur. Les voici donc :

  1. Les prétentions de la papauté me semblaient intenables d’un point de vue historique, et c’est effectivement ce qu’elles se sont révélées être.
  2. La Messe et l’Eucharistie me semblaient être une mutation radicale par rapport aux fêtes d’agapé du christianisme primitif, et c’est ce qu’elles se sont révélées être.
  3. Le schéma nature/grace de Rome, tel qu’il a été élaboré pratiquement dans la distinction entre préceptes et conseils évangéliques (la vie « parfaite ») m’a semblé non biblique et véritablement abominable.
  4. Le culte des saints était de façon évidente une forme de polythéisme sur le plan pratique.
  5. L’histoire de l’Église et l’étude des pères en général.

Je suis conscient que cela pose plus de questions qu’autre chose. Mais au moins un défi lancé par un ami catholique a été relevé : il est possible de trouver une personne ayant creusé la question sous le plan philosophique et historique et ayant quitté le catholicisme suite à cela. Cela peut paraître étonnant, mais on m’a déjà dit qu’on ne pouvait pas trouver de telles personnes, comme le montre le post Twitter en en-tête de l’article. Défi relevé !

Maxime Georgel

Maxime est étudiant en médecine à Lille. Fondateur du blog Parlafoi.fr, il se passionne pour la théologie systématique, l'histoire du dogme et la philosophie réaliste. Vous entendrez souvent dans sa bouche "Thomas d'Aquin", "Jean Calvin" et "Vive la scolastique". Il affirme être marié à la meilleure épouse du monde. Ils vivent ensemble sur Lille avec leurs deux enfants et sont moniteurs de la méthode Billings.

3 Commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.