Retrouver la joie de prier – Michael Reeves – Recension
2 juin 2020

Ces dernières années, j’ai immensément lutté dans ma vie de prière. Je pense que j’ai fait toutes les erreurs possibles : la liste de course, la pure habitude, la prescription légaliste… Mais la plus grave d’entre elles est l’absence d’enthousiasme dans la prière, qui m’amenait à prier peu, et mal. Je m’en faisais le reproche ensuite, ce qui ne servait à rien sinon à aggraver le problème. Avec «Retrouver la joie de prier» de Michael Reeves, j’ai enfin trouvé un encouragement efficace qui m’aide réellement à développer ma vie de prière. Michael Reeves est membre du collège d’enseignants de Ligonier Ministries. C’est donc un enseignant que j’approuve particulièrement, et malgré cela il a dépassé mes attentes.

Le traité fait en tout 61 pages. Il peut donc être lu en à peine une heure, voire moins. La grande réussite de l’ouvrage est que ce n’est pas un traité technique approfondi sur le locus de la prière, mais un encouragement débordant d’amour et efficace. Michael Reeves s’adresse à tout le coeur de son lecteur : l’intellect comme le reste.

Chaque chapitre est très court, et l’écriture est très soignée. Une réthorique de cette qualité est rare. Michael Reeves commence par faire remarquer que ne pas bien prier est «normal», dans le sens où nous sommes toujours pécheurs, et notre nature rebelle continue de s’opposer à une vie de prière. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner ou de se «frapper» d’avoir une vie de prière en lambeaux. La prière est une oeuvre qui vient de Dieu le Saint Esprit, qui est opérée par la même personne, qui est portée par Dieu le Fils, et a pour destination Dieu le Saint Esprit. Le message principal du livre est donc au final : « détendez vous, et apprenez à savourer l’acte de prière, car c’est Dieu qui s’en occupe du début à la fin. »

La lourde insistance sur l’aspect trinitaire de la prière est une grande force de ce livre : en plus de rendre concret cet enseignement qui est souvent vu comme trop théorique, Michael Reeves vise juste, et nous donne une immense assurance.

Voici quels changements j’ai apportés dans ma vie de prière suite à cette lecture : j’ai cessé de considérer la prière comme «une activité en plus». Reeves utilise la définition de Jean Calvin: «La prière est le principal exercice de la foi.» De même, on pourrait dire que la respiration et le battement du corps est le principal exercice de la vie corporelle. Bien que je continue d’avoir des moments plus formels, j’ai saisi grâce à Reeves que nous sommes perpétuellement en communion avec Dieu, et donc que tout moment est adapté pour faire monter sa requête à Dieu. De même qu’il n’y a pas besoin de faire un rituel particulier pour parler à sa femme et ses enfants, il n’y a pas besoin d’un rituel particulier pour parler à Dieu. Cela n’exclut pas bien sûr que l’on mette un temps à part avec un rituel à part pour le faire, tout comme il est possible d’organiser un temps à part avec son épouse pour n’être qu’avec elle. Mais il est beaucoup plus facile que je ne le pensais de «prier en tout temps» comme nous le dit l’apôtre. Cette instruction me rendait hautement perplexe depuis des années. J’ai ma réponse.

Je cite Reeves pour une autre idée choc qui change toute ma façon de prier :

La prière consiste donc à s’en remettre à notre Père puissant au lieu d’être livré à une effrayante solitude où tout dépend de nous. La prière c’est l’antithèse de notre autonomie. Elle est notre «non» à l’indépendance, notre «non à l’ambition personnelle»

Michael Reeves, Retrouver la joie de prier, p. 43

Je me suis senti soulagé et libéré en lisant ce passage, et en même temps je me suis rendu compte de la folie et de l’orgueil qui m’empêchait jusqu’ici de prier Dieu dans les moments précis où mes capacités propres ne suffisaient plus. (Environ 80 fois par heure).

Conclusion

Je recommande fortement «Retrouver la joie de prier» de Michael Reeves, qui est accessible et utile à tous! Le traité est si court qu’il se lit vite, facilement, et renouvelle l’ensemble du lecteur. C’est un encouragement et une source d’assurance puissante.

Ma prière est que cette recension puisse vous être utile, et que vous soyez vous aussi renouvelés par le Saint Esprit afin de mieux prier le Père par le Fils. Que la sainte Trinité vous bénisse.

Ce livre m’a été offert par BLF en échange d’une recension honnête.

Étienne Omnès

Mari, père, appartient à Christ. Les marques de mon salut sont ma confession de foi et les sacrements que je reçois.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.