Les Pieds sur terre, les yeux vers le Ciel – Randy Alcorn – Recension
28 janvier 2020

Recension de « Les pieds sur terre, les yeux vers le ciel » de Randy Alcorn, publié chez BLF éditions. Ce livre m’a été offert en échange d’une recension honnête.


Il arrive très souvent lorsque nous discutons entre frères et soeurs au sujet de la vie future, de retrouver l’idée que ce sera une vie désincarnée et tellement spirituelle qu’il lui manquera les joies de la matière. Ainsi nous parlons du fait que « nous chanterons éternellement pour Jésus » à la grande angoisse de ceux qui n’aiment pas chanter. Mark Twain (athée) en a même fait cet aphorisme féroce:

Allez au Ciel si ça vous chante. Pour ma part, je préfère les Bermudes.

Randy Alcorn est parti d’une expérience semblable. Le mieux est encore de citer le livre:

Un pasteur m’a un jour confessé ceci:
-Quand je pense au ciel, ça me déprime. Après ma mort, je préfèrerais cesser d’exister, tout simplement!
-Pourquoi donc? lui ai-je demandé.
-Je ne supporte pas l’idée de vivre dans cet interminable ennui. Savoir que nous flotterons au-dessus des nuages sans rien faire, juste à jouer de la harpe… tout cela me paraît affreusement ennuyeux! Le ciel n’a pas l’air franchement meilleur que l’enfer. Je préfèrerais ne plus exister plutôt que de passer l’éternité dans un tel endroit.

Il s’est mis donc à écrire un livre, où il exhorte le lecteur à espérer le ciel, mettant en avant les versets bibliques qui montrent à quel point la vie à venir sera réellement meilleure -même dans ses élements matériels- que celle-ci.

Et pour peu que l’on comprenne bien qu’il s’agit d’une exhortation, et non pas d’un traité systématique, c’est réussi.

Composition du livre

Le livre est décomposé en cinq parties:

  1. Le ciel actuel: Où nous allons après notre mort, mais avant la résurrection. Serons-nous conscient, verrons nous nos proches etc?
  2. Le ciel éternel: Ce qu’il est et ce que l’on peut en connaître.
  3. La vie sur la nouvelle terre: Notre vie dans l’éternité, qui est de loin la plus grosse partie du livre. Il aborde volontairement les petits détails quotidiens (nourriture, boisson, animaux de compagnie, sommeil…) pour montrer que notre vie éternelle vaudra la peine d’être vécue.
  4. Pouvez vous savoir si vous irez au ciel? Une partie très courte qui sert principalement de transition entre la 3 et la 5.
  5. Les promesses de Dieu concernant le ciel aborde la certitude ou le degré de confiance que l’on peut mettre dans ce que la Bible enseigne sur ce sujet.

Méthode

Ce livre n’est pas un traité de théologie systématique. Randy Alcorn a plutôt une méthode impressioniste, qui consiste à décrire la vie céleste par une multitude de petites questions et de réponses qui dépasseront rarement deux pages, saturées de citations bibliques.

Pour cette raison, il n’y aura pas de précision scolastique dans les réponses. Mais peu importe, car la cible du livre est le genre de chrétien qu’il cite dans la première page: le simple frère ou soeur qui imagine que la vie à venir sera terne. Ce livre encourage, exhorte, dessine une image colorée et vivante. Une fois que cela est compris, je dois reconnaître qu’il est efficace et bien fait dans ce domaine.

Le danger dans ce genre de sujet est généralement de trop vouloir en dire, et de ne pas respecter les silences de l’écriture. Randy Alcorn ne commet pas cette erreur, et ne s’appuie ni sur des spéculations, ni sur des « visions » qui polluent le sujet. Il ne s’appuie que sur les versets bibliques. Généralement, son exégèse est saine, quoiqu’un peu de pensée systématique aurait été la bienvenue, mais il aurait alors dépassé son but.

Conclusion

« Les pieds sur terre, les yeux vers le ciel » de Randy Alcorn est une exhortation efficace et bien calibrée qui nous encourage à espérer dans la vie éternelle, que le Seigneur nous as promis. Il ne cherche pas tant à enseigner qu’à encourager, et il faut bien avoir compris cela. Cependant, Randy Alcorn a bien réussi à atteindre son but, et ce n’est pas donné à tous les auteurs. Il mérite donc mes encouragements. C’est une belle et bonne exhortation.

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

2 Commentaires

  1. Maxime

    Pour ma part, je pense qu’il tombe un peu parfois dans la spéculation comme nous avons pu le dire dans l’épisode des Cousins Théologiens sur l’espérance chrétienne. Je me souviens en particulier de la question « y aura-t-il des livres au ciel » où sa réponse m’a semblé assez spéculative !

    Réponse
    • Etienne Omnès

      Lol, moi je l’ai trouvé souvent pas assez spéculatif, à ne pas vouloir développer des choses qu’il aurait pu beaucoup plus développer xD (Souvent ce qui était traité dans la Tradition d’ailleurs)

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.